Martin Gurri : « Voilà pourquoi les démocraties occidentales ne doivent pas chercher à sauver la face de Poutine » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Vladimir Poutine participe à un rassemblement marquant le huitième anniversaire de l'annexion de la Crimée par la Russie au stade Loujniki de Moscou, le 18 mars 2022.
Vladimir Poutine participe à un rassemblement marquant le huitième anniversaire de l'annexion de la Crimée par la Russie au stade Loujniki de Moscou, le 18 mars 2022.
©Alexander VILF / POOL / AFP

Guerre en Ukraine

Martin Gurri : « Voilà pourquoi les démocraties occidentales ne doivent pas chercher à sauver la face de Poutine »

Pour l’expert en géopolitique et ancien analyste de la CIA qui avait prédit les Gilets jaunes, la guerre d’Ukraine signe un renversement historique majeur. Ainsi que le fait que les smartphones pourraient bien désormais être plus « forts » que les chars.

Martin Gurri

Martin Gurri

Martin Gurri est un analyste, spécialiste de l’exploitation des "informations publiquement accessibles" ("open media"). Il a travaillé plusieurs années pour la CIA. Il écrit désormais sur le blog The Fifth Wave. Il est l'auteur de The Revolt of The Public and the Crisis of Authority in the New Millennium (Stripe Press, 2014).

Voir la bio »

Atlantico : Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, les pays occidentaux semblent particulièrement unis, parlant d'une seule voix et promulguant de fortes sanctions contre la Russie. Comment expliquer cette unité ?

Martin Gurri : Je pense que la peur focalise l'esprit de la façon la plus merveilleuse qui soit. Les démocraties occidentales avaient dérivé dans un état d'illusion sur l'utilisation du pouvoir géopolitique, comme si la race humaine - ou du moins la partie européenne et américaine de celle-ci - était devenue des anges. Rappelez-vous, lorsque Poutine a avalé la Crimée en 2014, Barack Obama lui a reproché d'être du "mauvais côté de l'histoire". Rien d'autre n'a été fait et, de toute évidence, rien n'avait besoin d'être fait puisque l'histoire, comme un mauvais romancier, ferait en sorte que les héros soient toujours récompensés et les méchants punis. 

Le choc de l'assaut russe en Ukraine a balayé ces illusions. La peur inspirée par une puissance dotée de l'arme nucléaire tentant la conquête d'une nation de 45 millions d'habitants dans l'arrière-cour de l'OTAN a rassemblé les dirigeants occidentaux. Une certaine forme de réponse était obligatoire. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, est apparu comme une voix courageuse et inspirée s'exprimant au nom de la liberté. Le public numérique est tombé amoureux de lui ; suivant le modèle des récentes paniques pandémiques, ce public a exigé des mesures extrêmes pour soutenir l'Ukraine. Pour l'instant, les chefs des gouvernements démocratiques se sont exécutés.

Je note que, dans une plus large mesure, Poutine est responsable de ses problèmes actuels. Comme il croyait clairement qu'il remporterait une victoire rapide, à la manière d'une blitzkrieg, il n'a fait aucun effort pour préparer l'opinion occidentale au choc de la guerre. Son prétexte pour l'invasion - un régime nazi à Kiev - était presque intentionnellement peu convaincant. Même les soldats russes sur le front semblent n'avoir aucune idée de la raison pour laquelle ils se battent.Dans une lutte qui a duré des semaines plutôt que des jours, un tel mépris de l'opinion s'est avéré dommageable pour la cause russe. 

À Lire Aussi

Ce que la guerre d’Ukraine nous révèle de la vraie nature du régime russe

Nous savons que les Russes ont investi pour déstabiliser les régimes occidentaux de l'intérieur, en finançant certains projets qui stimulent l'antagonisme. Que reste-t-il de ces investissements ? Peuvent-ils miner la réponse occidentale à ce qui se passe en Russie ? Dans quelle mesure la polarisation de nos sociétés peut-elle affaiblir notre réponse au comportement de Poutine/Russie ?

Étant donné que Poutine n'a pas réussi à persuader ou à démoraliser le public occidental avant la guerre, je pense que nous pouvons conclure que son image de maître manipulateur de l'information était grandement exagérée. Poutine est une sorte de parrain de la mafia. Il s'engage dans de sombres conspirations mais ne comprend pas vraiment les mouvements d'opinion dans les sociétés démocratiques. Aucune des campagnes de désinformation russes n'a eu d'effet significatif. Celles qui ont obtenu le résultat souhaité, comme le désarmement énergétique de l'Allemagne, ont été entièrement motivées par des considérations de politique intérieure et se seraient produites sans l'aide des Russes. 

À l'ère numérique, l'action géopolitique est rythmée par des fureurs à court terme.Nous aimons Zelensky et nous détestons Poutine, alors nous envoyons des armes en Ukraine et imposons des sanctions sévères à la Russie. Mais ce conflit va bien au-delà du moment présent et bien au-delà de l'Ukraine et de la Russie : il oppose les nations libres à l'ennemi le plus agressif de la démocratie dans le monde actuel.L'Occident a besoin de ténacité et de réflexion à long terme. L'Allemagne doit se sevrer de l'énergie russe, par exemple. Les États-Unis ne doivent plus jamais compter sur les fusées Soyouz pour les lancements spatiaux. En somme, il ne peut y avoir de retour à la normale d'avant-guerre. Tant que Poutine est aux commandes, la Russie doit être traitée comme un adversaire politique et économique. 

À Lire Aussi

Ces armes occidentales qui permettent aux Ukrainiens d’exploiter les failles de l’armée russe

Il reste à voir si la génération actuelle de dirigeants démocratiques est capable d'une telle persistance stratégique. 

Bien que les dirigeants occidentaux semblent présenter un front uni, il n'y a pas la même unité au sein de la population. Et les différents pays ont des intérêts divergents et des façons différentes d'envisager le pouvoir. Faut-il s'inquiéter que le consensus relatif favorable à l'Ukraine se brise à un moment donné ?

Honnêtement, je m'inquièterais davantage des dirigeants que du public. Joe Biden, Olaf Scholz, Boris Johnson, Emmanuel Macron, Justin Trudeau - sont autant de personnalités faibles et d'esprits superficiels. J'ai vu une photo de Macron immédiatement après son entretien avec Poutine. Il semblait pleurer de peur ou de frustration. J'ai trouvé cette image terrifiante. 

Pour la première fois de ce siècle, les démocraties ont une chance de saisir l'initiative. Cela nécessitera un certain nombre de décisions stratégiques qui dépasseront l'enthousiasme à court terme et entraîneront des sacrifices.L'Occident doit surmonter ses hypocrisies environnementales et maximiser la production d'énergie sur tous les fronts. Cela inclut la construction d'une nouvelle génération de centrales nucléaires - un domaine dans lequel la France est en avance sur nous tous. Les Européens, en particulier les pays membres de l'OTAN, doivent à nouveau investir dans une armée crédible. Les troupes américaines doivent revenir en nombre en Europe.Dans la mesure où les pays démocratiques sont diversement dépendants de la Russie et inégalement investis dans leur propre sécurité, la désunion est inévitable.

Le consensus ne doit pas porter sur l'Ukraine mais sur la Russie, et plus précisément sur le régime de Poutine. Quelle que soit l'issue de la guerre en Ukraine, l'Occident démocratique ne peut se permettre de reléguer l'endiguement d'une future agression aux forces bienveillantes de l'histoire. 

À Lire Aussi

Mais quel est le plan secret des Etats-Unis face à la Russie ?

Comme dans toute guerre, il y a une guerre de l'information, dans quelle mesure peut-elle être décisive ? Dans quelle mesure l'opinion publique peut-elle être contrôlée, même dans des pays comme la Russie ?

À mon avis, la campagne d'information a été le facteur décisif dans cette guerre : il n'est pas exagéré de dire que le conflit pourrait bien être décidé par des smartphones plutôt que par des chars.Emmenés par Zelensky, qui pratique avec brio le selfie vidéo, les Ukrainiens ont réussi à se présenter comme héroïques au combat et humains, voire humoristiques, dans leurs souffrances.Une vidéo réalisée à l'aide d'un smartphone montre un chauffeur de camion ukrainien proposant de remorquer un véhicule blindé en panne vers la Russie.Une autre montre un soldat en uniforme faisant une ridicule danse Tik Tok pour rassurer sa famille sur le fait qu'il est toujours vivant et en bonne santé.Je ne peux pas imaginer qu'il y ait eu de telles images dans une quelconque guerre précédente.

Le public mondial en ligne a immédiatement adopté le portrait que les Ukrainiens ont fait d'eux-mêmes et a exigé une réponse ferme de la part des politiciens.Ces derniers, comme nous l'avons vu, sont faibles et facilement influencés par le courant d'opinion.Sans la campagne d'information ukrainienne, les dirigeants occidentaux auraient pu opter pour le même type de moralisation impuissante que celle privilégiée par l'administration Obama dans ses relations avec la Russie.Parce que la guerre se déroulait sous nos yeux, et que nous nous imaginions pouvoir en voir les bons et les mauvais côtés, les sanctions anti-russes les plus extrêmes ont été mises en œuvre à la demande populaire.

À Lire Aussi

Ukraine : ces autres « ficelles » sous-estimées qui pourraient faire plier la Russie plus vite

C'est exactement le contraire, je le répète, qui est vrai pour Poutine, qui a donné toutes les apparences d'une campagne d'information contre lui-même.

Que va-t-il se passer à l'Ouest après le conflit en Ukraine ?

C'est une question importante.Le courage et la détermination des combattants ukrainiens ont amené les événements au bord d'une révolution géopolitique.Pour la première fois depuis des décennies, les forces de la tyrannie ont été stoppées net et un renversement de tendance est possible. Je pense qu'il ne fait aucun doute que Poutine est en difficulté. Il a besoin de présenter une image d'homme fort, mais il est maintenant visiblement affaibli. À l'instar de tous les dictateurs, il est soutenu par le sentiment de son caractère inévitable, mais la faillite et l'effondrement du régime sont désormais des sujets de conversation.

Les Ukrainiens ont gagné le droit de dicter les conditions dans lesquelles ils accepteront la paix. La pression occidentale doit être appliquée entièrement sur les Russes. Nous ne devons pas chercher à sauver la face de Poutine. En outre, les gouvernements occidentaux doivent jouer le jeu à long terme : le retour de la Russie à un régime démocratique doit être un objectif stratégique. Même s'il s'accroche au pouvoir, Poutine ne vivra pas éternellement. Dans la mesure où l'on peut considérer que Poutine a échoué en Ukraine, cet épisode aura un effet dégrisant sur les ambitions de la Chine à Taïwan et sur le comportement de l'Iran au Moyen-Orient. Si un gouvernement véritablement démocratique succède à Poutine, ces régimes antidémocratiques seront débordés de manière décisive.

Nous parlons d'une question existentielle évidente : des gens meurent en ce moment même pour que l'Ukraine reste libre. Nous pourrions, bien sûr, nous enivrer une fois de plus de questions triviales comme l'identité de genre et les micro agressions personnelles. Ou nous pourrions, avec Greta Thunberg, rejoindre un culte de la mort environnementale. Nous pourrions tourner le dos à l'histoire. Cela garantirait pratiquement que Poutine frappera à nouveau lorsqu'il se sentira assez fort pour le faire.Dans ce cas, ce serait l'Occident qui glisserait du mauvais côté de l'histoire, ayant oublié que, dans le passé, les conflits de systèmes et de nations étaient souvent réglés par la violence.

Le sujet vous intéresse ?

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !