Corée du sud : comment la chirurgie esthétique s’est imposée comme mode de survie dans une société ultra-compétitive | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Beaucoup de Coréennes se font agrandir les yeux.
Beaucoup de Coréennes se font agrandir les yeux.
©Reuters

Beau regard

Corée du sud : comment la chirurgie esthétique s’est imposée comme mode de survie dans une société ultra-compétitive

Dans la capitale mondiale de la chirurgie esthétique, une tendance : une opération pour agrandir les yeux comme cadeau aux filles après leur bac. A mettre en cause : une société ultra-concurrentielle ou le culte de l'apparence s'est créé une place importante dans la vie quotidienne.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio »

La Corée du Sud est la capitale mondiale de la chirurgie esthétique. Le pays a le taux le plus élevé par habitant de procédures de chirurgie esthétique, et son expertise mondialement reconnue fait que de nombreuses personnes y voyagent pour se faire opérer. 

Une des procédures les plus prisées ? Le débridage des yeux. Le docteur Man Koon Suh, de la clinique JW à Séoul, interrogé par le site Tech Insider, explique que la procédure est souvent un cadeau des parents à leurs enfants pour l'obtention du bac et le passage à l'université. Pour de nombreuses personnes en Corée du Sud, les yeux asiatiques "naturels", où une seule pupille sur deux est mobile, ne sont pas gracieux. Pour eux, quelqu'un avec ces yeux a l'air en colère lorsqu'il ne sourit pas, et la procédure de doublage des paupières agrandit les yeux et améliore le regard. La procédure est peu invasive et la convalescence est courte, ce qui aide sa popularité. 

Pour beaucoup de personnes en Corée du Sud, l'attrait de la chirurgie esthétique s'explique à cause de certaines caractéristiques de la société coréenne. D'abord sa densité : la moitié de la population du pays vit à Séoul, qui est la sixième ville la plus dense au monde. Les gens sont donc toujours confrontés à l'image de l'autre. (L'image idéalisée sans cesse renvoyée par la publicité et  les médias ne doit pas aider.)

De plus, la plupart des Coréens vous diront que la société coréenne est ultra-concurrentielle, et beaucoup sont d'accord pour dire que l'apparence physique est importante pour trouver un emploi. En Corée du Sud, une photo est presque toujours jointe au CV. Et le statut qu'apporte un emploi est très important. 

On trouve des opérations plus connues, comme la liposuccion et, bien sûr, la chirurgie des seins, mais également des opérations plus étranges--et peut être plus douloureuses, comme l'agrandissement. Le principe est peu ragoûtant : on vous scie les mollets pour y insérer des rallonges. Pour s'en remettre, il faut une longue rééducation--et c'est très douloureux, car les anti-douleurs retardent la reformation des os et ne sont donc pas prescrits. 

Ce qui peut gêner, c'est non seulement ce que dit cette tendance sur le règne de l'apparence, mais également que ces procédures ont un point en commun : elles rapprochent les Coréennes (et les Coréens--à JK Plastic Surgery, une grande clinique de Séoul, environ 20% des clients sont des hommes) des standards de beauté occidentaux. Des marques de cosmétiques coréennes vantent souvent leurs crèmes qui permettent de rendre la peau blanche, faisant parfois scandale. (Même si dans de nombreuses cultures asiatiques, la beauté de la peau plus claire est une idée qui date d'avant l'ère moderne.)

Le culte de la beauté peut parfois aller trop loin.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !