Le XXe siècle décroche la palme de l'horreur : quand le pire n’est jamais très éloigné de ce que l'on pense être le meilleur | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Les disciples d’Hitler sont les pires assassins de l'Histoire. Leur programme de la Shoah atteint des sommets quant à la rationalisation du meurtre de masse
Les disciples d’Hitler sont les pires assassins de l'Histoire. Leur programme de la Shoah atteint des sommets quant à la rationalisation du meurtre de masse
©DR

Bonnes feuilles

Le XXe siècle décroche la palme de l'horreur : quand le pire n’est jamais très éloigné de ce que l'on pense être le meilleur

Quand l’Histoire dérape, les événements s’enfoncent dans l’horreur, les héros côtoient les assassins, et les catastrophes historiques se succèdent. En matière de mensonges, de massacres, de génocides, de manipulations, d’assassinats, les livres d’Histoire dépassent la fiction ! Il était donc urgent de se pencher sur les heures noires, sanglantes et humiliantes u passé. Les auteurs proposent un voyage au coeur de l’Histoire, de ses heures sombres, de ses revers et de ses lâchetés ! Extrait de "Le Pire de l'histoire !" de Luc Mary et Philippe Valode, publié aux éditions de L'Opportun 1/2

Luc Mary

Luc Mary

Luc Mary est un écrivain et historien. Il a notamment écrit Mary Stuart, la reine aux trois couronnes (l'Archipel, 2009) et Jeanne d'Arc (Larousse, 2012). Il a aussi coécrit avec Philippe Valode Et si... Napoléon avait triomphé à Waterloo ? L'histoire de France revue et corrigée en 40 uchronies (Editions de l'Opportun, juin 2011)Il est l'auteur de 20 livres et de plus d'une centaine d'articles. Il rédige régulièrement des textes pour la revue Actualité de l’histoire, une rubrique mensuelle consacrée aux uchronies.

Voir la bio »
Philippe Valode

Philippe Valode

Philippe Valode est écrivain et éditeur. Ancien directeur de la revue Actualités de l'Histoire, il est l'auteur de Les Présidents des Etats-Unis (L'Archipel, 2005). Historien diplômé en sciences politiques, il est spécialiste de la période monarchique et apparaît régulièrement dans les médias pour traiter de cette longue période de l'histoire de France.

Voir la bio »

« L’histoire est la science du malheur des hommes. » Raymond Queneau

« Les gens heureux n'ont pas d'histoire », clamait Simone de Beauvoir. Autant dire que notre humanité se nourrit essentiellement de malheurs. En matière de mensonges, de massacres, de génocides ou encore de parjures, les hommes ne manquent pas d’imagination. À toutes les époques et sur tous les continents, la volonté de vengeance, la soif de pouvoir, l'orgueil démesuré des puissants ou encore le sens de l’honneur mal placé d'un petit nombre d’individus font des ravages. Des rives de la Méditerranée au IIe siècle avant notre ère au delta du Mékong au siècle dernier, les « thuriféraires de la pensée unique » font passer de vie à trépas des millions de gens. De ces crimes ou de ces moments de l’Histoire où les Hommes dérapent, nous avons décidé d’en explorer un certain nombre, mais notre liste est bien sûr loin d’être exhaustive, car il nous faudrait plusieurs volumes pour cerner « l’univers du Pire » dans toute sa dimension. À n’en pas douter, ce livre n’est pas un hymne à la gloire de l'être humain…

La banalisation du Mal

Bienvenue sur la planète Terre, un monde où des pseudoadorateurs du Christ ou de Mahomet massacrent au nom de la foi, où les apôtres de la Paix sont abattus en pleine rue, où une prétendue race supérieure décide d’éliminer des populations entières en les qualifiant d’insectes nuisibles, où des adolescents endoctrinés obligent des millions de citadins à quitter leurs domiciles pour les installer dans des campagnes où ils meurent de faim. Systématiquement, les massacres, les crimes, les trahisons et autres exactions sont justifiés au nom de l’édification d’un monde meilleur. Sous prétexte de bâtir un avenir excluant toute engeance, toute autorité ou toute loi, les nouveaux accapareurs de la vérité font table rase de l'ordre ancien. Qu'elles soient d’ordre social, religieux ou politique, les révoltes aboutissent inexorablement au même résultat : la guerre civile, l'anarchie ou le chaos. En résumé, l’appauvrissement des riches génère rarement pour ne pas dire jamais l'enrichissement des pauvres. Nées de la violence, ces dictatures se nourrissent de cette même violence pour finalement s'effondrer au bout de quelques générations. Outre les dictatures génératrices de malheurs, les guerres entre les États ont aussi engendré bien des catastrophes.

Quand le XXe siècle décroche la palme d'or du Pire…

En matière d'horreur, le XXe siècle décroche en effet la palme. Le siècle de tous les exploits scientifiques et technologiques bat ainsi le triste record des victimes de guerre et génère pas moins de 6 génocides. À eux deux, les totalitarismes nazi et communiste totalisent plus de 150 millions de victimes. Sur la plus haute marche du podium de l'empire du crime figure un homme qui a pourtant suscité l'admiration de bien des intellectuels français, nous voulons parler de Mao. En Chine même, les spécialistes évaluent à plus de 50 millions le nombre de ses victimes. Et le pire est que ledit « Grand Timonier » a fait des émules. Au nom de son idéologie, son humble serviteur Pol Pot a assassiné plus de 3 millions de Cambodgiens en l’espace de quatre ans dans les années 1970. Mais à l'évidence, les disciples d’Hitler sont les pires assassins de l'Histoire. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, leur programme de la Shoah atteint des sommets quant à la rationalisation du meurtre de masse. À l'automne 1941, il s’accélère particulièrement à la faveur de la progression de la Wehrmacht en Russie. La déportation et l'extermination des Juifs, pas moins de 6 millions de morts dénombrés dans les camps de concentration, sont définitivement décidées lors de la conférence de Wannsee, en janvier 1942. La Shoah ? Avec l’horrible massacre des Arméniens, la cruelle expérience des Khmers rouges et plus récemment l'invraisemblable drame du Rwanda, le plan d'extermination des Juifs et des Tziganes dressé par les nazis constitue le plus haut crime de guerre de notre longue histoire. Et le plus incroyable de ce génocide nazi est qu’il a été perpétré par des gens ordinaires…

Un crime de masse extraordinaire pratiqué par des hommes ordinaires

Loin d’être des brutes épaisses, les seuls gardiens SS du camp d'Auschwitz sont de simples « honnêtes » pères de famille rentrant chez eux tous les soirs. Beaucoup d'entre eux sont des intellectuels exerçant de nobles fonctions à l'exemple de la profession d’avocat, de médecin ou encore d'ingénieur. À les entendre, « ils ne faisaient qu'exécuter les ordres ». Un culte de l'obéissance inconditionnel, inséparable d'une totale absence de moralité et d’interrogation de soi. Aussi étonnant que cela puisse paraître, ces SS ont le sentiment d’avoir accompli un travail pour le bien de la Nation. En somme, le pire n’est jamais très éloigné de ce que l'on pense être le meilleur…

Extrait de "Le Pire de l'histoire !" de Luc Mary et Philippe Valode, aux éditions de L'Opportun, 2015. Pour acheter ce livre,cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !