Bisbilles entre Rachida Dati et Valérie Pécresse : et Patrick Stefanini mangeât son chapeau | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Valérie Pécresse lors d'un meeting en décembre 2021, entourée des cadres du parti Les Républicains.
Valérie Pécresse lors d'un meeting en décembre 2021, entourée des cadres du parti Les Républicains.
©BERTRAND GUAY / AFP

Femmes je vous aime

Bisbilles entre Rachida Dati et Valérie Pécresse : et Patrick Stefanini mangeât son chapeau

Il ne devait pas avoir très bon goût ce chapeau.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Entre la maire du VIIème arrondissement et la candidate LR, s’il y  a de l’amour, c’est de l’amour vache… Elles ne s’aiment guère. Rachida Dati a des griffes. Elle s’en sert régulièrement pour égratigner Valérie Pécresse.

Cette fois-ci l’égratignure est passée au stade de blessure. Rachida Dati, très remontée, s’est permis de dire que la campagne de Valérie Pécresse « devait trouver un deuxième souffle ». Autant dire que le souffle n’y était pas.

Un excellent article paru sur Atlantico dit exactement la même chose en suggérant dix idées pour relancer la campagne un peu molle et confuse de Valérie Pécresse. Peut-être que Rachida Dati l’a lu ? Une chose est certaine en tous cas : Patrick Stefanini, lui, ne l’a pas lu !

Enervé par les propos de Rachida Dati, le directeur de campagne de Valérie Pécresse s’est voulu féroce en rappelant les résultats des élections municipales de Paris quand l’ancienne garde des Sceaux avait été battue par Anne Hidalgo. Ce n’était ni très gracieux, ni très élégant. Le malheureux, que n’avait pas-t-il dit là ? Il a dû se faire vertement rabrouer par Valérie Pécresse : « T’es con ou quoi ? On ne touche pas à Rachida car elle peut être encore plus méchante ? ».

Le pauvre Stefanini a aussitôt fait machine arrière. En politique, il y a plusieurs façons de manger son chapeau. Habituellement, on susurre que les propos énoncés ont été mal interprétés et on déclare qu’on n’a pas voulu dire ce qu’on a dit.

À Lire Aussi

Jean-Marie Le Pen en très grande forme : il arrive à étriller Marine et Marion en même temps

Stefanini est allé plus loin en s’aplatissant. « La campagne de Rachida Dati contre Anne Hidalgo a été belle et courageuse », a-t-il dit. Et comme il restait encore un bout de chapeau à manger, il a rajouté cette phrase qui est un sommet de la flagornerie. « Rachida Dati inspire tous les jours la campagne de Valérie Pécresse ».

Patrick Stefanini est certainement un combattant aguerri mais contre deux femmes, il n’est pas de taille… Oublions-le un instant pour rester avec les femmes. Dans les sondages, Anne Hidalgo est à 2,5%. On entend jusqu’ici le rire sardonique de Rachida Dati…

Cette dernière n’a pas oublié Stefanini : ses colères sont terribles. Elle a enregistré, pour les mépriser, les plates excuses du directeur de campagne de Valérie Pécresse et elle est partie dans une de ses fureurs dont elle est coutumière : « c’est un loser, un déserteur, je rappelle qu’il a été condamné pour emplois fictifs. Le parti lui a donné des circonscriptions en or : il n’en a gagné aucune ». Eh oui, fallait pas toucher à Rachida Dati ! 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !