Et si le PS ne présentait pas de candidat à la présidentielle ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Et si le PS ne présentait pas de candidat à la présidentielle ?
©Reuters

Eurêka !

Et si le PS ne présentait pas de candidat à la présidentielle ?

De cette idée formidable, je suis l'inventeur. Mais je l'offre gracieusement et généreusement au patron du Parti socialiste.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Cher Jean-Christophe Cambadélis,

"As-tu reçu un coup de téléphone du secrétaire de la fédération PS du Vaucluse ?". "Non". "Mais tu as lu au moins son communiqué ?". "Non, j'ai aujourd'hui des choses plus importantes à faire !". "Ah bon ? Et quoi donc ?". "Je fais visiter notre immeuble de la rue de Solférino dans le cadre des journées du patrimoine".

Il n'y a aucune raison de ne pas croire le Premier secrétaire du Parti socialiste. Mais il n'en demeure pas moins que j'ai beaucoup de mal à imaginer qu'on se presse pour visiter un funérarium. Dommage, oui dommage, que Jean-Christophe Cambadélis traite par le mépris le communiqué de la fédération PS du Vaucluse. Car il y a en germes dans ce texte la solution miracle qui permettra au Parti socialiste d'émerger la tête haute de l'élection présidentielle de mai 2017.

En effet, la fédé du Vaucluse vient d'annoncer qu'il n'y aura pas de candidat du parti pour la départementale partielle d'Orange en octobre. Même pas un tout petit candidat… Même pas un petit tour de chauffe… Rien. Nada. Nib de nib. La fédération du Vaucluse dit agir "dans un esprit de responsabilité" et appelle "tous les républicains à faire barrage à l'extrême-droite".

Cela sonne en apparence comme un faire-part de décès. Moi, au contraire, j'y vois un signe d'espoir. Et à la place de Jean-Christophe Cambadélis, j'y prêterais la plus grande attention. Car l'hirondelle du Vaucluse pourrait bien annoncer un printemps radieux pour le Parti socialiste qui vit un automne crépusculaire. Il faut, oui il faut, Jean-Christophe Cambadélis, prendre modèle sur les socialistes du Vaucluse !

Renoncez "dans un esprit de responsabilité" à présenter un candidat à la présidentielle en 2017 ! Sinon, vous aurez le choix entre la Bérézina et Waterloo. Vous voyez la gauche se présenter devant les électeurs ? Et avec qui ? Hollande, Mélenchon, Montebourg, Duflot, Cosse et bientôt sans doute Taubira ? La défaite en pleurant !

Au lieu de cette perspective funèbre, refusez de participer à la compétition en assurant que les dés sont pipés. Ressortez de la naphtaline le bon vieux slogan de mai 68 : "Elections, pièges à cons !". Et même, remontez un peu plus loin dans le passé, avec le "bonnet blanc, blanc bonnet" du PC refusant de choisir entre De Gaulle et Poher. Entre la peste et le choléra… Appelez à l'abstention révolutionnaire ! Il y a en moyenne 20% d'abstentionnistes à chaque élection présidentielle. Vous pourrez donc les comptabiliser comme étant des vôtres ! Ce sera toujours mieux que le score annoncé pour tout candidat de gauche. Génial, non ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !