L’intervention au Mali révèle l’efficacité de l’école française de la guerre non-conventionnelle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L’intervention au Mali révèle l’efficacité de l’école française de la guerre non-conventionnelle
©Reuters

Cocorico

L’intervention au Mali révèle l’efficacité de l’école française de la guerre non-conventionnelle

L'intervention au Mali, saluée par plusieurs responsables occidentaux, a révélé la relative capacité de l'armée française à faire face à des adversaires très mobiles et dispersés. L'opération Serval pourrait ainsi devenir un cas d'école dans les stratégies de contre-guérilla....

Jean-Bernard Pinatel

Jean-Bernard Pinatel

Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique.

Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. En mai 2017, il a publié le livre Histoire de l'Islam radical et de ceux qui s'en servent, (éditions Lavauzelle). 

Il anime aussi le blog : www.geopolitique-géostratégie.fr

Voir la bio »

Atlantico : La stratégie opérationnelle employée par Paris au Mali peut-elle faire école pour les autres armées occidentales ?

Jean-Bernard Pinatel : L’Armée française a en effet beaucoup amélioré sa stratégie opérationnelle dans la décennie 2000-2010 en réussissant l’amalgame de ses valeurs opérationnelles traditionnelles et des apports technologiques ainsi que des capacités d’intégration et de coordination opérationnelle de l’armée américaine.

Les parachutistes et les forces spéciales françaises ont su conserver intactes les valeurs qui ont fait la réputation mondiale des soldats de Bigeard en Algérie et qu’il définissait lui-même par : "soyez souples, félins et manœuvriers". Qualités auxquelles il faut ajouter la rusticité : c'est-à-dire la capacité de durer sur le terrain en utilisant les ressources locales et sans un appui logistique sophistiqué.

A Kolwezi, c’est la première vague française du 2ème régiment étranger de parachutistes[1], commandé par le Colonel Erulin, composée de 405 hommes qui libère les 2 800 ressortissants français et étrangers pris en otages. Les Américains nous avaient adressé leur évaluation des moyens nécessaires pour mener cette opération : c’était une brigade de 5000 hommes et dans ces 5000 hommes il y en aurait eu, comme toujours chez eux,  4500 hommes en soutien et en appui logistique pour seulement 500 combattants[2].

Le Général Beaufre, un des grands analystes stratégiques français, affirmait que ce qui nous différenciait des Américains c’est que chez nous "la tactique commande les opérations".  La fameuse  phrase lancée par le Général de Gaulle : "l’intendance suivra", l’illustre parfaitement. Dans la tradition américaine, c’est "la logistique qui commande les opérations". Ce que l’expérience d’Afghanistan a apporté aux forces françaises, c’est cette capacité d’intégration totale du renseignement et de la conduite des opérations  de toutes les forces armées : avions, hélicoptères, forces spéciales, forces classiques et l’apport  de technologies de rupture comme les drones. La grande réussite de la France au Mali ou en Libye provient du fait que nos officiers ont conservé cet esprit manœuvrier, de prise de risque qui est très étranger à la culture américaine même si les guerres asymétriques d’Irak et d’Afghanistan les ont amenés à oublier quelque peu leur ambition de mener la guerre "de loin et avec zéro mort" qu’illustre parfaitement la guerre des drones.

Les tactiques de contre-insurrection employées par la France durant la bataille d'Alger sont encore enseignées à West Point, prestigieuse école militaire américaine. Comment s'explique notre habilité à faire face à ce type de conflits ?

La France du fait de son empire colonial et des guerres de décolonisation qu’elle a conduites de 1945 à 1962 est la seule nation à avoir été confrontée à 17 ans de guerre asymétrique. Nos officiers ont ainsi accumulé une expérience inestimable qui a été théorisée au sein de nos écoles de guerre.  Quand ils ont été confrontés après 1966 à la guerre du Vietnam, les Américains ont essayé de s’en inspirer sans réussir à l’intégrer réellement dans leur stratégie opérationnelle, tant leur culture militaire y est étrangère. 

Par ailleurs, la coopération assez équilibrée avec les forces du Tchad et de la CEDEAO peut-elle devenir un modèle porteur pour ce genre de théâtres d'opérations ?

Attention de ne pas confondre l’image que nous voulons donner pour des raisons politiques et la réalité militaire sur le terrain. Car en dehors des forces tchadiennes  (le Tchad n’appartenant pas à la CEDEAO), je doute de l’apport opérationnel des forces de la CEDEAO si elles ne sont pas appuyées au plus près, (j’ai presque envie d’écrire encadrées) par les forces françaises. La présence des forces du Nigéria  entraînant en plus un risque d’exactions auprès des populations locales qu’il ne faut pas sous-estimer. Il est de toutes les façons trop tôt pour en faire un modèle.

Propos recueillis par Théophile Sourdille



[1] En sautant à 250m d’altitude sur l’ancien hippodrome.

[2] Au Mali deux sauts opérationnels furent exécutés : le premier à Tombouctou par LA 2ème compagnie du  2ème REP. Le second  à Tessalit par un détachement du 17ème RGP. Depuis 50 ans, seule la France a réalisé des sauts opérationnels. 2 autres sauts de dissuasion-diversion furent réalisés par les français en  Bosnie et par les américains en Afghanistan.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !