Beaumarchais : aussi féroce qu'actuel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Beaumarchais : aussi féroce qu'actuel
©Capture d'écran

Atlantico culture

Beaumarchais : aussi féroce qu'actuel

Remarquablement mis en scène par Jean-Paul Tribout, "Le Mariage de Figaro" impose plus que jamais son insolence jubilatoire.

Marianne  Niermans pour culture-tops

Marianne Niermans pour culture-tops

Marianne Niermans est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

L'auteur

Beaumarchais écrit en 1778La Folle Journée, ou le Mariage de Figaro, comédie en cinq actes dont la première représentation officielle eut lieu le 24avril1784, après plusieurs années de censure. Malgré l'interdiction de Louis XVI et ses propos subversifs, la pièce fut jouée par Marie-Antoinette (la comtesse), et son beau-frère, le comte d'Artois, futur Charles X (Figaro), dans le petit théâtre de la reine à Trianon. Par sa dénonciation des privilèges de la noblesse, elle figure comme l’un des signes avant-coureurs de la Révolution française.

Thème 

A la veille d’épouser Suzanne, camériste de la comtesse, Figaro défend sa tranquillité conjugale contre son maître, le comte Almaviva, qui tente de jouir de privilèges féodaux. Le même Figaro est visé par Marceline, femme de charge, qui prétend qu’il lui a promis le mariage, tandis que la comtesse, toujours amoureuse de son époux, est délaissée par ce dernier qui n’a d’yeux que pour Suzanne.

Points forts

En fond de scène, un décor de nuages… le ton est donné, il sera léger. Esprit frondeur, incisif et brillant, Beaumarchais nous entraîne dans un tourbillon pétillant, où évolue une foule de personnages. Figaro (Eric Herson-Macarel) est bien le Figaro que l’on attendait : malicieux et grave, le comédien mène le bal avec souplesse et virtuosité. Jouant avec les mots et les personnages, il tire admirablement parti de tout ce remue-ménage de sentiments et de situations et donne le meilleur de lui-même dans le combat de l’esprit qui l’oppose au comte Almaviva (Xavier Simonin, parfait). Son interprétation du célébrissime et long monologue où Figaro réclame l’égalité est un moment d’exception. Et que ce soit, Suzanne (Agnès Ramy), la comtesse (Marie-Christine Letort), Chérubin (Thomas Sagols), Marceline (Claire Mirande), tous les acteurs épousent parfaitement leurs rôles, avec sensibilité, souplesse et fragilité. La mise scène enlevée de Jean-Paul Tribout offre un spectacle enjoué, usant de tous les registres du théâtre. Le vaudeville se fait satire implacable. Plus que jamais, la prose insolente de Beaumarchais résonne comme un manifeste en faveur de la liberté, de toutes les libertés.

Points faibles

Je n'en vois pas.

En deux mots

Un texte, une mise en scène et des comédiens magnifiques. Que dire de plus, si ce n’est que « sans liberté de penser il n’est point d’éloge flatteur ».

Recommandation

En priorité.

Infos & réservation

Théâtre 14 ; 20, rue Marc Sangnier 74014 Paris ; Réservations : 01 45 45 49 77  

ATTENTION: dernière représentation, le 21 février à 21h, de mardi à vendredi; à 16h et 20h30, samedi

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !