Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Déjà de nombreuses personnes sont concernées et sans doutes d'autres à venir, au fur et à mesure que les journalistes du monde entier arrivent au bout des 11 millions de documents. D'ores et déjà, les Panama Papers auraient mis en cause Vladimir Poutine.
©Reuters

On vous dit tout

Panama Papers : tout ce qu’il faut savoir sur le contenu des révélations sur les pratiques fiscales des riches et puissants

La plus grosse fuite de documents de l'histoire du journalisme crée d'ores et déjà de nombreux scandales, et ce n'est pas fini... Décryptage...

1. La plus grosse fuite de documents de l'histoire

Les "Panama Papers", c'est le nom d'une somme de plus de 11 millions de documents issus d'un cabinet d'avocats basé au Panama, Mossack Fonseca, et portant sur de nombreuses transactions financières offshore. Mossack Fonseca est un cabinet d'avocats avec des bureaux dans plus de 40 pays, notamment dans des paradis fiscaux et/ou bancaires comme le Panama où les Îles vierges ou encore les Bahamas ; le cabinet a nié avoir participé à toute opération illégale.

Un lanceur d'alertes, dont l'identité est protégée, a contacté un journal allemand, le Süddeutsche Zeitung, et lui a fourni les documents. Depuis plus d'un an, plus d'une centaine de médias internationaux ainsi que le Consortium international des journalistes d'investigation collaborent pour exploiter cette masse de documents pour en sortir ce qui peut faire l'actualité.

2. De quoi s'agit-il ?

Les documents montrent principalement comment les riches et les puissants de la planète utilisent des réseaux de sociétés offshore, des sociétés écran et des paradis fiscaux afin de protéger de l'argent. Ces stratégies ne sont pas forcément illégales : il est possible d'utiliser une société écran à l'étranger pour des raisons légitimes, par exemple pour gérer son patrimoine, le protéger ou le transmettre. Mais elles peuvent l'être si l'objectif est d'échapper à l'impôt…ou de blanchir de l'argent sale. Ce qui aurait été le cas notamment pour l'entourage de Vladimir Poutine, qui aurait eu recours notamment à des sociétés-écran et à des banques russes proches du pouvoir pour créer un système de blanchiment d'argent sale.

3. Qui est mis en cause ?

Déjà de nombreuses personnes et sans doutes d'autres à venir, au fur et à mesure que les journalistes du monde entier arrivent au bout des 11 millions de documents… D'ores et déjà, les Panama Papers auraient mis en cause :

  • Vladimir Poutine, donc, et son entourage, qui auraient utilisé un réseau de sociétés écran offshore pour blanchir au moins 2 milliards de dollars.
  • Petro Poroshenko, le président ukrainien, qui aurait créé une société offshore pour préserver ses actifs en pleine guerre du Donbass.
  • Le premier ministre islandais, qui aurait caché de l'argent à l'étranger, et d'autres dirigeants mondiaux.
  • Des personnalités du monde du sport, dont notamment Michel Platini et Lionel Messi.
  • Plusieurs enfants de dirigeants africains.
  • L'entreprise Petrobras, déjà au cœur d'un scandale de corruption qui secoue le Brésil et pourrait mener à la destitution de la présidente, Dilma Rousseff.

4. Et en France ?

En France, sont d'ores et déjà impliqués Jérôme Cahuzac, l'ancien ministre du Budget poussé à la démission pour avoir eu un compte à l'étranger en même temps qu'il lançait une croisade contre l'évasion fiscale. Les Panama Papers révèlent qu'il détenait une société offshore aux Seychelles.

Le directeur du Monde a également dit, sans précisions, qu'un "grand parti politique français" était impliqué, phrase qui a fait bondir toute la classe politique.

Michel Platini a également eu recours aux services de Mossack Fonseca pour créer une société offshore au Panama en 2007. L'ancien dirigeant de l'UEFA nie tout mauvais agissement. "Tous mes comptes, toutes mes participations et comptes bancaires sont connus des autorités suisses. S'ils veulent des informations sur cette société, qu'ils interrogent ma banque", a-t-il déclaré.

D'autres noms cités : Patrick Balkany, député-maire républicain de Levallois, et Patrick Drahi, homme d'affaires propriétaire notamment de SFR et d'autres groupes d'entreprises, par les producteurs du magazine d'information Cash investigation, dont un numéro spécial sera diffusé, mais sans précision sur la nature des allégations. Patrick Drahi a depuis émis un communiqué niant toute activité illégale.

5. Ce qui va sortir

Un des médias français partenaires de l'exploitation des Panama Papers est la rédaction du magazine d'investigation de France 2, Cash investigation, qui prévoit un numéro spécial mardi 5 soir, avec notamment des révélations sur Patrick Balkany, Patrick Drahi et la Société générale. Le Monde, qui a également accès aux documents, a promis des révélations au cours de la semaine, notamment sur "un grand parti politique français"…

A plus long terme, plus de 100 médias internationaux continuent de travailler sur les Panama Papers. De nombreux médias ont annoncé que de nouvelles révélations étaient à venir. Et les journalistes continuent d'écumer les documents. Et il arrive parfois qu'une première fuite pousse d'autres lanceurs d'alertes à tirer la sonnette à leur tour. On va parler longtemps des Panama Papers…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !