Islamophobie : Securitas victime aux Prud’hommes des incohérences de la bienpensance | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Islamophobie : Securitas victime aux Prud’hommes des incohérences de la bienpensance
©AFP

Entreprises

Islamophobie : Securitas victime aux Prud’hommes des incohérences de la bienpensance

Securitas avait licencié des salariés affectés à Orly dont la barbe laissait à penser qu'ils étaient de confession musulmane. Leur licenciement a été examiné vendredi par les prud'hommes de Bobigny. Une illustration supplémentaire de l'incohérence des pouvoirs publics sous François Hollande, qui ont confirmé l'interdiction des signes religieux dans les administrations, mais ont abandonné les employeurs du secteur privé à leur sort.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio »

Article publié initialement sur le site Entreprise.news

L'affaire est connue comme le loup blanc et simple à comprendre. À l'aéroport d'Orly, Securitas disposait de cinq salariés qui portaient la barbe recommandée dans le monde musulman. L'entreprise les a licenciés dans la foulée des attentats de 2015. Les intéressés attaquent leur employeur devant les prudhommes.

Une question que le législateur a réglée pour l'administration

Cette situation ne se poserait évidemment pas dans le secteur public, où le législateur a réglé une fois pour toutes la question en prohibant tout signe extérieur d'appartenance à une religion. Le port d'une barbe faisant allusion à une confession serait en effet facile à interdire si l'employeur le décidait. 

La loi est sur ce point particulièrement carrée, au titre de la laïcité. 

Le législateur livre les employeurs à eux-mêmes

Comme souvent, deux poids deux mesures. Là où le législateur règle sans état d'âme ses problèmes d'employeur, il se montre beaucoup moins fiable et cohérent avec les employeurs du secteur privé. Ceux-ci ne peuvent revendiquer la laïcité dans leurs murs pour régler le problème. Ils doivent, selon des jurisprudences successives, trouver une sorte de proportionnalité très jésuitique dans les règles à appliquer en interne. 

D'où ces conflits incertains dont la jurisprudence peut avoir des conséquences importantes sur la vie des entreprises. 

La solution viendra-t-elle de l'Europe?

La Cour de Justice de l'Union Européenne a heureusement, en mars 2017, expliqué dans quelles conditions un employeur pouvait interdire le port de signes religieux en son sein. En particulier, l'interdiction doit concerner toutes les confessions et être prévue dans un règlement intérieur. 

Il n'en reste pas moins que, depuis plusieurs années, la bien-pensance française interdit de trancher clairement ces questions dans le secteur privé. Étant entendu que, pour le service public, la solution va sans dire. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !