L’emploi redémarre partout en France dans le secteur privé, sauf dans l’industrie qui continue d’en perdre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La croissance de l'emploi salarié du secteur privé a été forte en juin-juillet.
La croissance de l'emploi salarié du secteur privé a été forte en juin-juillet.
©BERTRAND GUAY / AFP

Atlantico Business

L’emploi redémarre partout en France dans le secteur privé, sauf dans l’industrie qui continue d’en perdre

Le secteur privé, en France, a créé 6400 emplois en juillet, hors agriculture. La progression est spectaculaire par rapport aux normales « saisonnières ». Tous les secteurs d’activité bénéficient de cette conjoncture, sauf l’industrie qui continue de perdre des postes.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

Le secteur privé, en France, a créé 6 400 emplois entre juin et juillet 2021, selon les résultats du Rapport National sur l’Emploi en France d’ADP®. Ce rapport mesure, chaque mois, la croissance de l'emploi salarié du secteur privé - hors agriculture - en France métropolitaine. Il s’agit de créations nettes. Il fournit donc une indication mensuelle des tendances du marché du travail, fondée sur des données réelles liées à l'emploi. Il est réalisé à partir des statistiques d’effectifs déclarés des clients français d’ADP, qui est le géant mondial et pionnier de la gestion du capital humain, et qui gère, chaque mois, plus de 3 millions de fiches de paie de salariés en France.

Le bilan précis des créations et des pertes d’emplois durables (CDI) aura été le suivant, selon le secteur d’activité :

   •    Services financiers : + 2 300 

   •    Commerce :   + 400 

   •    Transports :  0 

   •    Immobilier :  - 100 

   •    Services aux entreprises :  - 200 

   •    Fabrication industrielle :  - 800 

   •    Autres secteurs :  + 4 800 

Ont été regroupés dans « Autres secteurs », les mouvements dans les activités de l’énergie, eau, déchets, construction, hébergement et restauration, communication, services domestiques.

En juillet, la fin des restrictions liées aux procédures de déconfinement a donc déclenché un redémarrage quasi immédiat des créations d’emplois. Ces créations d’emplois sont à mettre en parallèle avec la reprise violente de la consommation et de l’investissement. Pour Nela Richardson, économiste en chef chez ADP. « Ce sont Les secteurs des services financiers et du commerce, notamment, qui portent la croissance, et donc les entreprises sont de nouveau en mesure d’embaucher ... »

À Lire Aussi

De Barbie au porno chic : retour sur l’hypersexualisation de l’industrie de la mode

Si on regarde à la loupe ces résultats qui permettent d’imaginer l’évolution à moyen terme, il y a quatre remarques.

1° Ce sont les services financiers (banques, assurances, marchés, intermédiation financière) qui renouent les premiers avec la croissance et progressent de 2 266 emplois en juillet, après en avoir perdu 240 en juin. L’économie française ayant redémarré et les grandes entreprises se portant plutôt bien, vu le contexte, elles sont alors en mesure d’investir à nouveau, ce qui va avoir un impact positif sur l’activité du secteur. 

2ème remarque : Le commerce de détail et de gros progresse de 355 emplois en juillet, après en avoir déjà gagné 223 en juin. La tendance devrait se poursuivre avec la levée des restrictions et la réouverture de tous les commerces depuis fin juin. Il faut dire qu’au plus fort de la crise sanitaire, le secteur du commerce de détail et de consommation courante n‘avait pas perdu d’emplois. La progression du e-commerce avait compensé le ralentissement et la fermeture des commerces physiques.

3ème remarque : L’activité dans le secteur de l’industrie manufacturière recule de 750 emplois, en juillet, après une chute de 636 emplois en juin. Une partie de ces pertes est due à l’augmentation du coût des matières premières ainsi qu’à des difficultés d’approvisionnement, suite aux perturbations dans les transports internationaux. Quand on recoupe ces informations avec celle des chambres de commerce, on ne note pas de mouvement de destructions d’emplois qui seraient liées à des fermetures ou à des délocalisations industrielles.

4ème remarque : La nature des métiers a aussi changé. Les créations d’emploi ont progressé fortement, dans le secteur privé certes, mais sur des métiers nouveaux. Dans les services financiers et le commerce de détail, une forte proportion des créations nouveaux résulte directement de la digitalisation accélérée des entreprises.

Pour en savoir plus, voir le Rapport National sur l’Emploi en France d'ADP

À Lire Aussi

Le sucre : l’enfant chéri du capitalisme

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !