Gravity, avant/après : quels sont les films qui ont changé l'industrie cinématographique pour toujours ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Gravity a passé la barre des 3 millions de spectateurs en France.
Gravity a passé la barre des 3 millions de spectateurs en France.
©Reuters

Perdu dans l'espace

Gravity, avant/après : quels sont les films qui ont changé l'industrie cinématographique pour toujours ?

"Gravity" est un succès critique et public. Représentant avec réalisme des scènes en apesanteur, le film d'Alfonso Cuaron pourrait marquer l'histoire, ou au moins l'industrie, du cinéma.

 Pascal  Bauchard

Pascal Bauchard

Professeur d'histoire, Pascal Bauchard est spécialisé dans l'histoire du cinéma.

Voir la bio »

Atlantico : Le succès de Gravity ne se dément pas. Le film d'Alfonso Cuaron a passé la barre des 3 millions de spectateurs en France. Peut-on déjà considérer que ce film fera date dans l'histoire moderne du cinéma ?

Pascal Bauchard : Il faut sans doute se garder de tout emballement car cela n'est pas la première fois qu'un film très populaire est considéré comme une œuvre charnière. En plus, il faut s'entendre sur ce qu'on entend par "faire date dans l'histoire du cinéma". Est-ce d'un point de vue technique (par exemple, l'introduction du cinéma parlant...) ? D'un point de vue formel (la manière de filmer) ? Économique (le nombre de spectateurs...) ? Selon le critère retenu,  les réponses peuvent être bien différentes.

Quels autres films ont marqué à tel point l'histoire du cinéma que l'on peut aujourd'hui considérer qu'il y a un avant et un après ? Pour quelles raisons ?

D'un point de vue technique, l'arrivée du cinéma parlant a très certainement marqué un tournant décisif dans l'histoire du cinéma. Quand les studios Warner sortent Le chanteur de jazz en 1927 avec en vedette Al Johnson, tout Hollywood va être obligé de "s'aligner" avec des conséquences économiques et  artistiques très importantes. Les stars "sans voix" finissent par disparaître et l'équipement des salles doit être complètement revu.

On peut cependant relever que quelques grands réalisateurs de l'époque, comme Charlie Chaplin, vont s'opposer à ce nouveau type de cinéma. Chaplin tourne ainsi son premier film sonore, les Temps modernes en 1936 et son premier film parlant Le Dictateur en 1940. Dans le domaine technique encore, le premier film de fiction tourné en Technicolor est celui de Rouben Manoulian, Becky Sharp en 1935 : malgré ses innovations techniques indéniables, il ne remporte qu'un succès très limité. De même, le premier film en Cinémascope  sort en 1955 : il s'agit de La Tunique, d'Henry Koster. Il s'agissait à l'époque de concurrencer la télévision en train de capter la majorité du public aux États-Unis. Mais ce péplum n'a pas laissé un souvenir impérissable.

Si on prend comme critère le succès populaire, Autant en emporte le vent, sorti en 1939, réalisé par Victor Fleming - en fait, c'est surtout le producteur David O. Selznick qui a joué un rôle essentiel dans l'élaboration du film - remporte tous les suffrages. Il obtient une bonne critique, de nombreux prix (8 Oscars dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur) et surtout un succès considérable auprès du public. Pendant très longtemps, il est resté le film le plus rentable de toute l'histoire du cinéma américain avec près de 3,3 milliards de dollars de recettes. 

Comment un film peut-il révolutionner le cinéma ? Est-ce que la révolution ne peut-être que technique ?

Il faut s'entendre sur les mots : s'il s'agit réellement des qualités artistiques, il est certain que quelques films ont vraiment marqué l'histoire du cinéma : Naissance d'une nation de D. W Griffith en 1915, Le cuirassé Potemkine de S.M Eisenstein en 1925, Citizen Kane d'Orson Welles en 1941, Rome ville ouverte de Roberto Rosselini en 1945, A bout de souffle de Jean Luc Godard en 1960... Même s'ils n'ont pas obtenu un très grand succès populaire, ces œuvres se distinguent de la production précédente par leur style, la manière de filmer et de monter, les thèmes traités, la qualité de l'interprétation, etc.

En général, ces films charnières s'inscrivent dans un mouvement de cinéma qui prend par la suite plus ou moins d'ampleur : le film d'Eisenstein et le cinéma soviétique, celui de Rosselini et le néoréalisme italien, celui de Jean Luc Godard et le cinéma de la Nouvelle Vague. Même si tous ces cinéastes ont bien sûr une excellente maîtrise technique, leurs œuvres ont marqué l'histoire du cinéma par bien d'autres aspects que la seule dimension technique.

Un succès critique et/ou public marque-t-il à chaque fois l'histoire du cinéma ?

Non, bien sûr : certains films mal accueillis ont été depuis réévalués car leur importance n'était pas vraiment apparue aux spectateurs de l'époque : un des exemples connus est celui du film de jean Renoir, La Règle du jeu, sorti en 1939 à la veille de la guerre et boudé par le public et la critique. Il est aujourd'hui considéré comme un des meilleurs films du monde. Cela dit, l'inverse n'est pas vrai non plus : un film qui a obtenu un large succès peut être une œuvre très importante. Par exemple, Le cuirassé Potemkine a reçu un excellent accueil à sa sortie par le public soviétique.

Le dernier film considéré comme ayant marqué l'histoire du cinéma était Avatar, de James Cameron. Avant, c'était Matrix. Des films qui ont vu leur identité visuelle copié maintes et maintes fois par la suite. Gravity peut-il être élevé au même rang ?

Nous pouvons de toute façon affirmer que les studios hollywoodiens sont passés maîtres dans la production de séries (les Rambo, les Indiana Jones, les Star wars...) et ce pour des raisons essentiellement financières : un succès, surtout s'il est inattendu, doit être exploité au maximum et les dirigeants de l'industrie du cinéma n'aiment pas prendre de risques : il est donc probable qu'un Gravity 2 doit déjà être à l'étude !

Y aura-t-il un avant et un après Gravity ? Est-ce que cette considération ne porte que sur l'aspect technique du film ou également sur sa narration ? 

Il est bien sûr difficile de se prononcer car ce n'est quand même pas le premier film qui se déroule dans l'espace. On peut lui souhaiter le même destin que celui qu'a connu le célébrissime 2001, l'Odyssée de l'espace, de Stanley Kubrick, sorti en 1968 et devenu depuis un véritable film-culte parmi les cinéphiles et au-delà !

Propos recueillis par Sylvain Chazot

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !