Enseignante menacée : il s’agit paraît-il "d’une instrumentalisation politique" ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Education
L'entrée du lycée Simone Weil, dans le IIIe arrondissement de Paris.
L'entrée du lycée Simone Weil, dans le IIIe arrondissement de Paris.
©Capture d'écran Google Street View

Le naufrage de la FCPE

Enseignante menacée : il s’agit paraît-il "d’une instrumentalisation politique" !

Non, il s’agit d’un déni de réalité…

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Les faits se sont déroulés devant le lycée Simone-Weil à Paris lors d’une sortie scolaire. Une élève a alors remis son voile. L’enseignante lui a fait remarquer que même pour une sortie scolaire, c’était interdit.

La prof a appelé la mère de l’élève pour lui en parler. Et c’est le frère qui a décroché avec ces paroles menaçantes : "celui qui touche au voile de ma soeur, je le tue". Le frère irascible a été interpellé puis remis en liberté. Il y avait pourtant des menaces de mort.

Interrogé sur cet épisode, la présidente de la FCPE Paris (une association de parents d'élèves orientée à gauche) s’est catégoriquement refusée à condamner le voile et les menaces de mort. "Il y a là un contexte politique particulier. Plus une instrumentalisation. Il faut promouvoir le dialogue", a-t-elle déclaré.

La FCPE est décidément très bienveillante. Elle ne veut pas stigmatiser le voile et appelle au dialogue. On imagine sans peine la teneur de cet éventuel échange. La présidente de la FCPE Paris s’adresserait au jeune homme de la façon suivante : "Il ne faut pas dire  "je vais te tuer" mais "je vais te gronder"". A part ça, si vous êtes parent d'élève, vous êtes libre d’adhérer à une autre association que la FCPE.

À Lire Aussi

Une enseignante frappée d’un coup de couteau dans une école du Calvados !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !