Dyslexie : les surprenants bénéfices évolutifs dont pourraient bénéficier ceux qui en sont atteints | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Quels sont les avantages évolutifs qui pourraient découler de la dyslexie développementale ?
Quels sont les avantages évolutifs qui pourraient découler de la dyslexie développementale ?
©Philippe HUGUEN / AFP

Forces

Dyslexie : les surprenants bénéfices évolutifs dont pourraient bénéficier ceux qui en sont atteints

Selon une étude menée par des chercheurs et des psychologues de l'Université de Cambridge et de l'Université de Strathclyde, les éléments neurologiques de la dyslexie comportementale seraient avantageux dans différentes circonstances.

Helen Taylor

Helen Taylor

Helen Taylor est chercheuse associée et chef de projet sur la cognition complémentaire, l'entrepreneuriat et l'adaptation sociétale à l'Université de Strathclyde. Ses recherches portent sur la dyslexie pour essayer de comprendre ce qu'est cette forme de cognition et pourquoi elle existe. À partir de là, elle a développé une nouvelle théorie de l'évolution cognitive humaine qui s'appuie sur la théorie des systèmes économiques et complexes et s'appuie sur une série de preuves issues de la psychologie cognitive, des neurosciences, de l'évolution. Pour plus d’informations sur ses travaux, retrouvez le site Complementary Cognition. Retrouvez Helen Taylor sur Instagram (complementary_cognition) et Twitter (@DrHelenTaylorCC) et LinkedIn (drhelentaylor).

Voir la bio »

Atlantico : Dans votre récente étude intitulée "Developmental Dyslexia : Disorder or Specialization in Exploration", vous avez développé l'idée que les personnes diagnostiquées avec la dyslexie développementale ont certaines forces. Quelles sont ces forces spécifiques ? Comment observez-vous l'existence de ces forces ?

Helen Taylor : Au cours des 40 dernières années, on a proposé l'existence de plusieurs points forts chez les personnes atteintes de dyslexie - bien que les preuves n'aient pas toujours été claires ou faciles à établir, comme nous allons le voir.

Les forces proposées comprennent la capacité à imaginer des caractéristiques spatiales interconnectées, globales ou à grande échelle (plutôt que des caractéristiques locales et détaillées) et à raisonner sur le monde physique. Ces capacités d'imagination et de conscience spatiale globale peuvent être utiles dans des domaines tels que l'ingénierie, l'architecture, le design, la conception de produits, la construction et les sports (par exemple, la boxe et le football).

La capacité à simuler et à faire des prédictions sur l'avenir ou sur un passé inconnu, à déterminer comment les choses sont apparues ou ont été, par exemple en tant que géologue ou archéologue, ou à imaginer comment les choses pourraient être ou seront, est un autre atout. Comme le dit Anthony Hobley, co-directeur exécutif du partenariat Mission Possible : "Les personnes atteintes de dyslexie sont les penseurs systémiques naturels de l'humanité. Je suis convaincu que leurs capacités uniques les auront amenées à s'intéresser au changement climatique. Je crois que la race humaine compte un petit nombre d'entre nous qui sont câblés pour s'inquiéter de la situation globale et de l'avenir dans le cadre de notre stratégie de survie collective."

À Lire Aussi

Journée de la dyslexie : un trouble mieux compris mais dont la prise en charge reste déficiente

Les personnes atteintes de dyslexie semblent également avoir des atouts en termes d'originalité et d'invention. En effet, plusieurs études sur la pensée divergente attestent de plus grandes capacités d'originalité chez les adultes dyslexiques. Nous pouvons illustrer cela par l'histoire du physicien américain John Goodenough, père de la batterie lithium-ion et lauréat du prix Nobel de chimie en 2019. Il a lutté contre une dyslexie non diagnostiquée (à l'époque, dit-il, "vous n'étiez qu'un "élève arriéré"") ; aujourd'hui, son invention a révolutionné l'électronique grand public avec des applications techniques dans le domaine de l'énergie portable et stationnaire. Depuis, il a apporté des améliorations progressives à la taille et aux performances de la batterie lithium-ion pour obtenir des fonds, mais, selon M. Goodenough, il s'intéresse davantage à la recherche exploratoire, hors des sentiers battus, qui débouchera sur une véritable innovation.

Les forces dans des domaines tels que la découverte, l'invention et la vision à long terme contribuent à expliquer pourquoi les personnes atteintes de dyslexie s'orientent vers des carrières dans des domaines tels que les arts, l'architecture, l'ingénierie et l'entrepreneuriat.

Une étude menée auprès d'étudiants en première année à la prestigieuse Central St Martins, University of Arts London, a révélé que 75 % d'entre eux souffraient d'une forme de dyslexie. Sur la base des seuls chiffres déclarés, une autre étude a révélé que 28 % des étudiants en ingénierie étaient dyslexiques, contre 5 % seulement en droit. Ces chiffres sont particulièrement élevés si l'on considère que la plupart des personnes dyslexiques ne se rendent pas compte qu'elles sont atteintes de dyslexie.

À Lire Aussi

Cette découverte française qui pourrait permettre de traiter la dyslexie

Il peut être difficile de vérifier expérimentalement l'existence de certaines de ces forces comportementales ; par exemple, il n'est pas facile d'évaluer l'existence d'une vision précise à long terme. Jusqu'à présent, il n'y a pas eu non plus de financement substantiel de la recherche à cet effet. C'est pour ces raisons que nous avons dû adopter une approche très différente pour étudier à quoi sert réellement la pensée associée à la dyslexie.

Ce que j'ai observé, et qui était nouveau, c'est que toutes les forces proposées présentaient un schéma commun : elles étaient toutes liées, d'une manière ou d'une autre, à l'exploration de l'inconnu. Ce schéma était très intéressant.

Comment expliquer le lien entre la dyslexie développementale et ces forces spécifiques ?

Pour mieux comprendre ce phénomène, il est utile de comprendre d'abord le concept de recherche et le compromis qu'il implique.

Les animaux - y compris les humains - doivent rechercher des informations pour survivre et se reproduire - pour un partenaire, pour de la nourriture, pour des ressources ou pour des informations. Cependant, nous sommes toujours confrontés à un compromis entre le temps et l'énergie consacrés à exploiter les avantages d'un choix particulier et l'exploration de nouvelles possibilités.

L'obtention d'un équilibre approprié est la clé d'une adaptation et d'une survie réussies. Si l'on explore trop, on perd de l'énergie inutilement ou on découvre de nombreuses idées nouvelles mais non développées. Si vous vous concentrez trop sur l'exploitation, vous risquez d'être piégé dans un optimum local : vous pensez avoir trouvé la meilleure solution alors qu'une solution bien meilleure se trouve au-delà de la prochaine colline ou, lorsque l'environnement change, vous ne vous adaptez pas. Il s'agit d'un équilibre difficile à trouver, car on est toujours confronté à des inconnues.

À Lire Aussi

Quand l’Internet aide à servir la cause des dyslexiques

Pour comprendre comment la recherche globale, l'exploration et l'originalité sont liées, le plus simple est de prendre l'exemple de la recherche de nourriture dans un espace physique. À un extrême, un animal pourrait exploiter la zone connue où il se trouve. Il peut aussi s'aventurer un peu plus loin, mais toujours à proximité, et n'explorer que la zone locale. Ou encore, à l'autre extrême, il pourrait explorer le monde entier. L'exploration à l'échelle mondiale permet de se faire une idée d'une vaste zone, mais l'échantillon n'est que diffus. En explorant plus localement, vous obtenez une connaissance détaillée et approfondie, mais seulement d'une région plus petite.

Vous pouvez également envisager ce compromis dans un espace problématique abstrait. Vous pouvez vous concentrer sur la même solution que vous avez utilisée dans le passé et l'exploiter, effectuer une recherche locale et l'affiner dans les moindres détails ; ou, à l'autre extrême, vous pouvez explorer le monde entier pour trouver une solution qui n'est peut-être pas entièrement affinée mais qui est très originale.

L'exploration englobe les activités qui impliquent la recherche de l'inconnu, telles que l'expérimentation, la découverte et l'innovation. À l'inverse, l'exploitation s'attache à utiliser ce que l'on connaît déjà, notamment le raffinement, l'efficacité et la sélection.

Votre cerveau stocke et traite des informations sur le monde pour vous permettre de vous adapter à votre comportement. L'atteinte de cet équilibre étant essentielle au succès de l'adaptation, de nombreux aspects du traitement de l'information par le cerveau peuvent être compris dans cette perspective de "recherche".

Si les personnes atteintes de dyslexie sont réellement spécialisées dans l'exploration, nous nous attendons à trouver un biais global/exploratif dans leur traitement de l'information, avec un compromis correspondant dans leur capacité de recherche ou d'exploitation locale et approfondie.

C'est ce que nous avons constaté dans de nombreux domaines de la cognition : de la manière dont ils traitent les informations visuelles à la manière dont ils stockent et récupèrent les informations en mémoire. À un niveau encore plus fondamental, le même schéma pour les personnes atteintes de dyslexie peut être observé dans le câblage cortical du cerveau. Il se caractérise par une connectivité globale plus importante qui, en raison de limitations physiques, se fait au détriment d'une connectivité locale moins importante.

L'existence de ce biais global/explorateur au niveau du cerveau et dans différents domaines de la cognition explique probablement les nombreuses forces comportementales exploratrices proposées depuis longtemps chez les personnes atteintes de dyslexie.

Ainsi, ce même schéma de forte exploration, avec un compromis en faveur de la recherche ou de l'exploitation locale (par rapport au reste de la population) pourrait être observé aux trois niveaux d'analyse.

Cela signifie-t-il que le fait de considérer la dyslexie développementale (DD) comme un trouble neurobiologique est erroné ou simplement incomplet ?

En bref, l'opinion selon laquelle il s'agit d'un trouble neurobiologique découle de la perspective que nous avons adoptée.

Prenons l'exemple de la mémoire procédurale - un type de mémoire à long terme impliquée dans l'automatisation des compétences. Cette mémoire n'est pas accessible à la conscience, ce qui signifie que nous pouvons exécuter des compétences sans y penser consciemment, ce qui nous rend plus rapides. Apprendre à lire, à écrire ou à jouer du piano sont autant d'exemples de compétences qui dépendent de la mémoire procédurale ; une fois apprises, ces compétences peuvent être traitées automatiquement et rapidement. Il a été démontré que les personnes atteintes de dyslexie sont moins efficaces en matière d'apprentissage procédural que les personnes non dyslexiques, ce qui crée des problèmes de lecture, d'écriture et d'apprentissage par cœur. Par conséquent, cette différence a été considérée comme un déficit.

Cependant, si nous examinons les mêmes preuves du point de vue de la recherche, nous obtenons un point de vue différent. Lorsqu'une compétence devient automatique, on exploite essentiellement les mêmes informations, encore et encore. Mais, si une personne a du mal à acquérir l'automaticité, elle conserve la conscience du processus. Cela signifie qu'il peut encore travailler pour améliorer le processus et innover. Cette façon de traiter l'information est moins efficace en termes d'exploitation, mais elle permet en contrepartie de poursuivre l'exploration et l'invention.

Dans la modalité visuelle, plusieurs études ont montré que les personnes atteintes de dyslexie présentent des " déficits " en matière d'attention focale, c'est-à-dire de recherche locale. Le décodage efficace d'un texte écrit repose sur une sélection visuelle précise des graphèmes, d'où l'opinion négative. À l'inverse, d'autres études ont montré qu'ils avaient une meilleure résolution pour les éléments situés à la périphérie du champ visuel.

Dans le même ordre d'idées, des études montrent que les personnes atteintes de dyslexie peuvent détecter correctement des figures impossibles plus rapidement que les participants non dyslexiques, sans perte de précision. La détection de l'impossibilité de ces figures repose sur un traitement global, c'est-à-dire qu'elles semblent possibles lorsqu'on regarde une petite zone ; il n'est possible de détecter qu'elles sont impossibles qu'en regardant la figure entière (par exemple, la cascade d'Escher). Ces études indiquent une capacité accrue à "voir la situation dans son ensemble", les informations spatiales visuelles étant traitées de manière globale plutôt que locale. Il a été suggéré que de tels talents sont importants dans les domaines scientifiques, par exemple pour identifier les choses déplacées et les anomalies visuelles.

Nous pouvons donner des exemples similaires dans d'autres domaines de la cognition, et nous le faisons d'ailleurs dans l'article. Dans chaque cas, du point de vue de la lecture et de l'écriture, nous constatons des déficits. Cependant, du point de vue de la recherche, nous constatons une amélioration de l'exploration. Selon nous, les différences qui sont actuellement considérées comme des "déficits" existent parce qu'elles permettent, d'une certaine manière, une meilleure exploration.

Il est également important de se rappeler que l'écriture est une invention culturelle. Elle n'existe que depuis un peu plus de 5 000 ans et ce n'est qu'au cours des 100 dernières années que les niveaux d'alphabétisation de la population générale ont été élevés. Comparez ces 100 ans au fait que l'homme moderne a probablement évolué il y a environ 50 000 à 150 000 ans. Ainsi, pendant la majeure partie de notre existence, les humains n'ont pas eu besoin de lire ou d'écrire - nous ne sommes pas adaptés pour le faire.

Le problème n'est pas que les personnes atteintes de dyslexie souffrent d'un trouble : le problème réside dans l'hypothèse selon laquelle nous sommes tous les mêmes et que nous avons tous les mêmes aptitudes à utiliser cette invention particulière qu'est la lecture et l'écriture.

L'écriture est le seul exemple d'invention culturelle pour laquelle nous supposons que la difficulté d'utilisation est liée à une sorte de déficit : si quelqu'un ne montre pas d'aptitude pour, par exemple, la comptabilité ou la programmation informatique, nous ne supposons pas qu'il souffre d'un trouble neurobiologique. Cela dit, nous ne suggérons pas que les personnes atteintes de dyslexie n'ont pas de difficultés - simplement que le problème est d'ordre culturel.

Pour certaines personnes, cet outil peut être plus facile à apprendre et à utiliser en raison de la façon dont leur cerveau fonctionne. Pour les personnes dyslexiques, en revanche, il est beaucoup plus difficile d'apprendre et d'utiliser cet outil - non pas en raison d'un déficit mais, là encore, à cause du fonctionnement de leur cerveau. L'utilisation de l'écriture et le recours à l'apprentissage par cœur créent alors un obstacle. Par exemple, vous pouvez toujours apprendre à devenir un brillant chirurgien, même si vous avez des difficultés à lire, à écrire ou à apprendre par cœur ; mais si vous ne pouvez pas passer vos examens, vous risquez de ne pas avoir cette chance. C'est d'autant plus regrettable que les talents associés à la dyslexie peuvent être particulièrement bien adaptés à une telle carrière - et d'ailleurs à bien d'autres.

Dans quelle mesure vaut-il la peine d'entretenir les différentes forces cognitives individuelles, comme celles que possèdent les personnes atteintes de dyslexie ?

Nous pensons qu'il est essentiel d'entretenir les forces exploratoires des personnes atteintes de dyslexie. Pour expliquer cela, examinons pourquoi ces caractéristiques sont susceptibles d'exister en premier lieu.

Comme nous l'avons mentionné, l'équilibre de ce processus de recherche est essentiel à l'adaptation et à la survie. Plus votre environnement change, plus vous devez explorer pour vous assurer que vous exploitez la solution optimale. À l'inverse, si votre environnement est pauvre en ressources, la stratégie optimale peut être plus proche de l'exploitation, afin de vous assurer que vous maximisez vos gains à partir d'une parcelle de ressource ou d'une stratégie particulière.

Dans un environnement qui est rare et changeant, vous êtes sollicité dans les deux sens. Mais le cerveau est limité : vous ne pouvez pas explorer et exploiter simultanément. À partir d'un certain seuil, l'amélioration de l'exploration se fera au détriment de l'exploitation, car la capacité de votre cerveau est limitée.

L'évolution de nos ancêtres a été façonnée pendant des centaines de milliers d'années par une énorme variabilité environnementale, y compris des phases de pénurie. Nous suggérons qu'à un moment donné, le seul moyen efficace d'augmenter la capacité du cerveau au cours de notre évolution était la spécialisation et la collaboration. C'est ce que nous appelons "l'évolution de la cognition complémentaire". Il semble que nous nous soyons adaptés à cette instabilité dramatique en devenant meilleurs dans le processus d'adaptation lui-même.

Ainsi, cette pensée exploratoire peut être comprise comme faisant partie d'un "cerveau collectif" de plus haut niveau, et nous suggérons qu'elle joue un rôle essentiel dans l'adaptation de notre espèce.

Quels sont les avantages évolutifs qui pourraient découler de la dyslexie développementale ?

Les humains s'adaptent principalement par le biais d'adaptations culturelles : mise à jour des comportements, développement de nouvelles connaissances sur une maladie ou une politique, invention de nouvelles technologies, etc. Cette recherche suggère que différentes spécialisations cognitives contribuent à ce processus de création de connaissances de manière complémentaire.

D'une part, cela signifie que la collaboration peut apporter des solutions de meilleure qualité qui ne seraient pas possibles pour un seul individu ou pour un groupe d'individus similaires. Cela permettrait alors d'expliquer pourquoi notre espèce est si incroyablement adaptative. On nous trouve partout dans le monde, dans les forêts tropicales, les savanes, les zones tempérées : toutes sortes d'habitats. Et pourtant, nous sommes tous physiquement assez semblables, nous sommes tous de la même espèce - nous nous adaptons principalement par des adaptations culturelles. Je crois que ce qui sous-tend cette immense capacité d'adaptation culturelle est le système d'intelligence collective qui émerge de cette spécialisation et de cette collaboration.

D'autre part, une fois que tout système se spécialise, les parties qui le composent doivent travailler en collaboration. Si l'on néglige les parties orientées vers l'exploration, le système risque de pencher excessivement vers le perfectionnement des solutions existantes. Dans ce déséquilibre, le changement culturel peut subsister, mais il risque de devenir progressivement moins adaptatif. Il est bien connu que les systèmes qui affinent les solutions existantes plus rapidement qu'ils n'en explorent de nouvelles peuvent être efficaces à court terme mais sont autodestructeurs à long terme.

Malheureusement, ce qui se passe actuellement, c'est que le système éducatif vise principalement l'exploitation, l'assimilation des connaissances existantes, et non l'exploration créative de nouvelles possibilités. De plus, nous mettons l'accent sur la lecture et l'écriture plutôt que sur tout autre moyen de communication ou d'apprentissage.

Il est donc très difficile pour les personnes plus exploratrices de reconnaître et de développer leurs talents. Ils quittent souvent le système éducatif avec une estime de soi extrêmement faible, et les taux de suicide, d'automutilation et de personnes dyslexiques sont plus élevés dans les prisons.

Si nous pouvons cesser de stigmatiser cette façon de penser et trouver plutôt des moyens d'entretenir les forces, nous sommes doublement gagnants.

D'une part, nous réduisons les dommages, nous réduisons les problèmes sociaux que cela entraîne et, d'autre part, nous pouvons exploiter cet énorme potentiel créatif, dont nous avons vraiment besoin.

Il est bien connu en théorie économique que plus les choses changent, plus il faut explorer pour s'adapter.

Nous traversons une période d'énormes changements culturels, technologiques et maintenant climatiques. Si nous pouvons changer de perspective et commencer à nourrir les forces d'exploration de ce groupe de personnes, tout le monde pourra en bénéficier. En effet, l'exploitation de ces capacités d'exploration pourrait être essentielle à notre capacité d'adaptation et à la résolution des principaux défis auxquels l'humanité est aujourd'hui confrontée.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !