Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Des personnes attendent pour traverser une route, un jour pollué à Pékin, le 10 octobre 2020.
Des personnes attendent pour traverser une route, un jour pollué à Pékin, le 10 octobre 2020.
©GREG BAKER / AFP

Leçons de la pandémie

La pollution de l’air a baissé avec le Covid-19 mais pas partout. Et voilà les leçons que nous devrions en tirer

Dans une nouvelle étude publiée dans VOXeu, des chercheurs et des économistes ont étudié l'impact de la pandémie de Covid-19 et de la réduction des activités économiques sur la pollution de l'air. Les leçons à tirer sont dans le champ du dérèglement climatique.

Dominic Rohner

Dominic Rohner

Dominic Rohner est professeur d'économie à la Faculté des sciences économiques et commerciales (HEC) de l'Université de Lausanne. Il est chercheur au CEPR, CESifo, OxCarre et HiCN. Ses recherches portent sur l'économie politique et du développement et ont remporté plusieurs prix, comme par exemple le KfW Development Bank Excellence Award ou le SNIS International Geneva Award. Il est rédacteur en chef associé à l' Economic Journal. Il est également le leader du Réseau de recherche et de politique du CEPR (RPN) sur la prévention des conflits. Il a publié des articles dans diverses revues internationales, notamment :  American Economic ReviewEconometrica , Journal of Political Economy , Quarterly Journal of Economics , Review of Economic Studies.

Voir la bio »
Dimitrija  Kalanoski

Dimitrija Kalanoski

Dimitrija Kalanoski est professeur adjoint de commerce international et de stratégie à l'Alliance Manchester Business School de l'Université de Manchester.

Voir la bio »

Atlantico : Vous avez publié une étude dans VOXeu intitulée « La lutte contre la pollution pendant les confinement peut nous apprendre à bâtir une économie durable pour l’avenir ». Quelles sont les principales leçons de l’impact de la pandémie de Covid-19 sur le plan de la pollution de l'air et sur les sujets liés à l’environnement ?

Dominic Rohner : Dans notre étude, nous constatons que les mesures de confinement nationales et internationales ont entraîné une baisse de la pollution par les particules fines de 35 à 45 %. Il est intéressant de noter que cette baisse importante persiste à moyen terme, même lorsque les mesures de confinement sont levées. Il faut cependant garder à l'esprit l'hétérogénéité substantielle entre les différents types de mesures de confinement, les différents pays et les différentes sources de pollution.

Quelles ont été les principales conséquences des réductions des activités économiques, selon votre étude, sur le plan environnemental et en termes de pollution ? Comment pouvez-vous expliquez les différences majeures à travers la planète ? Est-ce qu’il y avait un lien direct avec les mesures sanitaires déployées par les gouvernements ?

Dimitrija Kalanoski : La pollution de l'air est une menace pour la santé humaine et découle d'activités économiques courantes telles que l'industrie, les transports, la production d'électricité, le chauffage et la cuisine. La mise en place des confinements visait à freiner la propagation du virus en réduisant la mobilité des personnes, ce qui a également entraîné la réduction de certaines activités économiques (par exemple, l'industrie et les transports). Cependant, le travail à domicile est devenu la nouvelle norme et a entraîné différents types de pollution, comme une augmentation de la consommation d'énergie à des fins domestiques. Une situation qui suggère que la réduction des activités économiques pourrait également être mauvaise pour l'environnement dans les pays où la consommation d'énergie domestique est la plus grande source de pollution. Dans le même ordre d'idées, nos résultats montrent que pour la plupart des pays comme les Etats-Unis, l'Europe, l'Afrique du Sud, l'Asie de l'Est et le Pacifique ont vu la qualité de l'air s'améliorer pendant le confinement, alors que l'Amérique du Sud et l'Asie ont vu leur qualité de l'air se dégrader. En d'autres termes, la mise en œuvre des politiques de verrouillage n'a pas seulement affecté la pollution, mais a également révélé la complexité de la relation entre l'économie et l'environnement que nous devons surmonter pour lutter contre la pollution de manière globale. 

Avec les résultats de votre étude, quelles sont les solutions qui pourraient être utilisées ou les mesures qui pourraient être adoptées et déployées afin de gagner en efficacité à l’avenir sur le plan de l’économie et concernant l’impact sur l’environnement ou contre le réchauffement climatique ?  Quelles seraient les principales leçons pour le monde d’après, post Covid-19 pour bâtir une économie plus durable ?

Dominic Rohner : Nos résultats soulignent la grande hétérogénéité entre les pays et les contextes. Une politique visant à décourager les déplacements domicile-travail peut améliorer la qualité de l'air dans une région alors que la même politique peut avoir l'effet inverse dans une région pour laquelle l'augmentation des activités économiques décentralisées est associée à des niveaux de pollution élevés. Ces résultats mettent en évidence le potentiel des instruments environnementaux fondés sur le marché, tels que les taxes pigouviennes ou les systèmes de plafonnement et d'échange, pour réduire la pollution aux coûts les plus bas possibles. Cependant, ils soulignent également l'importance d'une approche holistique et de l'inclusion de toutes les activités économiques dans ces réglementations, car la substitution entre les activités en réponse à la réglementation peut se retourner contre nous.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !