L'alternative de l'économie solidaire et sociale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
L'alternative de l'économie 
solidaire et sociale
©

Economie solidaire et sociale

L'alternative de l'économie solidaire et sociale

200 000 entreprises, 2 millions de salariés... C'est ce que représente l'économie solidaire et sociale (ESS), présente dans de nombreux domaines en France : commerce équitable, co-voiturage, aide à la mobilité, associations et espaces culturels. Des états généraux sur l'ESS, pour faire connaître cette manière différente de produire et de consommer, sont organisés entre le 17 et le 19 juin à Paris.

Claude Alphandéry

Claude Alphandéry

Claude Alphandéry est président d’honneur de France Active, il a été le président de 1990 à 2001. Il est aussi l’initiateur du Laboratoire de l’Economie sociale et solidaire (www.lelabo-ess.org).

Voir la bio »

Dans quelques jours, les Etats généraux de l’Economie sociale et solidaire investissent le Palais Brongniart. Quel symbole ! Car les lieux de mémoire sont souvent ceux de grands retournements: l'ancienne prison de la Bastille, forteresse du pouvoir absolu, est devenue la place naturelle des rassemblements démocratiques; c'est à la "Concorde" que fonctionnait la guillotine… Les 17, 18 et 19 juin, au cœur de Paris, le Palais Brongniart, l'ancienne Bourse où les transactions de valeurs financières faisaient et défaisaient d'immenses fortunes deviendra donc le lieu des valeurs de solidarité.

L’ensemble des acteurs de l’Economie sociale et solidaire y donne rendez-vous pour une grande manifestation festive et citoyenne qui rassemblera des milliers de personne. Débats, propositions concrètes, concerts, présentation de projets innovants rythmeront ce week-end autour d’un mot d’ordre : nous, citoyens, voulons et pouvons reprendre la main sur l'économie.

Il était temps de donner plus de visibilité à cette autre économie. En effet, alors que le modèle économique dominant n’en finit pas d’atteindre ses limites, des milliers d’initiatives visant à réparer les dégâts et à retrouver le sens de l’intérêt général tissent les territoires. Très diverses dans leurs réalités, elles partagent des caractéristiques essentielles : un projet économique au service de l’utilité sociale, une mise en œuvre éthique, une gouvernance démocratique et une dynamique de développement fondée sur l’ancrage territorial et la mobilisation citoyenne.

Rassemblées sous le vocable d’économie sociale et solidaire (ESS), ces initiatives ouvrent des voies nouvelles car elles cherchent à produire, consommer et décider autrement, concrètement elles animent les projets économiques de manière plus respectueuse des personnes, de l’environnement et des territoires.

Elles ont pour noms : commerce équitable, finance solidaire, agriculture paysanne et circuits courts, services aux personnes âgées et petite enfance, insertion par l’activité économique, accès à la santé, logement social, monnaies complémentaires, éco-construction, solidarité internationale et tourisme solidaire, coopératives d’activités et d’emplois, recycleries et ressourceries, co-voiturage et aide à la mobilité, internet coopératif et logiciels libres, associations et espaces culturels… Elles sont présentes partout où l’on promeut la recherche du bien commun et chacun en bénéficie d’une manière ou d’une autre dans son quotidien.

Au sens le plus large, l’ESS représente désormais 200 000 entreprises en France, soit plus de 2 millions de salariés et 10% de la valeur nationale créée. Loin d’être une exception française, elle se retrouve et se développe partout en Europe mais aussi au Québec, en Asie, en Amérique Latine…

Par sa réactivité et les solidarités qu’elle met en œuvre, l’ESS constitue une réponse immédiate aux conséquences de la crise et peut inspirer positivement les réformes indispensables pour en sortir. Mais au-delà, ses valeurs et ses pratiques peuvent inciter les pouvoirs publics, les entreprises et les citoyens à changer de comportement pour tendre vers une économie plus solidaire, plus équitable et plus responsable.

Ses réponses, partielles mais réelles, perfectibles mais concrètes, constituent une véritable réponse aux enjeux sociaux actuels. Elles redonnent espoir sans promettre le grand soir, en ouvrant le champ des possibles. Elles montrent que des alternatives existent et peuvent se développer à grande échelle, à condition de les faire connaître et de les soutenir.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !