Camille Claudel : du théâtre vérité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Camille Claudel.
Camille Claudel.
©Reuters

Atlanti-culture

Camille Claudel : du théâtre vérité

Si vous n'avez pas peur d'être profondément bousculé, allez-voir cette évocation très forte du destin pathétique de Camille Claudel.

Véronique Guionin

Véronique Guionin

Véronique Guionin est chroniqueuse pour Culture-Tops.
Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

L'auteur

Christine Farré est metteur en scène et comédienne. Pour écrire cette pièce, elle a travaillé d'après des lettres de la famille et des documents de l'époque.

Thème

Camille Claudel. Des lettres et des textes retracent sa vie et parlent de cette femme dont on connaît l'éblouissante sculpture et l'histoire d'amour qu'elle partagea avec Rodin. Mais on ignore souvent à quel point son destin fut tragique et sa solitude extrême, jusqu'à l'irréversible descente aux enfers vers la folie.

Points forts

1- Lettres d'amour de Rodin, mots d'amoureuse, lettres à son frère Paul et appels au secours, pathétiques révoltes de Camille, écrits précieux des amis critiques d'art admiratifs mais impuissants: aucun des textes de cette pièce ne peut laisser insensible.

2- Christine Farré, qui interprète Camille Claudel, balaie tout sur son passage. Depuis l'idée que l'on se faisait de Camille au doux visage sculpté par Rodin jusqu'à ce qu'on savait de sa jeunesse tourmentée. Ici, l'extrême souffrance est mise en scène dans le paroxysme. Puissance des sentiments, de la frustration, et violence du ton, de la gestuelle. Camille-Christine, solitaire et sans argent, crie sa révolte. Elle est l'artiste géniale dont l'âme meurtrie tombe dans le gouffre de l'absence à son art et à elle même.

3- En toile de fond, deux hommes qui admirent l'artiste exceptionnelle qu'est Camille Claudel et assistent impuissants au drame qui se joue. Mirbeau (Nicolas Pignon) et Eugène Blot (Jean-Marc Bordja) ont une belle présence. Sur scène tout au long de la pièce, amis de Camille, ils illustrent aussi le "monde" de l'art de l'époque, évoquant ses aveuglements, ses petitesses.

4- Les éclairages sont eux aussi acteurs de la pièce, amplifiant le tragique des situations.

5- L'eau est présente partout sur scène. Indispensable au sculpteur, Camille s'en éclabousse dans ses excès de désespoir et s'en sert pour diluer la glaise dont elle se recouvre. Belle image, mêlant art et vie !

6- L'exiguïté du théâtre augmente encore la proximité des spectateurs avec le drame. Points faibles Au tout début de la pièce, il est difficile de prendre pied dans l'histoire, les époques se superposent. Mais, Christine Farré, jouant tour à tour l'amoureuse et la solitaire abandonnée, impose très vite sa présence extrême et capte toute l'attention.

En deux mots...

N'ayez pas peur d'être dérangés par le thème. Christine Farré joue avec ses tripes une femme dont l'art et la souffrance nous questionnent. Après avoir vu cette pièce vous retournerez différemment admirer la sculpture de Camille Claudel.

Recommandation

ExcellentExcellent

Infos & réservation

"Camillle Claudel 1864-1943". De Christine Farré. Mise en scène : Christine Farré. Avec Jean-Marc Bordja, Christine Farré, Nicolas Pignon.

La Folie-Théâtre, 6 rue de la Folie Méricourt 75001 Paris. Tél. : 01 43 55 14 80. Jusqu'au 29 novembre : les vendredis et samedis, à 19H30.

 

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !