Conflits familiaux : comment accepter les choix de vos enfants si vous n'êtes pas d'accord avec eux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Style de vie
Conflits familiaux : comment accepter les choix de vos enfants si vous n'êtes pas d'accord avec eux
©

Bonnes feuilles

Conflits familiaux : comment accepter les choix de vos enfants si vous n'êtes pas d'accord avec eux

Sura Hart et Victoria Kindle Hodson donnent aux parents les 7 clés d'une relation riche et positive avec leurs enfants. Extrait de "Parents respecteux, enfants respectueux", publié aux éditions La Découverte (1/2).

Sura  Hart

Sura Hart

Sura Hart conçoit et anime des formations pour étudiants, parents, enseignants et administrateurs d’écoles dans le monde entier. Elle travaille avec des jeunes à risque, pour lesquels elle élabore des programmes sur le leadership, l’efficacité dans la communication, ou encore la sexualité en toute sécurité. Elle est formatrice certifiée en Communication NonViolente.

Voir la bio »
Victoria  Kindle Hodson

Victoria Kindle Hodson

Victoria Kindle Hodson, pédagogue et psychologue, est spécialisée dans le développement de l’enfant. Elle accueille des parents en consultation et organise des ateliers à leur intention depuis plus de vingt-cinq ans ; elle anime également des séminaires en communication pour des enseignants et administrateurs d’écoles publiques et privées, pour des enseignants en éducation spécialisée et pour des thérapeutes.

Voir la bio »

Une chose que vous pouvez faire pour contribuer à ce qu’il y ait plus de coopération que de conflits dans votre maison, c’est encourager vos enfants à faire leurs propres choix chaque fois que possible. C’est par leurs choix, et les leçons qu’ils en tireront, qu’ils en apprendront le plus dans leur vie. Négligez le besoin de vos enfants de faire des choix, et vous prendrez de grands risques – pour vous comme pour eux.

Le choix est au coeur de l’expérience humaine, que l’on soit petit ou grand. Dans chaque foyer, on se bat pour protéger et défendre cette aspiration profonde à choisir soi-même, à tout âge, où l’on veut aller, ce que l’on croit et ce que l’on veut faire. Les enfants, surtout, montent au créneau lorsque leurs parents ignorent leur besoin vital d’autonomie. Les possibilités de faire des choix augmentent habituellement avec l’âge et l’expérience. Le nourrisson totalement dépendant se transforme, jour après jour et de plus en plus vite, en un enfant qui veut choisir lui-même ce qu’il mange et quand il mange, explore, exprime. Gagner en maturité, c’est développer la capacité de faire ses propres choix, et il est essentiel pour le développement des enfants de leur donner très tôt de nombreuses occasions d’effectuer des choix et d’en tirer les leçons.

Pour comprendre ce qu’un enfant vit quand il est privé de choix, observez votre propre réaction quand quelqu’un vous dit : « Tu ne peux pas ! Tu dois ! Tu n’as pas le choix ! Fais-le parce que je te le dis ! » ou « Si tu ne le fais pas, tu le regretteras ! » Avez-vous envie de coopérer ? Vous pouvez être sûr que vos enfants réagissent à ces messages de la même manière que vous, et probablement deux fois plus fort parce qu’ils n’ont pas eu des dizaines d’années pour s’y habituer.

Plusieurs raisons expliquent que les parents pensent et agissent pour leurs enfants au lieu de les laisser choisir eux-mêmes quoi penser et comment agir. L’une de ces raisons est qu’ils veulent que les choses soient faites d’une certaine manière – avec soin, efficacité et précision. Une autre tient au fait qu’il faut plus de temps et de patience pour laisser les enfants agir eux-mêmes. Pressés et préoccupés comme ils le sont aujourd’hui, la plupart des parents jugent plus facile et plus rapide de prendre les choses en main et de faire eux-mêmes ce qui doit être fait.

En pensant à la place des enfants et en agissant pour leurs enfants, les parents leur laissent peu d’occasions de faire des choix et d’obtenir des résultats avec leur propre cerveau ou leurs propres muscles, ce qui provoque une résistance de leur part ainsi que des conflits. Privés de ces occasions, les enfants ont du mal à se considérer comme capables et compétents dans le monde qui est le leur.

Une mère que nous connaissons se souvient que, quand elle faisait part de son avis à ses parents, ceux-ci lui répondaient : « Oh, ne crois pas ça ! » ou : « Tu ne devrais pas penser comme ça ! » Dès son jeune âge, elle a donc appris à garder ses opinions pour elle et, même arrivée à l’âge adulte, elle n’est toujours pas certaine que son avis puisse être apprécié. Restreindre ainsi la manière dont un enfant voit le monde peut avoir des conséquences graves pour l’adulte qu’il deviendra.

Aidez vos enfants à prendre conscience de l’éventail des choix qui s’offrent à eux et montrez-leur que vous avez confiance dans leur aptitude à gérer plus de choix dans leur vie. Pour faire en sorte qu’ils s’exercent à effectuer des choix et qu’ils apprennent ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas, invitez-les à participer à la fixation de règles, à la conclusion d’accords et à l’élaboration de projets qui les concernent. Faites savoir à vos enfants qu’ils peuvent compter sur vous pour les aider à opérer des ajustements si nécessaire, et que vous êtes prêt à apprendre avec eux au fur et à mesure. (Pour en savoir plus sur l’apprentissage avec vos enfants, voir la clé 6.)

Quand vous parlez de choix avec vos enfants, soyez conscient du fait que de nombreux jeunes gens, surtout des adolescents, se sentent désorientés, irrités ou en colère lorsqu’ils entendent des adultes parler de faire des choix. La plupart des enfants savent que les parents, les enseignants et d’autres adultes prennent beaucoup de décisions importantes à leur place et que leur choix semble souvent se limiter à une alternative : se conformer aux décisions qui leur sont imposées ou se rebeller contre ces décisions. La majorité d’entre eux ont l’impression de vivre au milieu d’un nombre apparemment infini de règles et d’attentes qui, souvent, n’ont pas de sens pour eux et ne respectent pas leur souhait et leur capacité d’effectuer leurs propres choix. Ils peuvent même croire qu’ils n’ont pas le moindre contrôle sur la satisfaction de leurs besoins. Peut-être ont-ils besoin de beaucoup d’empathie pour le décalage dont ils souffrent entre l’autonomie qu’ils voudraient avoir et le peu de choix que les adultes leur ont donné dans le passé.

RÉSUMÉ

Optez pour le choix. Clarifier votre objectif en tant que parent, voilà le premier pas à accomplir pour diminuer les conflits et instaurer une coopération à la maison. À partir de là, il vous restera à acquérir des compétences et à faire des choix quotidiens concernant votre manière de penser, d’écouter, d’agir et de parler. Nous espérons que cette clé vous a mieux fait prendre conscience des domaines de votre vie de parent dans lesquels vous avez des choix à faire. Nous espérons aussi que vous aurez l’élan d’initier vos enfants à un éventail toujours plus large de possibilités, de manière à ce qu’ils se sentent acteurs à part entière de leur vie et à ce qu’ils entrent dans l’âge adulte avec la compétence et la confiance nécessaires pour faire face aux choix qui les attendent.

Pratique quotidienne

Chaque jour, prenez un moment pour réfléchir à votre objectif, à ce qui fait sens dans votre vie. Rappelez-vous avec quelle intention vous voulez interagir avec vos enfants. Observez les moments où vous pensez « Je dois » ou « Il faut » et traduisez-les en « Ce que je veux » et « Les choix que je fais ».

Extrait de "Parents respecteux, enfants respectueux", de Sura Hart et Victoria Kindle Hodson, publié aux éditions La Découverte, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !