Fred Vargas : un monde à part et très attachant | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Fred Vargas : un monde à part et très attachant
©Editions Flammarion

Atlanticulture

Fred Vargas : un monde à part et très attachant

Après quatre ans de silence, l'auteur aux 14 "rompols" et aux 2 millions d'exemplaires vendus, revient avec un très bon roman, délirant et érudit.

Isabelle De Larocque Latour pour Culture-Tops

Isabelle De Larocque Latour pour Culture-Tops

Isabelle De Laroque Latour est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam , journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam, 23 ans, en Master d'école de commerce, et grand amateur de One Man Shows.

Voir la bio »

L’AUTEUR

Titulaire d’un doctorat d’histoire (sujet de  thèse : la peste au moyen âge), chercheuse au CNRS, spécialiste d’archéozoologie, militante anti-extradition en faveur de  l’ancien activiste d’extrême-gauche Cesare Battisti, Fred Vargas n’a pas le profil classique d’un auteur de Série Noire. Pourtant, avec ses quatorze « rompols », elle a dépassé les deux millions d’exemplaires, accumulé les prix et les trophées. Cinq de ses titres ont été adaptés à la télévision et au cinéma. Les multiples fans qui suivent depuis le début ses personnages improbables attendaient avec impatience la sortie de son dernier roman, après quatre ans de silence.

THEME

Le commissaire Adamsberg et sa brigade sont confrontés à deux enquêtes délicates :

-       Deux morts sur un îlot perdu au large de l’Islande septentrionale.

-       Quatre faux suicides parmi les sept cents membres de «  l’Association d’Etudes des Ecrits de

Maximilien Robespierre », qui se réunit  à Paris toutes les semaines afin de  reconstituer  les séances de l’Assemblée Nationale sous la Révolution (de la Constituante à la Convention).

Seul lien entre ces deux affaires disparates :

-       Un lieu insolite, dans les Yvelines, baptisé « Le Creux », entre les communes de Sombrevert et Malvoisine.

Il  faudra toute l’obstination rêveuse d’Adamsberg pour repérer ce lien, quitte à risquer l’éclatement de la brigade, écartelée entre « croyants » et « positivistes ».

POINTS FORTS

·         Les inimitables protagonistes de Vargas : Adamsberg, plus songeur que jamais confronté à sa « pelote d’algues »; Danglard, le  Pic de la Mirandole du roman policier;  Veyrenc, le poète  aux cheveux bicolores; l’ineffable Violette Retencourt, plus forte que dix charretiers; Mercadet, l’hypersomniaque qui dort trois heures sur six; Lucio, le vieil espagnol manchot qui gratte depuis quarante ans une piqure d’araignée sur sa main emportée; et les autres, tous les autres.. sans compter  La Boule, le chat paresseux, et Marc, le sanglier au museau soyeux de caneton.

·         La fascinante reconstitution des séances à l’Assemblée entre 1792 et 1794, au cours desquelles des anonymes fusionnent avec les personnages historiques qu’ils incarnent: Robespierre, Couthon, Danton, Fouché… Déguisés, grimés, habités, ils clament les textes authentiques qu’ils ont appris par cœur jusqu’à l’aliénation de leur être propre.

·          Une analyse psychologique élaborée du citoyen  Robespierre : l’Incorruptible  entre légende noire et hagiographie.

·         Les appellations (patronymes et toponymes) qui font la poésie de cet univers si particulier.

·         L’alliance, toujours réussie, du pragmatisme et de la légende : L’ Afturganga, créature maléfique  de l’îlot tiède, « convoque » Adamsberg en Islande pour éclairer son enquête.

POINTS FAIBLES

·         Une intrigue totalement invraisemblable, comme souvent chez Vargas, mais l’important n’est pas là.

·         L’absence de personnages récurrents que l’on a aimés dans les précédents romans, comme les « évangélistes » dans leur « baraque pourrie », mais les nouveaux venus ne sont pas tristes non plus…

EN DEUX MOTS...

Du très bon Vargas, délirant et érudit.

UNE PHRASE

Pages 254/255. Quelques  extraits  d’une conversation :

" LUCIO : Creuse. C’est une pensée que t’as pensée  et que tu n’as pas fini de penser. Faut pas perdre ses pensées comme ça, hombre.  Faut faire attention où on range ses affaires. (…) »

Puis,  Adamsberg  croise son fils :

-          Tu montes déjà ?

-          Je dois aller chercher des pensées que j’ai pensées et que j’ai oublié de penser.

-          Je vois, dit Zerck  avec  la plus parfaite sincérité.

Bel aperçu de la façon d’enquêter d’un commissaire "pelleteur de nuages"."

RECOMMANDATION

EXCELLENT Excellent

ROMAN

Temps glaciaires

de Fred Vargas 

Ed. Flammarion 

489 pages

19.90 €

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !