La maire PS de Nantes est traitée de raciste et de fasciste ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La maire de Nantes Johanna Rolland prononce un discours lors de la pose de la première pierre du futur CHU de Nantes, le 21 janvier 2022.
La maire de Nantes Johanna Rolland prononce un discours lors de la pose de la première pierre du futur CHU de Nantes, le 21 janvier 2022.
©LOIC VENANCE / AFP

C’est celui qui dit qui y est…

La maire PS de Nantes est traitée de raciste et de fasciste !

Incroyable mais vrai.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Johanna Rolland est maire de Nantes. Elle est authentiquement et profondément de gauche. Ce qui est a priori la garantie qu’elle pense bien. Et puis, elle s’est mise à penser mal. Sa ville est gangrenée par la violence. Avec un dernier épisode particulièrement abject : le viol d’une jeune femme par trois migrants soudanais. 

Dans un premier temps, n’écoutant que son bon cœur, Johanna Rolland a déclaré que cette affaire ne devait servir à stigmatiser sa ville.

Puis elle a ouvert les yeux devant l’évidence. Elle a demandé à Dupond-Moretti d’augmenter les effectifs judiciaires dans sa ville quand elle a obtenu de Darmanin les renforts de CRS. 

Elle a aggravé son cas, en faisant voter des fonds supplémentaires pour des caméras de vidéosurveillance. 

Des mesures dont vous conviendrez qu’elles sont éminemment racistes et fascistes. 

C’est l'avis d’un collectif d’extrême-gauche fortement implanté dans sa ville : « Nantes ensemble ».

« Nous avons une maire raciste », clame ce collectif. Et ces preux chevaliers s’indignent contre les caméras de vidéosurveillance qui servent, selon eux, à « fliquer » une population déjà souffrante. Les caméras de vidéosurveillance sont – n’est-ce pas ? – capables de discernement et ne filment que les Arabes et les Noirs. Quant aux CRS envoyés par Darmanin à la demande de Johanna Rolland, vous savez ce qu’ils font selon ce collectif ? « Ils contrôlent les personnes racisées » ! Ils ont peut-être de bonnes raisons de le faire ?

De tout temps, le fasciste a été défini comme quelqu’un qui préfère l’insulte à l’argumentation et la violence à la discussion. Relisez les propos de ce collectif et vous verrez où sont les vrais fascistes...

À Lire Aussi

Elle a fait le signe du vagin à l’Assemblée !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !