Explosion des attaques au couteau et de la criminalité au Royaume-Uni : comme un air de déjà vu de ce coté ci de La Manche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Explosion des attaques au couteau et de la criminalité au Royaume-Uni : comme un air de déjà vu de ce coté ci de La Manche
©Pixabay

Mêmes causes (taubiresques), mêmes effets

Explosion des attaques au couteau et de la criminalité au Royaume-Uni : comme un air de déjà vu de ce coté ci de La Manche

La Grande-Bretagne subit une explosion criminelle.

Xavier Raufer

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée dans le chaos mondial : mafias, triades, cartels, clans. Il est directeur d'études, pôle sécurité-défense-criminologie du Conservatoire National des Arts et Métiers. 

Voir la bio »

La Grande-Bretagne subit une explosion criminelle. Etablissons-le *:

- du 1e janvier 2018 à fin mai, la métropole de Londres, fief de Scotland Yard (Metropolitan Police) recense 69 homicides, dont 43 à l'arme blanche. + 21 % sur les mêmes mois de 2017. Au même moment, New York enregistre  50 homicides.

- Londres encore : mai 2017 à mai 2018, 22 025 vols violents commis en scooter (moped crimes), 60 par jour, + 50% sur l'année d'avant. Le Far West disent les médias.

- De mai 2017 à mai 2018 (Pour tout le royaume) quelque 50 000 Robberies (vols à main armée plus vols avec violence), + 33% en un an.

- Selon l'Office for national Statistics, l'usage criminel d'arme blanche, ayant ou non provoqué la mort, est à + 22% de septembre 2016 à sept. 2017 ; usage d'arme à feu, + 11%. La criminalité en général, + 14% (au plus haut depuis 15 ans).

Pourquoi cette explosion criminelle dans un pays naguère paisible ?  Cause profonde, l'abolition des gouvernements vraiment "Libéraux" ou "conservateurs" en Europe, remplacés par de factices-unanimes petits soldats de la mondialisation heureuse façon DGSI (Davos-Goldman-Sachs-Idéologie). Ainsi Theresa May ou François Hollande, David Gauke ministre conservateur de la Justice à Londres aujourd'hui, ou la libertaire Mme Taubira à Paris naguère, mêmes politiques laxistes et effets pervers.

Car c'est la conservatrice Mme May qui, ministre de l'Intérieur, massacre dès 2010 la police britannique, amputant d'un coup son budget de - 18%. En 2015, Mme May dédaigne les alertes des syndicats et cadres de la police, les accusant avec mépris de "crier au loup". Il y avait en 2010 144 353 policiers dans les rues (Angleterre + Galles) ; en 2015, il en restait 122 859,  - 21 494. Or sur 5 ans, cette décimation fait 4,5 millions de jours d'enquête en moins - à l'immense joie de bandits ainsi laissés la bride sur le cou.

Résultat, l'effondrement des taux d'élucidation des polices britanniques. En 2015 encore, Scotland Yard faisait inculper 26% des assaillants au poignard, 11% en 2018. Robberies (braquages, agressions) : 6% d'élucidation en 2017, 94% de crimes impunis.

A l'origine de l'explosion criminelle, des gangs toujours plus audacieux et structurés. Or paralysée par le "politiquement correct", Mme May interdit pour l'essentiel aux policiers de fouiller ces jeunes gangsters souvent issus de l'immigration africaine ou ouest-asiatique - comme la majorité des victimes d'homicides et 70 à 80% des gangsters en cause. Les bandits ne s'en cachent d'ailleurs pas, le principal gang juvénile de Londres s'étant lui même baptisé Mali Boys. Face à ce réel criminel, Mme May a empilé formalités absurdes et interdits bienséants - conférant aux gangsters une quasi-impunité.

Qui dit explosion dit explosif : c'est l'énorme retour de la cocaïne sur la scène branchée britannique, dans une jeunesse dorée post-crise certes vegan, bobo et fan de café équitable - mais carburant à la coke,  d'où, de mortelles guerres de territoires entre gangs.

Ultime cause de l'explosion criminelle : une justice laxiste. L'Angleterre ne poursuit désormais plus les vols en boutiques de moins de 250 euros ; déficit pour le commerce, 7 milliards d'euros - bien sûr répercutés sur les prix. Cette hugolienne mesure coûte à chaque ménage 300 euros par an - déjà l'insécurité dans leur cité, là encore, les pauvres trinquent.

Angleterre + Galles : 527 000 inculpations en 2016-2017, moins 65 000 sur 2015-2016 - alors que sur 2015-2017, les infractions connues y bondissent de + 750 000.

Et les infractions chaque jour plus nombreuses de possession et usage d'une arme ? Voici les derniers chiffres (mars 2018) de l'ONS :

En 2017, la justice britannique a rendu 20 982 sentences pour infraction avec arme blanche (sous le niveau de la blessure physique) :

- 4 067 peines avec sursis,

- 7 628 peines de prison ferme (36% du total ; 43% des adultes et 14% des mineurs). Peine moyenne : 7,5 modestes mois en prison,

- 9 287 simples et platoniques "avertissements".

Ultime folie: à des policiers abasourdis, le (conservateur) secrétaire d'Etat britannique aux prisons annonce une forte diminution des incarcérations de moins d'un an. Or on l'a vu, la peine réelle pour possession/usage d'une arme blanche est de sept mois et demi de prison ferme ; ce pour moins de 50% des condamnés adultes, et moins de 15% des mineurs - les autres échappant déjà à toute incarcération. Cherchez l'erreur...

________________

* D'usage, les statistiques criminelles de Londres concernent l'Angleterre et le Pays de Galles. Ecosse et Irlande du Nord publient leurs propres données qui aujourd'hui confirment les anglaises. Quand ces données concernent tout le royaume, nous précisons "ONS-Office for National Statistics".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !