Contre les effets de l'âge, faites du sport (mais pas trop) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Sport
Contre les effets de l'âge, faites du sport (mais pas trop)
©

Course à la jeunesse

Contre les effets de l'âge, faites du sport (mais pas trop)

Bonne nouvelle pour les phobiques des rides : une activité physique régulière permettrait de ralentir, et peut-être même inverser le vieillissement de la peau, et ce, à tout âge. Voilà l'heureux constat d'une étude menée par des chercheurs de l'Université McMaster dans l'Ontario aux États-Unis.

Frédéric Bompard

Frédéric Bompard

Le Dr Bompard Frédéric pratique la médecine esthétique depuis 1987, il a enseigné certaines techniques auprès d'écoles privées et est titulaire depuis 2009 du diplôme de médecine morphologique et anti-âge, délivré par la faculté de médecine Paris 13,  qui est le seul diplôme reconnu par l'ordre des médecins.

 
Voir la bio »

Atlantico : Une étude menée par des chercheurs de l'Université McMaster aux Etats-Unis révèle qu'une activité physique régulière permettrait de limiter, voire d'inverser le processus de vieillissement de la peau. Comment un tel phénomène est-il possible ? Que se passe-t-il précisément ? Quel est le lien entre une activité physique et la peau ?

Frédéric Bompard : Il n'est pas nouveau que l'activité physique modérée mais régulière permette d'améliorer l'espérance de vie. Ceci tient à plusieurs facteurs et notamment le fait que les personnes qui font du sport régulièrement ont souvent une meilleure hygiène de vie. Il faut bien faire une distinction entre les sportifs de haut niveau, qui augmentent leur stress oxydatif, c'est-à-dire l'oxydation de leur cellule par consommation excessive d’oxygène, et l'activité physique modérée, que nous définirons plus tard, qui permet d'entretenir son corps en préservant sa masse musculaire, qui permet également une meilleure irrigation du cerveau et donc un entretien de la mémoire et du système cardio-vasculaire, ainsi aucune amélioration des paramètres biologiques tels le diabète ou le cholestérol. 

S'agit-il de faire une simple activité physique régulière ou cela sous-entend-il une réelle activité sportive ?

Concernant cette étude, les auteurs ont pris le parti de prendre des groupes de personnes qui faisaient une réelle activité physique, soit un exercice de trois quarts d'heure minimum trois fois par semaine et d'intensité modérée. Globalement on entend par activité physique modérée une activité qui reste en deçà de l’essoufflement.

Plus précisément, on pourrait la définir à 30 % de la fréquence maximale théorique qui se calcule en prenant 220 auquel on soustrait l'âge afin d'obtenir le nombre de battements cardiaques par minute maximaux. Par exemple, pour une personne de 50 ans, on calculera de la manière suivante : 220 - 50 = 70. La fréquence maximale théorique est de 170 battements cardiaques par minute et la fréquence maximale spécifique est de 30 % de 170, soit environ 120 battements cardiaques par minute. Il faut comprendre également que la lipolyse, c'est-à-dire la destruction de la masse grasse au profit de la masse maigre qui est le muscle, se fait au bout de 45 minutes environ d'activité physique modérée. En cas d'efforts intense, il y a surtout consommation de glycogène qui est l'énergie disponible dans le muscle et qui doit être suivie d'une phase de récupération.

Comment les chercheurs sont-ils parvenus à de tels résultats ?

Pour objectiver de tels résultats de manière scientifique, les auteurs ont fait des prélèvements cellulaires et analysé les mitochondries, qui sont des petits micros organismes vivants dans nos cellules et qui sont, pour simplifier, l'organe qui donne l'énergie à nos cellules.

Quels autres bienfaits une activité physique régulière a-t-elle sur notre organisme ?

En dehors de l'entretien de du corps en général, et donc de la peau, une activité physique régulière permet d'éviter une prise de poids liée à la baisse du métabolisme au cours des années, de diminuer les paramètres biologiques tels le diabète le cholestérol l’acide urique ou les triglycérides, d'améliorer la fonction cardiaque et de stabiliser la tension artérielle, d'augmenter la masse musculaire et de ce fait, d'augmenter le métabolisme de base, d'améliorer la qualité de la circulation en général et notamment celle du cerveau. Cela permet notamment de penser qu'une activité physique régulière peut diminuer la fréquence de la maladie d'Alzheimer.

Cette étude présente-t-elle des limites ?

C'est étude est intéressante car elle est faite sur des cellules animales et objective. Ce qu'on pourrait lui reprocher c'est d'avoir pour l'instant un recrutement de sujets trop faible.

Le processus qui se fait au niveau de notre épiderme pourrait-il inspirer la création d'un produit anti-âge qui permettrait donc d'inverser le processus de vieillissement sans avoir à faire une activité physique ?

C’est toujours l'éternelle question qui voudrait faire rêver de la jeunesse éternelle ! La médecine anti-âge est un tout ; elle comprend plusieurs éléments indissociables, à savoir bien entendu l'activité physique qui est vivement recommandée mais également une bonne alimentation une rééquilibration du statut hormonal, une rééquilibration du statut micro nutritionnel c'est-à-dire du stress oxydatif et également un bon mental. Il s'agit d'une médecine préventive et globale qui prend en compte tous les paramètres et qui permettent d'avoir un vieillissement de meilleure qualité et de rester en bonne santé le plus longtemps possible. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !