Pour les classes moyennes, la campagne se jouera autour des valeurs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les sujets qui sont au centre du jeu : emploi, pouvoir d’achat, inégalités, fiscalité sont toujours les mêmes… Mais c’est la façon d’en parler qui change qui influe sur les Français : une bataille de valeurs
Les sujets qui sont au centre du jeu : emploi, pouvoir d’achat, inégalités, fiscalité sont toujours les mêmes… Mais c’est la façon d’en parler qui change qui influe sur les Français : une bataille de valeurs
©Flickr/Abode of Chaos

Des classes moyennes en plein doute

Pour les classes moyennes, la campagne se jouera autour des valeurs

134 Français issus des classes moyennes, amenés à converser sur la campagne présidentielle, via la plateforme collaborative FreeThinking entre le 23 février et le 5 mars. 4ème partie : Cristallisation autour de la question des valeurs.

Véronique  Langlois et Xavier Charpentier

Véronique Langlois et Xavier Charpentier

Véronique Langlois et Xavier Charpentier ont créé en mars 2007 FreeThinking, laboratoire de recherche consommateur 2.0 de Publicis Groupe.

Voir la bio »

Précédemment dans notre feuilleton sur les classes moyennes et la présidentielle :
1ère partie :Qu’on leur donne l’envie... Les classes moyennes résignées face à la présidentielle
2ème partie :Le duel Hollande/Sarkozy vu par les classes moyennes 
3ème  partie : Bayrou, Le Pen, Mélenchon : qui sera le troisième homme des classes moyennes ?

Dernier enseignement de ce blog qui marque un tournant dans l’appréciation de la campagne par les participants au blog : c’est au-delà des candidats, le sujet des valeurs qui mobilise le plus. Les sujets socio-économiques étant bien sûr toujours présents, mais envisagés sous un angle plus politique, idéologique ou éthique que « technique ». Et avec, ce qui apparaît c’est une tonalité moins rationnelle et plus passionnelle.

Les sujets qui sont au centre du jeu : emploi, pouvoir d’achat, inégalités, fiscalité sont toujours les mêmes… Mais c’est la façon d’en parler qui change : une bataille de valeurs, une bataille sur la vision de la France de demain.

"Quand je regarde autour de moi les Français qui constituent la classe moyenne dans son ensemble, celle qui est imposable et qui voit son pouvoir d’achat diminuer de façon inquiétante, celle que l’on sollicite toujours pour faire plus d’effort, payer plus d’impôts, celle qui se lève tôt le matin, et ne peut plus partir en vacances, celle qui croit encore – mais pour combien de temps – aux valeurs de respect, de justice, d’honnêteté, force est de constater que ces Français là sont désemparés et de plus en plus en colère."

Les principales mesures proposées par les deux candidats majeurs sont en fait peu commentées sous l’angle de l’efficacité économique, sous celui de leur bien fondé technique (les participants avouant parfois qu’ils sont incapables d’en juger, les mécanismes économiques devenant trop complexes). Elles sont commentées sous deux angles.

En mineur à un niveau individuel, sous l’angle du risque pour demain : « pour s’en sortir au mieux en 2012, vaut-il mieux faire payer les riches ou arrêter de payer pour les autres ? ». En majeur la façon de parler des mesures montre que les Français interrogés les appréhendent essentiellement sous l’angle des valeurs défendues par lescandidats. Comme des points de repères qui permettent de s’y retrouver, et de choisir une certaine vision de la société et de l’avenir. Autour de deux axes majeurs...

Refus de l’assistanat et défense de la valeur travail

"Il faut surtout changer l’assistanat. La France est le seul pays qui offre des soins médicaux gratuitement à bon nombre de personnes qui n’ont jamais cotisé 1 euro alors que les personnes à revenus modestes (assez nombreux) n’ont pas toujours de mutuelle et donc souvent négligent leur santé. Je trouve normal que les personnes bénéficiant du RSA et autres avantages rendent des services à la nation par le biais de travaux d’intérêt général. Je ne suis pas raciste mais juste objective. Mère de famille, seule avec 1 enfant encore à charge, je ne perçois aucune aide je sais combien la vie est dure mais j’ai supprimé le superflu (tabac en plus très bon pour la santé). Je pense qu’il faut que les gens se prennent un peu plus en charge."

Contre...

"Dans l’immédiat, Hollande, ça me plairait, je pense que je serai personnellement gagnant à court terme…Mais à plus ou moins long terme (voir court terme), je pense que les 60 propositions seraient très néfastes pour la France…"

Refus des inégalités sociales et demande d’une répartition plus juste des richesses

"J’apprécie sa proposition d’une super imposition pour les revenus au-dessus d’un million d’euro. Une fois qu’un candidat ressemble à Robin des Bois. Prendre au riche pour donner au pauvre …Vive François Hollande ….Alors que notre président M. Sarkozy prend au pauvre pour donner au riche …"

Contre...

Personnellement je n’ai plus du tout confiance. Mr Hollande en fin de compte propose, en quelque sorte, de revenir aux bonnes vieilles idées socialistes, faire payer aux classes moyennes pour les plus pauvres, mépriser les patrons et punir les « riches ». Seul problème, les « riches » ne sont pas seulement les « très riches » mais toute personne ayant quelques biens. Que ces personnes aient travaillé dur pour cela n’a pas d’importance. Les patrons ? il faut les punir d’être patrons. Mais que ce soit une personne qui à force de travail a créé son entreprise et qu’elle travaille dur n’a ici aussi pas d’importance. Quant au fait que les classes moyennes payent pour les plus pauvres, je n’aurais à première vue aucun problème, mais quand je vois certains qui sont au chômage et qui surtout ne veulent pas en sortir je me sens flouée ! "

Pour finir, un billet qui dit bien l’état d’esprit général de cette conversation : tendu, mais concerné.

"C’est bien dommage que ce blog soit obligé de fermer à la fin du week-end car nous avons pu débattre sans violence, en se respectant les uns les autres avec nos propres opinions. Enfin vivre démocratiquement comme cela devrait toujours être. Il est très important d’aller voter même bulletin blanc car c’est la manifestation d’une volonté de dire que l’on ne partage pas les idées des candidats."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !