Dépendance énergétique de long terme : l’incroyable naïveté de l’Europe sur ses approvisionnements en gaz | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Le choix de l'UE et sa stratégie en matière d'énergie pourraient entraîner des conséquences néfastes sur l’approvisionnement énergétique européen.
Le choix de l'UE et sa stratégie en matière d'énergie pourraient entraîner des conséquences néfastes sur l’approvisionnement énergétique européen.
©MYCHELE DANIAU / AFP

Solutions alternatives ?

Dépendance énergétique de long terme : l’incroyable naïveté de l’Europe sur ses approvisionnements en gaz

L’Union européenne, malgré sa volonté de se diversifier, refuse de signer de nouveaux contrats d’approvisionnements énergétiques comparativement à d’autres pays à travers le monde.

Damien Ernst

Damien Ernst

Damien Ernst est professeur titulaire à l'Université de Liège et à Télécom Paris. Il dirige des recherches dédiées aux réseaux électriques intelligents. Il intervient régulièrement dans les médias sur les sujets liés à l'énergie.

Voir la bio »

Atlantico : Dans quelle mesure l’Europe, malgré sa volonté de se diversifier, se refuse-t-elle à signer des nouveaux contrats d’approvisionnements énergétiques comparativement à d’autres pays ? Et notamment des contrats de long terme ?

Damien Ernst : L’Europe a bénéficié pendant des années de contrats d’énergie à très court terme qui lui ont été bénéfiques, notamment au niveau du gaz. L’Europe avait un gaz à très bon marché (à 20 ou 30 €/ MWh contre 40 €/MWh pour les contrats LNG de long terme), mais la donne a changé. Les contrats de court terme sont favorables quand il y a une surproduction. Ce qui n’est plus le cas, donc l’Europe perd massivement de l’argent alors qu’elle a gagné pendant des années. Et en Europe, les gens n’ont pas vraiment compris qu’ils perdaient. Ils ne veulent pas s’engager sur des contrats de long terme et persistent dans le rêve du contrat de court terme. Notamment avec ce qui se passe en Russie, le court terme n’est plus intéressant et l’Europe n’arrive pas à le réaliser. C’est pourtant le bon moment pour signer des contrats de long terme.

Pourquoi l’Europe ne s’engage pas dans des contrats de long terme ? Quels sont les blocages ?

Le blocage, c’est celui de l’espérance contre la réalité. Ils espèrent pouvoir retrouver la situation précédente et des prix très bas sur le Spot et n’arrivent pas à imaginer que le monde a changé. C’est leur première erreur. La deuxième, c’est que dans leur volonté de transition vers une économie bas carbone ou zéro carbone, ils estiment que s’engager sur le long terme est problématique car cela les place en dehors des objectifs de décarbonisation. C’est un idéalisme qui fait que l’Europe se trompe complètement.

À Lire Aussi

L’Europe peut-elle survivre sans (grande) douleur à un hiver sans gaz russe ?

Pourquoi ce choix pourrait entraîner des conséquences néfastes sur l’approvisionnement énergétique européen ?

Avec ce genre de mécanismes, on peut craindre que cela conduise à une situation où elle serait fortement perdante, les fournisseurs pouvant privilégier leurs clients de long terme au détriment de l’Europe. Cela fragilise la sécurité d’approvisionnement européenne.  

D’autres pays, ailleurs dans le monde, sont-ils moins idéalistes sur leurs objectifs énergétiques ?

L’Italie est allée en Afrique du Nord négocier des contrats de long terme. Le gros problème au niveau de l’Europe vient de l’Allemagne. L’Allemagne a cherché pendant des années à avoir une relation commerciale saine avec la Russie et ce rêve a échoué. Mais l’Allemagne espère toujours revenir à la situation d’avant-guerre sur laquelle elle avait basé son économie. Elle n’arrive pas à réaliser qu’elle a fait une erreur et que la donne a changé. C’est impossible d’avoir des relations commerciales stables avec la Russie tant qu’un dirigeant comme Poutine est à la tête du pays. Ainsi, pour que le rêve allemand, et dans une certaine mesure français, se réalise, il faut qu’il y ait un changement profond de régime.

À Lire Aussi

Hausse des prix de l’énergie : le match des mesures prises par les États européens pour protéger leurs citoyens

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !