Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Gina Carano Star Wars The Mandalorian wole cancel culture Etats-Unis opinion idéologie série télévisée Disney Holocauste
©Nick Agro / AFP

Cancel Culture

La persécution de Gina Carano

Son limogeage illustre parfaitement l'hypocrisie et l'intolérance des élites woke.

Brendan O'Neill

Brendan O'Neill

Brendan O'Neill est rédacteur en chef du magazine Spiked, et chroniqueur pour Big Issue et The Australian.

Voir la bio »

C'est officiel : seuls les libéraux sont autorisés à dire quoi que ce soit sur l'Holocauste. C'est le message à retenir du scandale Gina Carano. Ici, nous avons le cas d’une femme de droite qui a été humiliée et licenciée pour avoir fait ce que les acteurs et les gauchistes font depuis des années : comparer le début du 21ème siècle à l'Allemagne nazie.

La politique de deux poids, deux mesures est époustouflante. Carano a été licenciée par Disney, de son rôle vedette dans le spin-off de Star Wars, The Mandalorian, pour avoir suggéré que les haines politiques des années 2020 font écho à la méchanceté de l'époque de l'Holocauste. Dans une malencontreuse story Instagram, elle a comparé les foudres que les gens de droite comme elle reçoivent avec le mépris dont les Juifs ont été victimes dans l'Allemagne des années 1930. Haïr quelqu'un pour ses opinions politiques n'est pas si différent de l'époque où les nazis se sont attaqués aux Juifs, a-t-elle déclaré.

C'est vraiment stupide, évidemment. C'est l’exemple classique d'un problème dont Spiked a parlé à maintes reprises : la relativisation de l'Holocauste. C'est lorsque des gens pillent les souffrances passées des Juifs à la recherche de métaphores avec lesquelles ils pourraient décrire et condamner quelque chose qu'ils n'aiment pas aujourd'hui.

Une telle exploitation cynique du passé est erronée car elle exagère les problèmes du 21ème siècle (les droitards ne sont pas confrontés aux mêmes niveaux de persécution que ceux de l'Holocauste, bon sang) et diminue la barbarie unique de l'Holocauste. En comparant la bile qu'elle reçoit sans doute des woke sur Twitter à la tentative de destruction de toute une race de personnes par les nazis, Carano rend cette dernière normale, ou du moins banale : le genre de choses qui se produisent tout le temps. Cela gâche la capacité des gens à comprendre ce qui était différent dans l'Holocauste.

Mais voilà le problème : si Spiked a tant publié sur le relativisme de l'Holocauste, c'est parce que tout le monde y a participé. Surtout à l'époque de Trump. Pendant les quatre dernières années, vous ne pouviez pas faire un pas sans tomber sur une centaine d’acteurs de série B qui criaient à qui voulait l’entendre que Trump était Hitler, que l'Amérique était devenue un État fasciste et que tout cela rappelait les années 1930.

En effet, Arnold Schwarzenegger a évoqué ce sujet il y a quelques semaines à peine. Il a parlé de l'émeute du Capitole dans le même souffle que la Nuit de Cristal, le pogrom anti-juif de 1938 qui a entraîné la mort de près de cent Juifs et l'internement dans des camps de concentration de 30 000 autres et qui est largement considéré comme le point de départ de l'Holocauste. Schwarzenegger a-t-il été harcelé, condamné et licencié de tout pour sa comparaison hystérique d'une émeute stupide avec le début du plus grand crime de l'histoire ? Non, il en a été loué.

Tous les lecteurs du Guardian se sont jetés à son cou. Toutes les personnes influentes de la chrétienté ont partagé sa vidéo de la Nuit de Cristal et lui ont dit « Allez Arnie ! ». Carano, en revanche, a été harcelée par les foules de Twitter, qualifiée d'antisémite dégoûtante, et finalement lâchée par Disney, qui a qualifié ses commentaires d' « odieux ».

La relativisation à l'égard de l'Holocauste de Schwarzenegger était sans doute plus flagrante que celui de Carano. Le sien était au moins un peu vague. Il a mis en scène un événement spécifique, l'un des plus sombres de l'histoire de l'humanité, et s'en est servi pour faire passer un message politique virulent et spectaculaire ici et maintenant. Et pourtant, il est devenu l'homme du moment alors que Carano est une sorcière qui doit être brûlée.

Il y a pire. Une autre vedette de Mandalorian s'est engagée dans le relativisme de l'Holocauste et n'a reçu aucune réprimande de Disney. Pedro Pascal, il y a quelques années, a partagé un mème grotesque comparant l'emprisonnement d'immigrants illégaux par l'Amérique avec l'incarcération de Juifs dans des camps de la mort. Le commentaire de Carano est insignifiant par rapport à l'insouciance avec laquelle Pascal a minimisé les horreurs des camps de la mort, en utilisant les usines de la mort des nazis pour marquer des points avec les utilisateurs des médias sociaux qui détestent Trump. Et pourtant, elle, est "détestable" et licenciée, alors que lui continue à prendre le dollar Disney.

Peut-être que la conscience woke de Schwarzenegger l’a protégé ? Après tout, il a ses pronoms dans sa biographie sur les réseaux sociaux. Et cela fait de lui un saint aux yeux du culte de la politique identitaire, qui est maintenant si influent dans la culture, le commentaire et l'éducation.

Il se passe beaucoup de choses ici. L'hypocrisie des élites culturelles décadentes n'est pas surprenante, bien entendu. Et, comme beaucoup le disent, Disney et ses pom-pom girls intolérantes ont sans doute vu dans le poste de Carano une bonne occasion d'évincer quelqu'un dont l'absence de conscience woke les avait longtemps agacés. Elle s'est moquée des pronoms, n’a pas été très élogieuse envers BLM, a promu l'idée que l'élection avait été volée à Trump - ce sont autant d'hérésies pour les nouveaux gardiens de la pensée correcte, et ils ont sans doute trouvé dans la story Instagram de Carano un prétexte pour expulser enfin cet hérétique de la culture moderne.

Mais il y a également autre chose. L'effronterie même de la politique des deux poids deux mesures, le fait qu'une personne puisse être acclamée et une autre dénoncée pour avoir fait exactement la même chose, confirme la suprématie culturelle des nouvelles élites. C'est une illustration de leur arrogante prise de contrôle sur les mots, la langue et la mémoire elle-même. Elle démontre qu'elles se comportent maintenant comme l'Église à l'époque médiévale, se considérant comme seules pieuses et les autres comme déchus, et condamnant avec orgueil les autres pour des péchés qu'ils commettent eux-mêmes de manière beaucoup plus régulière et beaucoup plus flagrante.

Disney et ses soutiens disent en substance que leur pouvoir culturel est tel qu'ils possèdent maintenant la mémoire historique de l'Holocauste lui-même. Il leur appartient maintenant, à eux, ces suprémacistes culturels, de décider qui peut utiliser l'Holocauste pour marquer un point politique et qui ne peut pas le faire. Pascal le peut, Carano ne le peut pas. Les bonnes actrices qui soutiennent BLM peuvent le faire, mais pas les mauvaises actrices de droite qui ne sont pas woke. Les nouvelles élites affirment désormais leur autorité non seulement sur les récits culturels et politiques contemporains, mais aussi sur l'histoire elle-même.

C'est pourquoi l'histoire de Gina Carano est importante. Elle souligne l'impitoyabilité avec laquelle les nouvelles élites vont contrôler la pensée dissidente, punir les hérétiques et rappeler à tout le monde qui est chargé de contrôler l’acceptabilité de la pensée au XXIe siècle - nous.

Bien sûr, Carano, contrairement à Disney, n'a pas travaillé aux côtés d'un régime qui persécute et incarcère actuellement tout un peuple, les Ouïghours. Mais cela n'a pas d'importance non plus. Souvenons-nous, c'est le nouveau cléricalisme culturel qui définit qui est mauvais et qui est bon, et non pas de simples mortels comme vous et moi qui peuvent voir de nos propres yeux ce qui se passe.

Brendan O'Neill est rédacteur en chef de Spiked et animateur du podcast de Spiked, The Brendan O'Neill Show. 

Cet article a été initialement publié sur le site de Spiked : cliquez ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !