La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
©AFP

On n'arrête pas la connerie

La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!

C'est une mesure qui s'imposait. Car le danger était grand.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

A la demande d'organisations féministes des établissements scolaires catalans ont retiré des rayons de leur bibliothèque de nombreux contes de fée au motif qu'ils véhiculaient des stéréotypes sexistes. C'est bien mais c'est quand même un peu tard. Ces récits pseudo féériques ont en effet pendant des siècles faits d'effroyables ravages. Des millions de femmes ont été humiliées et des millions de petites filles perverties.

Principale accusée : la Belle au bois dormant. Là l'horreur crève les yeux et on ne peut que souscrire à l'interdiction de cet infâme torchon. Car la Belle dort d'un sommeil pur, innocent et virginal. Un mâle, abusivement appelé prince charmant s'approche d'elle et l'embrasse! Ce baiser n'est pas consenti puisque la belle est endormie. Il s'agit donc bel et bien d'un viol.

Le petit chaperon rouge figure aussi sur la liste noire des féministes. L'analyse de cette vindicte est un peu compliquée. Elle nécessite quelques efforts. Nous les avons faits pour vous. Le Petit chaperon rouge porte un panier avec des victuailles pour sa grand-mère. Le propos est clair : l'assigner a un rôle de future ménagère. Faisons confiance aux féministes qui auront à cœur de concocter une nouvelle mouture de l'histoire avec un garçon dans le rôle du Petit chaperon rouge.

En revanche comment ne pas être étonné que Blanche-Neige et les sept nains ait échappé au massacre. Car ce conte est plus scabreux et plus machiste que ceux dont nous avons déjà parlé. La ravissante créature vit en effet avec sept mâles dotés d'un appétit sexuel dévastateur (c'est ce qui se dit des nains). Qu'ont-ils fait subir à Blanche-Neige ? Notre plume se refuse à décrire ces horreurs. Comment imaginer qu'elle ait pu rester pure après des viols collectifs à répétition.

Mais l'avenir s'annonce prometteur dès qu'il sera débarrassé de ces contes monstrueux. Il y a des méchantes sorcières dans les contes de fée : le reflet insupportable d'une misogynie monstrueuse. Dans les livres qui seront remaniés par les féministes, elles seront remplacées par des méchants sorciers.

Il conviendra aussi de rendre obligatoire dans les écoles la lecture de Peau d'âne. Un conte édifiant à mettre dans toutes les mains innocentes. Il décrit l'admirable combat d'une jeune fille qui revêt une peau d'âne pour échapper à la convoitise d'un père incestueux.  Message aux petites filles : tous les pères veulent leur ravir leur pureté. Message à toutes les femmes en général : tous les hommes sont des prédateurs sexuels.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !