Bravo Damien (Abad) t’as eu le job ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Damien Abad intègre le gouvernement d'Elisabeth Borne dans le nouveau quinquennat d'Emmanuel Macron en tant que ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées.
Damien Abad intègre le gouvernement d'Elisabeth Borne dans le nouveau quinquennat d'Emmanuel Macron en tant que ministre des Solidarités, de l'Autonomie et des Personnes handicapées.
©bERTRAND GUAY / AFP

Bonne pioche

Bravo Damien (Abad) t’as eu le job !

Le prince qui nous gouverne t’as fait une jolie place au soleil.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Il était le patron des députés LR. Un boulot en voie de perdition compte tenu de la défaite prévisible des Républicains lors des prochaines législatives. Or Damien Abad était fait pour diriger un grand groupe. Pas un petit.

Il s’est avisé que ce pauvre et misérable boulot n’était pas à la hauteur de ses talents. La France, la République avaient besoin de lui. Et répondant à l’appel angoissé des Français, il s’est dépouillé de sa défroque républicaine.

Le voilà ministre à présent. Parce qu’il a rallié Macron et a touché sa récompense ? Non, ce serait très méchant de penser qu’il a agi pour des raisons autres que ses convictions les plus profondes. Nous sommes méchants.

À Lire Aussi

"Ce Philippe, il commence à me casser les couilles"

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !