Emmanuel Macron encaisse sans attendre les dividendes de l’accord européen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron Julien Arnaud entretien
Emmanuel Macron Julien Arnaud entretien
©LUDOVIC MARIN / AFP

Plan de relance

Emmanuel Macron encaisse sans attendre les dividendes de l’accord européen

Emmanuel Macron était invité ce mardi au journal de 20H de TF1. Le président de la République est notamment revenu sur le sommet européen et sur l'accord "historique" obtenu. Florian Silnicki décrypte les enjeux et les enseignements de l'entretien du chef de l'Etat.

Florian  Silnicki

Florian Silnicki

Florian Silnicki est Expert en communication et Président Fondateur de l'agence de communication de crise LaFrenchCom (https://www.lafrenchcom.fr)

Voir la bio »

Ce duplex est intéressant d'abord parce que c'est une forme relativement rare de prise de parole d'un Président de la République.

Sur la forme, ce n'est ni un grand succès technique pour la chaine ni un grand moment journalistique car Julien Arnaud ne se fait pas entendre par Emmanuel Macron, et ne peut pas intervenir pour l'interpeller ou le contredire. Le duplex est d'ailleurs le format d'interview (qui s'est répandu avec le COVID pour des raisons sanitaires) qui est le plus confortable pour l'interviewé qui peut faire semblant de ne pas entendre les interpellations du journaliste et poursuivre son propos sans être physiquement interrompu.

Toujours sur la forme, des citoyens français ont perdus la vie et Emmanuel Macron évoque des "incivilités", c'est très maladroit humainement.

Cette interview n'est jamais aussi intéressante que dans ses dernières minutes en ce que Emmanuel Macron ne cache pas son envie de dresser les lauriers de son action diplomatique en faisant ce que les communicants appellent "un tunnel", une séquence ininterrompue d'éléments de langage sur ce sommet européen.

Le Président de la République dit en susbtance aux Français "je veux que vous soyez convaincus que ma victoire est historique", "c'est le bilan recherché de mon action politique promise". Le Président de la République oublie alors un point essentiel : La communication politique, ce n'est jamais affirmer que son bilan est bon. La bonne communication politique, c’est faire en sorte que quelqu’un d’autre dise que son bilan est bon.

La règle de la communication politique c'est qu'il faut parler élogieusement de soi sans trop en avoir l'air. Emmanuel Macron semble lui penser qu'on n'est jamais mieux servi que par soi-même, autant dire du bien de sa propre action politique. La difficulté c'est que cet autosatisfecit ne peut convaincre que son propre socle électoral résiduel.

Enfin, je retiens que le seul endroit où la communication politique semble résister, c'est l'Europe qui ne sait pas se rendre concrète, accessible à ses citoyens, y compris dans la crise, c'est dommage.

Emmanuel Macron a ici cherché à ouvrir une nouvelle séquence politique de son quinquennat alors que sa cote de popularité souffre beaucoup. Ces derniers temps lui ont offert peu de victoires politiques nationales, il va chercher, comme l'ont fait avant lui de nombreux présidents de la république, un nouveau souffle politique sur la scène internationale, domaine réservé constitutionnel du Président de la République.

A lire aussi : Un accord historique pour l’Europe ? Petits arrangements (avec la vérité) entre amis

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !