Les Français vont dépenser 20 milliards pour Noël mais le risque d’un reconfinement total plombe les projets pour le 31 décembre, sauf si on a beaucoup d’imagination. | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Les Français vont dépenser 20 milliards pour Noël mais le risque d’un reconfinement total plombe les projets pour le 31 décembre, sauf si on a beaucoup d’imagination.
©FRANCOIS GUILLOT / AFP

Atlantico Business

Les Français vont dépenser 20 milliards pour Noël mais le risque d’un reconfinement total plombe les projets pour le 31 décembre, sauf si on a beaucoup d’imagination.

Les Français vont dépenser plus de 20 milliards d’euros pour la fête de Noël, mais le risque d’un reconfinement total juste après le 25 décembre va complètement plomber les projets pour le 31, qui entraine habituellement le même montant de dépenses qu’à Noël.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

Pour les économistes, l’analyse des fêtes de fin d’année est assez facile à faire ordinairement. En période normale, les Français ont pris l’habitude de dépenser, grosso modo, l’équivalent des primes de Noël (spéciales ou statutaires), des 13èmemois et des étrennes en tout genre, soit 50 milliards d’euros. Ce qui représente plus de 10% de la masse salariale et des revenus distribués chaque année ou l’équivalent d’un gros plan de relance de la consommation. Et on comprend mieux le stress des petits commerçants pour qui ça représente en moyenne plus de 40 % de leur chiffre d’affaires annuel. La particularité de cette fin d’année, c’est que tous les secteurs semblent concernés : l’alimentaire qui vend en cette saison des produits à plus grande valeur, le textile, l’électroménager, les outils numériques et les industries culturelles.  

Les chiffres dont on dispose portent sur les revenus officiels et déclarés, nets d’impôts. Les chiffres réels sont plus importants parce que c’est dans la deuxième quinzaine de décembre que sort le plus d’argent au noir en cash. Les grands-parents vident les bas de laine au profit des petits enfants et les petits boulots sont pour beaucoup rémunérés en liquide. Bref, la réalité de l’économie de Noël est beaucoup plus généreuse que les chiffres officiels livrés par l’Insee. 

Autre particularité, cette période est aussi une période de trêve pour la critique quasi idéologique de la surconsommation. On oublie tout, et quand les plus radicaux des défenseurs de la planète se rappellent les grands principes d’une consommation plus raisonnée, ce n’est pas pour autant qu‘elle sera plus raisonnable. Les enquêtes de consommation menées sur cette période prouvent que la consommation de masse est préservée et que les consommations de produits plus écolos ne remplacent pas les dépenses habituelles, mais s’y ajoutent. C’est vrai dans l’alimentation, c’est vrai pour les jouets de Noël. La vente de jouets en bois, par exemple, a explosé mais ça n’est pas pour ça que les ventes de Lego se sont effondrées. Au contraire, l’un des produits vedettes de chez Lego reste encore cette année les forêts de sapins verts en plastique, dans lesquelles il est toujours possible de faire circuler un Lego 4X4 que MAD Max n’aurait pas renié. Bref, tout change mais rien ne bouge dès qu’il s’agit de faire rêver les enfants quand ils n’ont pas encore découvert le jeu vidéo.

Cela dit, cette fin d’année ne sera pas une année comme les autres parce que si on va encore dépenser beaucoup pour les fêtes de Noël, on risque fort d’être à la diète pour le 31 décembre pour cause de confinement. La saison 3 se prépare et tout le monde s’y attend. 

Selon une étude réalisée par le CSA Research, les Français ont donc cette année un budget de Noël qui se monte à 603 euros en moyenne par famille. Alors ça dépend de la famille, du nombre d’enfants et bien sûr des revenus. Le budget s’élève à 700 euros chez les plus de 50 ans, et à 750 euros chez les plus de 65 ans. 

Cela dit, le fait nouveau, c’est que ce budget moyen est en hausse de près de 10% par rapport à l’année dernière. A priori, les Français vont se rattraper des frustrations vécues pendant le premier confinement et même le second. Ils ont mis de l’argent de côté (beaucoup, puisque les commerçants étaient fermés), donc ils se rattrapent un peu. 

Ce budget moyen est consacré à plus de 60% aux cadeaux de Noël, y compris le digital et les abonnement Netflix. 40% vont aux frais de bouche et aux voyages pour aller visiter la famille. 

Le total de ces dépenses doit représenter une consommation globale de près de 20 milliards d’euros, soit la moitié du total des primes et des 13e moins versés. 

2e point. D’après les historiques de consommation, les Français devraient en théorie dépenser autant pour les fêtes de fin d’année, mais un peu différemment. Moins de cadeaux et de jouets, plus d’achats exceptionnels, de voyages, de vacances et de spectacle. Pour un  total qui devrait là aussi représenter 20 milliards d’euros. 

Mais en réalité, on en sera très loin cette année puisque les voyages, les stations de ski, les restaurants, les théâtres sont fermés et le risque du confinement total rode avec le virus qui mute. Donc, si Noël est généreux, le Nouvel an le sera beaucoup moins. 

Donc si on fait le bilan global pour la fin de l’année, on ne retrouvera pas dans le système le volume d’affaires espéré. D’où un nouveau record probable sur les livrets A des caisses d’épargne et sur les comptes courants pour ces dépenses non réalisées.

 

Conclusion : les chiffres d’épargne seront encore très bons, ce qui permettra au gouvernement de disposer là d’un levier pour financer un plan de relance, mais ces chiffres sont aussi les marqueurs d’un moral au plus bas. 

Pour se changer les idées et comme chaque année, lastminute.com, le site britannique de voyage en ligne, publie la liste de Noël les plus insolites en précisant qu’il ne faut pas confondre avec les Noël les plus somptueux. Mais c’est vraiment pour faire sourire, parce que le site de voyages sait très bien qu’en ce qui concerne les voyages insolites ou luxueux, la plupart des liaisons aériennes pour s’y rendre sont annulées. 

Donc pour ceux qui sont blasés de Netflix, parce qu’ils ont réussi à voir la totalité des 10 saisons de The Crown, Lastminute a redonné à ses clients la liste des Noël à ne pas manquer, si on peut se déplacer bien sûr, et même si ça n’en vaut peut-être pas la peine.  

1. En Espagne, savoir que les enfants dévorent « Caga Tio »  en clair, « mon oncle qui fait caca ».  Ça doit être désopilant. Une séquence que vous ne verrez pas dans "Casa del papel". Il paraît que ça fait beaucoup rire les enfants. C’est un dessert en forme de buche au chocolat qui est bourrée de bonbons ou de nougat. 

2. En Estonie, il faudrait absolument essayer le traditionnel sauna qu’on partage après le repas en famille et complètement nus …tous ensemble. Il paraît que c’est là aussi très rigolo.

3. Aux Pays-Bas, attention, Sinter Klass (l’équivalent de notre père Noël) distribue des cadeaux aux enfants. Mais si les enfants ont été méchants, ils reçoivent des morceaux de charbon. Les très méchants, limite délinquants, sont réexpédiés dans leurs pays d’origine. Ils sont très souvent d’origine espagnols. Cette pratique étonnante date du 16 e siècle. 

4. En Islande, on raconte qu’à la nuit tombante, un chat noir de Jolakötturinn rode dans le pays pour chasser les hommes et les enfants mais pas n‘importe lesquels, ceux qui n’ont pas réussi à s’acheter un vêtement neuf dans l’année. Bref, les pauvres. Cette tradition était faire pour inciter les travailleurs du textile à augmenter les rendements. 

5. La Suisse organise le championnat du monde de pères Noël multi disciplines, de la course en raquettes aux décorations de pain d’épices. En période de confinement, cette épreuve est redevenue à la mode dans le pays. 

6. Le Mexique fait des concours d’œuvres d’art réalisées avec des légumes, carottes, radis etc 

7. L‘Ukraine organise un concours du plus beau sapin de Noël décoré avec des toiles d’araignées. Il paraît que c’est le top des engagements écologiques. Parce que l’araignée est l’animal qui dans la maison remplace aisément les aspirateurs Dyson, vendus une fortune par les capitalistes anglo-saxons. 

8. La Norvège ressort comme chaque année les sorcières qui, la nuit de Noël, vient punir les malveillants de toute sorte. Elles ont beaucoup de travail en ce moment.

9. La Lettonie a pris l’habitude de déguiser ses hommes en momie qui vont frapper aux maisons pour distribuer des cadeaux. Mais pourquoi que les hommes ?

10. La République tchèque est d’un romantisme rare. La coutume veut que le soir de Noël, les femmes célibataires se mettent devant une porte d’entrée de maison, lancent une chaussure à talon par-dessus leur épaule, un peu comme Maryline Monroe, et si la chaussure retombe la pointe orientée vers la porte, cela veut dire que la femme se mariera l’année suivante. Peu probable que cette année , des charters de femmes célibataires fassent le voyage pour essayer de bénéficier de cette prophétie .

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !