James Webb Télescope : le successeur de Hubble est prêt et devrait nous permettre de révolutionner notre connaissance de l’Univers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le télescope spatial James Webb, à Kourou.
Le télescope spatial James Webb, à Kourou.
©JODY AMIET / AFP

Prouesse scientifique

James Webb Télescope : le successeur de Hubble est prêt et devrait nous permettre de révolutionner notre connaissance de l’Univers

Le lancement prochain du télescope spatial James-Webb va permettre d'écrire une nouvelle page de l'histoire de l'observation spatiale.

Anna Alter

Anna Alter

Anna Alter est journaliste et écrivain. Docteur en astrophysique, elle a été journaliste à Science et Vie, à l'Evènement du jeudi, grand reporter à Marianne et rédactrice en chef adjointe de La Recherche. 

Voir la bio »

Atlantico : Après trente ans de développement et un financement de près de 10 milliards de dollars, le télescope spatial James Webb va bientôt être envoyé dans l’espace. Il sera le plus gros et le plus puissant engin d’observation jamais envoyé en orbite. Pourquoi ce télescope supplante-t-il tous ceux qui ont été envoyés précédemment ? 

Anna Alter : Par sa taille, sa position, sa technologie le télescope James Webb est unique. Espérons qu’il ne connaîtra pas les déboires de son prédécesseur Hubble qui avait un miroir bien poli mais taillé suivant une mauvaise courbe. On s’en est rendu compte après son lancement en 1990, une fois dans l’espace, c’était fou, l’engin voyait flou. Il a fallu attendre trois ans pour monter là haut lui poser des lentilles correctrices. Heureusement, il se trouvait sur une orbite basse et l’on pouvait en navette lui rendre visite assez facilement. Depuis 1993, quatre autres missions de maintenance ont permis à Hubble de garder la forme et d’obtenir des images inédites de l’Univers : à 550 kilomètres du plancher des vaches, n’étant guère gêné par les turbulences de l’atmosphère, il voit bien et loin. En dépit du petit diamètre de son miroir, à peine 2 mètre 40, il a été un des instruments les plus productifs jamais conçus par l’Homme, ses observations ont donné lieu à plus de 16 000 publications, c’est dire son efficacité et sa contribution à notre connaissance du ciel…. Après trente ans de bons et loyaux services, la NASA avec l’aide de l’Agence spatial européenne et l’Agence spatiale canadienne lui a trouvé non pas un remplaçant, mais un suppléant qui n’a pas comme lui un miroir fait d’un bloc mais constitué de dix-huit hexagones en mosaïque qui déployée équivaut à un diamètre de 6 m 50. Du jamais vu dans l’espace, c’est géant ! Posté à 1, 5 million de kilomètres de la Terre, James Webb a intérêt a bien marcher, on ne pourra pas aller sur place le réparer et il ne va pas comme Hubble balayer le spectre visible mais se polarisera sur les orangés et les infrarouges. Des longueurs d’onde dans lesquelles le télescope spatial précédent n’était guère performant et ces rayons étant en grande partie absorbés par l’atmosphère terrestre, il nous ouvrira grand une nouvelle fenêtre sur les fins fonds du ciel...

À Lire Aussi

Et les astronomes découvrirent comment se mirent à briller les premières étoiles

Qu’est ce que de tels moyens mis en œuvre vont nous permettre d’observer à propos de l’univers ? Qu’espérons-nous découvrir ?

James Webb nous révélera la face sombre  cachée de l’Univers. Son grand miroir permettra de récolter les faibles rayons d’objets célestes invisibles de la Terre et entre autres merveilles des galaxies lointaines décalées vers le rouge. Plus près de nous, les étoiles emmaillotés à la naissance dans des poussières émettant essentiellement à ces longueurs d’ondes, on pourra par son intermédiaire observer des astres brillants en train de voir le jour…James Webb pourra étudier en détail des grands ensembles d’étoiles, de gaz et de poussières, et individuellement  tous les composants, ainsi que la composition des atmosphères des planètes voisines et des exoplanètes…Et évidemment, il découvrira des choses inattendues.

Le télescope spatial James-Webb pourrait-il changer notre perception de l'Univers ? Serait-ce le début d’une nouvelle ère dans le domaine de la cosmologie et de l’observation céleste ? 

James-Webb dans un premier temps complétera notre perception de l’Univers, on ne peut prévoir d’avance les changements qu’il apportera et combien il chamboulera nos connaissances.  En étudiant les objets célestes lointains, il se rapprochera du Big-bang et apportera certainement des informations inédites sur ce qui s’est produit dans les années qui ont suivi la grande explosion …Si tout va bien, si son lancement de la base Kourou a bien lieu le 20 décembre prochain, il verra loin et nous y verrons plus clair…

À Lire Aussi

Des astronomes ont découvert un système solaire qui ressemble beaucoup à ce que sera le nôtre après l’explosion du Soleil et la disparition de la Terre

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !