Mélenchon a failli se trouver mal à Nantes : il y a vu une statue de Louis XVI  | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Luc Melenchon prononce un discours lors de son meeting à La Défense, le 5 décembre 2021.
Jean-Luc Melenchon prononce un discours lors de son meeting à La Défense, le 5 décembre 2021.
©ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Ah ça ira, ça ira…

Mélenchon a failli se trouver mal à Nantes : il y a vu une statue de Louis XVI 

C’est qu’il est sensible cet homme-là. 

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Pour sa campagne électorale, le chef de La France Insoumise était à Nantes. Ses pas l’ont amené Avenue Foch, derrière la cathédrale. Et là il a vu - horreur et damnation - quelque chose qui l’a blessé au plus profond de ses convictions : une statue de Louis XVI ! 

Meurtri, il s'est écrié : « si ça ne tenait qu’à moi, je la déboulonnerais ! ». Il a argumenté : « comment peut-on tolérer un monument à la gloire d’une personne de l’Ancien Régime qui ne respectait pas la souveraineté du peuple ». 

Si cela avait été possible, Mélenchon aurait certainement traîné la statue jusqu'à chez lui et avec une guillotine de fortune l’aurait décapitée… D’après sa biographie, il a fait quelques études d’Histoire. Mais il y a des pages qu’il a dû sauter. 

Ignore-t-il que Louis XVI fut un roi débonnaire, pacifique et réformateur ? Ne sait-il pas que le souverain guillotiné s’est toujours refusé à faire tirer sur le peuple ? De la Révolution de 1789 Clémenceau disait « c’est un bloc ». 

Dans ce bloc, on peut choisir. Mélenchon a fait son choix et il a une nette préférence pour la Terreur. Pendant cette triste et sanglante période, les têtes roulaient dans le panier. Pas seulement celles de Louis XVI et de Marie-Antoinette : Danton, Madame Rolland, les Girondins, Camille Desmoulins. 

Mélenchon pour se consoler d’avoir supporté la vue de la statue de Louis XVI aurait dû se rendre sur les bords de la Loire. C’est la, qu’en 1793 furent noyés par les Bleus de Carrier, des milliers de Nantais suspectés de sympathiser avec les Chouans. Mais on sait que Mélenchon, révolutionnaire dans la tradition robespierriste, considère qu’on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. 

À Lire Aussi

Affaire Hulot : ses anciens amis disent qu’ils ne soupçonnaient rien et se déclarent « cocufiés et trahis ». Vraiment ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !