DSK déjà condamné | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La fameuse procédure accusatoire américaine ne lui a épargné aucune humiliation.
La fameuse procédure accusatoire américaine ne lui a épargné aucune humiliation.
©

EDITORIAL

DSK déjà condamné

Et s’il n’était coupable de rien ? Trop tard, ces peines sont incompressibles.

Yves Derai

Yves Derai

Yves Derai est éditorialiste à Atlantico. Chaque semaine, il écarte les lourds rideaux de velours des palais de la République pour nous en révéler les secrets.

Voir la bio »

A ce jour, nul ne sait ce qu’il s’est réellement passé samedi 14 mai dans cette fameuse suite 2806 du Sofitel de New York. Des informations parcellaires et parfois contradictoires affluent en ordre dispersé. Sur cette fameuse demi-heure au cours de laquelle DSK est accusé d’avoir violé une femme de chambre, ramassé ses affaires à la hâte avant de quitter l’hôtel précipitamment.

Sur l’identité de la victime présumée, ses origines, son apparence physique… L’avocat de Nafissatou Diallo est passé à l’offensive tandis que les défenseurs de Dominique Strauss-Kahn restent sur leur réserve, dans l’attente de la séance de vendredi face à un jury populaire qui décidera de la suite des événements. Connaitra-t-on tout ou partie de la vérité à ce moment-là ? Dans trois mois ? Peut-être jamais ? Aux Etats-Unis, les ténors du barreau épaulés par des enquêteurs professionnels s’adonnent à des combats acharnés dans lesquels tous les coups sont permis. Il faut détruire l’adversaire pour l’emporter, l’exigence de vérité passe après.

Présumé innocent ?

Pour ce qui concerne Dominique Strauss-Kahn, le travail de démolition est largement entamé. La fameuse procédure accusatoire américaine ne lui a épargné aucune humiliation. Il paraît que la présomption d’innocence existe aussi outre-Atlantique : on la cherche vainement depuis le début de cette épouvantable affaire. Présumé innocent, DSK est apparu menotté, les bras tenus fermement par des policiers comme s’il pouvait s’enfuir en courant, le regard éteint sur toutes les télés du monde. Présumé innocent, il croupit en prison dans des conditions indignes d’un homme qui s’était, jusqu’à présent, surtout distingué par sa compétence et sa rigueur intellectuelle. Présumé innocent, il a dû renoncer à la direction du FMI. Présumé innocent, il est écarté de la course à la présidentielle de 2012 alors qu’il en semblait le grand favori. Présumé innocent, il faudrait le protéger de lui-même selon les psychiatres qui l’ont interrogé.

En réalité, DSK est déjà condamné à toutes les morts.  Professionnelle, politique, affective, psychologique. Et s’il n’était coupable de rien ? Trop tard, ces peines sont incompressibles.

Il va de soi que si les faits se sont déroulés de la manière dont Mme Diallo et son avocat Me Shapiro les décrivent, ils doivent être dénoncés comme une abomination. Mais j’ose avouer ici qu’un DSK ayant commis un tel crime m’attristerait presque autant qu’un DSK victime d’un complot international. S’il est devenu un violeur à 63 ans, à la veille de se lancer dans la course à l’Elysée, cela signifie que cet intellectuel brillant est atteint de démence grave. Cela ne l’excuse peut-être pas en droit américain mais dans les faits, c’est à pleurer.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !