C'était comme si Russell Banks vous emmenait en voyage... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
C'était comme si Russell Banks vous emmenait en voyage...
©

Atlanti-culture

C'était comme si Russell Banks vous emmenait en voyage...

Paul Beuzebosc pour Culture-Tops

Paul Beuzebosc pour Culture-Tops

Paul Beuzebosc est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

LIVRE

Voyager

De Russell Banks

Editions Actes Sud  

RECOMMANDATION

EXCELLENT 

THEME

Quatre mariages et un itinéraire… « Voyager » relève de plusieurs genres : récit de voyages, roman d’une vie sentimentale, nouvelles du monde, reportages in vivo d’un arpenteur, manuel d’évasion en temps de paix … 

Dans ce livre, il n’est pas question d’écriture, Russell Banks n’en parle pas. Il n’est même pas question de voyages mais de voyageur, comme le rappelle son titre en anglais :Voyager, travel writings

L’auteur relate en dix chapitres ses histoires d’amour, sa relation aux autres entre solitude et fraternité, ses itinéraires encombrés de paysages, de figures, d’occasions de rencontres. 

Voyageur impénitent et sans nostalgie, Banks se nourrit du regard et du mouvement, des Caraïbes à Cuba, des Hippies de Chapel Hill à l'Ecosse, comme à l’approche épuisante des sommets des Andes et de l’Himalaya.

POINTS FORTS

La lecture avait mal commencé: les îles paraissaient trop grandes et à la hauteur de la page 100, les cyclones viennent pour de vrai balayer les Antilles du livre, déjà défigurées par le tourisme. Le premier long chapitre consacré à la ballade romantique de l’auteur inciterait même à un spleen moite et langoureux. Pourtant le livre, composition d’articles et de récits, garde une force intacte qui tient à son fil directeur, l’art de la perspective. Le voyage est existentiel : il révèle, il inspire, il grave les mots dans la mémoire de l’écrivain. L’absence d’unité de lieu, de temps et d’action de ces voyages ne trouble pas le constat. Qu’il marche, qu’il roule, qu’il s’arrête, Russell Banks sait tout voir, tout sentir, relier sa vie à son œuvre et partager avec son lecteur ce qui subsiste de ces moments de voyage si épars et si étonnants qu’on aurait aimé les vivre à sa place.

POINTS FAIBLES

Exceptés quelques rares poncifs, les canons et la figure imposante de la littérature américaine qu’est Russell Banks tiennent la route.

EN DEUX MOTS

A l’inverse des livres habituels de voyage : une envie, un départ, une arrivée, et dans l’intervalle un chemin dans le rôle du héros, des paysages et des hôtes qui se pressent à sa rencontre, ici c’est le voyageur qui dessine sa route, arrive là où il veut être, sans pouvoir jamais répondre à la question : « où est-ce que tu es chez toi ? ».

UN EXTRAIT

"L’objet du voyage, c’est de connaître, pas de s’informer. Il a pour but de créer de nouvelles pensées".

L'AUTEUR

Ecrivain américain prestigieux et consacré : prix Pulitzer, Président du parlement des écrivains, membre d’académies, Russell Banks, né en 1940, partage sa vie entre les Adirondacks et la Floride. 

Professeur de littérature à Princeton, écrivain engagé, il a publié une vingtaine de livres traduits, en vingt langues. Il est édité en France chez Actes Sud.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !