La nouvelle mouture de Facebook veut-elle vraiment embrouiller les internautes ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
La nouvelle time line de Facebook est désormais en ligne
La nouvelle time line de Facebook est désormais en ligne
©Reuters

I like ?

La nouvelle mouture de Facebook veut-elle vraiment embrouiller les internautes ?

Le réseau social a rendu accessible à l'ensemble de son public français la nouvelle mise en page de son site. Un énième changement qui cache une vraie stratégie...

Alban Martin

Alban Martin

Alban Martin est maître de conférence associé au Celsa Paris IV Sorbonne.

Co-fondateur et vice-président du Social media Club Paris, il est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés à l'univers d'Internet dont notamment Egocratie et Démocratie : la nécessité de Nouvelles Technologies Politiques (Fyp éditions, 2010).

Voir la bio »

Atlantico : Facebook a récemment rendu accessible à tous les utilisateurs français sa nouvelle interface, qu’est-ce que cette nouvelle page apporte de nouveau ?

Alban Martin : La manière dont les informations apparaissent ressemble beaucoup plus à un journal que nous pourrions lire.

Désormais la page est constituée comme une timeline où apparaissent des vignettes semblablement à un magazine people, où les images sont mises en avant et prennent la moitié de l’écran. Les vidéos sont désormais directement au format "expendable", c’est-à-dire étendue. Un patchwork des photos des amis ajoutés dans le mois est également visible. Tout cela est pensé dans une logique d’interface tactile de type iPad ou tablette avec une lecture qui s’effectue de haut en bas mais surtout de manière très visuelle, comme un magazine.


Que pensez-vous de cette nouvelle page ?

C’est un virage qui correspond à lecture sur smartphone ou sur tablette et qui est beaucoup plus sexy.  Sur Facebook, le partage de photos est le premier usage, c’est le contenu le plus intéressant pour les utilisateurs et c’est ce qui ressort de cette nouvelle interface. C’est un redesign afin de mettre l’accent sur les informations visuelles plutôt qu’un changement de fond. C’est un tri graphique.

 

Pourquoi est-elle accessible à certaines personnes depuis plusieurs mois et seulement récemment pour d’autres ?

Lorsque Facebook a annoncé cette fonctionnalité, ils l’ont proposée en test aux personnes possédant un compte développeur. C’est-à-dire les développeurs d’applications afin qu’ils puissent commencer à regarder comment intégrer cette nouvelle visualisation dans leurs futures applications. Ainsi, plus d’un millions de personne a adopté cette nouvelle interface. Cela a produit un essai grandeur nature durant plusieurs mois, avec près d’un million de personnes utilisant la fonction. Désormais, elle peut être déployée aux 800 millions d’utilisateurs.

 

Pourquoi Facebook change-t-il régulièrement d’interface ?

Cela peut s'expliquer par différents facteurs:

  • La montée en puissance des consultations mobiles de Facebook : près d’un utilisateur sur deux en France consulte au moins une fois par jour Facebook via son mobile.  A l’échelle mondiale plus de 250 millions de personnes consultent Facebook depuis leurs téléphones. Il est nécessaire d’effectuer un revirement de façon à s’adapter à ce changement d’interface tactile et ainsi faire la part belle à une présentation linéaire sans colonnes.
  • Les photos sont les éléments les plus intéressants sur Facebook  pour les utilisateurs, le changement régulier d’interface résulte d’une volonté de renforcer la prédominance des photos et ainsi les mettre de plus en plus en valeur sur les profils.
  • Plus Facebook s’agrandit, plus il y a un nivellement des exigences. Une simplification de l’interface est nécessaire, si l’on observe le Facebook de 2006-2007 les applications étaient relativement complexes, désormais le réseau s’est banalisé l’interface s’est par conséquent simplifié.  Le "wall", le mur facebook devient une time line hyper simplifiée, une ligne de temps accessible au plus grand nombre. La simplification de la navigation va de pair avec l’extension du réseau.

 

Vous évoquez une simplification de l’interface, cependant le changement régulier n’est-il pas un moyen d’embrouiller les utilisateurs lambda afin qu’ils ne gèrent plus leurs paramètres de confidentialité ?

C’est une vraie interrogation. A chaque changement d’interface, l’accès aux paramètres de confidentialité est modifié. Les nouveaux  paramètres ne correspondent plus aux anciens, ils essaient de transposer aux plus près les choix précédents cependant au final, ils s’avèrent bousculés et les choses qui devaient être privées se retrouvent publiques.

Au fur et à mesure, Facebook a rendu public par défaut un certain nombre de choses depuis sa création en 2006. Par exemple, au début vous pouviez vous "cacher" du moteur de recherche Facebook désormais ce n’est plus le cas. Quoi qu’il arrive si vous avez un compte Facebook , au minimum votre photo et votre nom ressortiront sur le moteur de recherche. On ne peut plus cacher son appartenance à Facebook.

Facebook tend par défaut, voire de manière obligatoire, à rendre public un certain nombre de choses, le changement d’interface est donc potentiellement un moyen de changer des manières de cacher des choses ou éventuellement empêcher à terme d’en cacher certaines.


Quelle est la stratégie entreprise à travers le changement d’interface ?

Les photos sont les contenus les plus attractifs sur le réseau social,  ils souhaitent donc les mettre en avant. Le virage vers l’adaptation au tactile est un élément essentiel. Il souhaitent également montrer que la plateforme bouge continuellement. La logique de Mark Zuckerberg est d’avoir la main sur l’interface. Lorsqu’il souhaite tester quelque chose, il déploie en direct, à 800 millions d’exemplaires une nouveauté et observe si cela fonctionne ou non. C’est un besoin de montrer que le site évolue afin de changer les habitudes, un peu comme dans un supermarché où l’on va changer les rayons de place de façon à obliger les individus à passer dans des rayons dans lesquels ils ne se rendaient pas.

Il est important de noter qu’ils sont restés dans une logique de start-up de 2500 employés qu’ils assument depuis le début. Il n’est pas impossible que cette nouvelle interface journal poursuive son évolution malgré sa mise en ligne. C’est une volonté d’être en avance, ils ont une bonne intuition notamment à travers l’espace accordé aux photos. 

Propos recueillis par Caroline Long

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !