Le Donbass, une région plus russe qu’ukrainienne ? Petit retour sur l’histoire de la colonisation des steppes de l’Est de l’Ukraine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La région du Donbass est au coeur du conflit entre la Russie et l'Ukraine.
La région du Donbass est au coeur du conflit entre la Russie et l'Ukraine.
©Mikhail Klimentyev / Sputnik / AFP

Territoires

Le Donbass, une région plus russe qu’ukrainienne ? Petit retour sur l’histoire de la colonisation des steppes de l’Est de l’Ukraine

Les migrations et les conquêtes ont modelé ce territoire aujourd’hui convoité par Moscou. Qu’est-ce que peut nous apprendre l’histoire du Donbass sur la Russie actuelle ?

Galia Ackerman

Galia Ackerman

Docteure en histoire et chercheuse associée à l'université de Caen, Galia Ackerman est spécialiste de l'Ukraine et de l'idéologie de la Russie post-soviétique. Elle a été journaliste à RFI et à la revue Politique internationale. Elle est notamment l'auteure, aux éditions Premier Parallèle, de Traverser Tchernobyl (2016, rééd augmentée 2022). Elle a cofondé la revue Desk-Russie.

Voir la bio »

Atlantico : Lorsqu’on regarde l’histoire de l’Ukraine et qu’on se penche sur celle du Donbass, on constate une grande influence européenne. Comment s’est-elle exprimée à travers l’histoire ? 

Galia Ackerman : Ces influences ont été diverses et variées. Le Donbass a été appelé à une époque « champ de sauvages ». Il s’agissait de steppes, avec beaucoup de nomades. Ces populations, appelées les Cosaques, étaient essentiellement les ancêtres des Ukrainiens actuels, mais aussi de Russes, de Tatars, de Lituaniens … Les Cosaques vivaient à l’origine de la rapine, dans une sorte de démocratie militaire. Les hommes se trouvaient dans des campements alors que les femmes et les enfants étaient mis de côté. Ces populations étaient asservies par des rois et des tsars et touchaient une solde en échange de leurs services.  

Plus tard, certains Cosaques ont servi les tsars russes. Le groupement le plus connu était sans doute celui des « Sitch de Zaporogue », qui pouvaient se livrer à des conflits envers d’autres peuples Cosaques. De nombreuses révoltes ont éclaté, avant d’être écrasées par l’Empire Russe, provoquant une perte de désir d’indépendance. Si les Cosaques pouvaient élire leur chef, cette forme de démocratie a été détruite et, au début du XIXème siècle, l’industrialisation du Donbass suite à la découverte du charbon a enterré toute volonté d’indépendance. À cette période, on peut parler de "russification" du Donbass.  

Dès le début de l'époque industrielle, il a fallu attirer des populations russes et plus tard des populations d’autres républiques soviétiques. Le Donbass est aussi une des régions le plus touchées par l’Holodomor, une famine artificiellement créée par l’Union Soviétique pour asservir les populations ukrainiennes. Pour les remplacer, on y a déplacé des populations de la Russie centrale, ou les sols sont moins fertiles. 

À Lire Aussi

Offensive sur le Donbass : quelles forces reste-t-il à l’armée russe ?

La question de la délimitation des frontières ukrainiennes actuelles est donc assez longue. Avant la période soviétique, la rive droite de Dniepr, jusqu’à la frontière russe actuelle, faisait partie de l’Empire Russe. La question de l’indépendance ne se posait pas. Lors de la chute du Tsar, il y a eu de nombreux mouvements, de nombreux combats … Mais les tentatives d’instaurer un pouvoir ukrainien indépendant ont été assez éphémères. Les frontières actuellement reconnues ne l’ont été qu’en 1925 et les Russes revendiquent encore aujourd’hui des territoires qu’ils considèrent comme le leur, ce qu’on observe à travers le conflit actuel.  

Lors de l’industrialisation, les Occidentaux ont fortement investi dans le Donbass. Les Russes auraient-ils pu permettre l’industrialisation de la région sans aide étrangère ?

Après la révolution d’Octobre, toutes les entreprises et moyens de production ont été nationalisés. Cependant, les soviétiques se sont beaucoup appuyés, dans les années 1920 et 1930, sur des sympathisants occidentaux qui ont travaillé dans des entreprises soviétiques. Des dizaines de milliers d’ingénieurs étrangers ont participé à cette industrialisation. L’une des raisons de la mise en place de l’Holodomor, mis à part l’asservissement du peuple et de l’Ukraine, est aussi la vente de grains à l’étranger pour obtenir des devises et ainsi acheter les machines nécessaires à la mondialisation. L’industrialisation du Donbass par les Russes était donc fortement conditionnée à une aide extérieure.  

Qu’est-ce que peut nous apprendre l’histoire du Donbass sur la Russie actuelle ?

À Lire Aussi

Comment le culte de la Grande Guerre patriotique accélère la militarisation de la société russe

Le Donbass est parfois considéré comme une réserve naturelle de l’idéologie soviétique. Alekseï Stakhanov, célèbre mineur soviétique qui a permis l’émergence du Stakhanovisme, est né dans l’Oblast de Donetsk. Le gouvernement soviétique y a développé une mentalité assez particulière et les mineurs étaient assez bien payés, malgré un travail harassant. On leur disait qu’il étaient des héros. Lors de l’indépendance de l’Ukraine, je pense que le gouvernement de Kiev n’a pas suffisamment accordé d’importance à ces territoires, ce qui a exacerbé un sentiment russophile au sein de la population. Bien évidemment, en 2014, les Russes se sont appuyés sur le soutien d’une partie des habitants qui avaient gardé une mentalité comparable à celle de l’Union Soviétique.

À Lire Aussi

Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine s’est-il aliéné les pro-Russes ukrainiens, y compris dans le Donbass ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !