55% des Français estiment que les députés sont coupés de leurs préoccupations | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
55% des Français estiment que les députés sont coupés de leurs préoccupations
©

Absence de représentation nationale

55% des Français estiment que les députés sont coupés de leurs préoccupations

Sondage Atlantico/Mediaprism : A quatre jours des législatives, quelle image ont les Français du métier de député ? Une étude qui constitue une première sur l'image des législateurs.

 Mediaprism et Atlantico

Mediaprism et Atlantico

Mediaprism, filiale du Groupe Mediapost, est le 1er groupe de communication intégré au service des marques et des associations.

Voir la bio »

Les Français s’intéresseraient peut-être davantage aux élections législatives s’ils connaissaient mieux le rôle des députés, s’ils en avaient une meilleure image, et s’ils les percevaient davantage en phase avec leurs préoccupations.

  • 79% des Français aimeraient en savoir plus sur le rôle et l’action des députés.
  • 55% estiment que les députés ne sont pas conscients de leurs préoccupations.
  • 73% jugent les députés trop nombreux.
  • La relation des Français à leurs députés connaît aussi sa fracture sociale : les femmes, les jeunes, les ruraux, et les catégories les plus modestes sont plus sévères et se sentent moins représentés.
 

79% des Français aimeraient en savoir plus sur le rôle et l’action des députés

Les Français connaissent plutôt bien le nombre de députés (ils sont 60% à répondre qu’ils sont entre 500 et 600) et la durée du mandat, de 5 ans pour 79% des personnes interrogées. Cette connaissance est encore meilleure auprès des hommes, des catégories socioprofessionnelles élevées et des plus âgés. Mais ce n’est pas pour autant qu’ils se sentent bien informés sur leur rôle et leur action. En effet, sur ce point les avis sont partagés, 53% des Français s’estiment bien informés, 47% ont un avis contraire, mais avec de forts clivages selon le profils des interviewé(e)s.

Les femmes, les plus jeunes, et les catégories sociales plus populaires se sentent majoritairement mal informés sur les missions et les actions des députés à l’Assemblée nationale, rouage pourtant essentiel de notre vie parlementaire et législative. Un sentiment corroboré par une certaine difficulté à juger du bilan de leur propre représentant. En effet, s’ils sont plutôt bienveillants (44% estiment que leur député actuel a plutôt un bon bilan, 20% un mauvais bilan), ils sont surtout 36% à se déclarer dans l’impossibilité de répondre, n’ayant strictement aucune idée de l’action et donc du bilan de leur député.

Une bonne connaissance du nombre de députés et de la durée du mandat

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Des Français partagés sur leur sentiment d’information sur le rôle et l’action des députés

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Modérément convaincus donc d’être bien informés, les Français ne se désintéressent pas pour autant des députés, ils sont 79%, soit une très ample majorité, à se déclarer intéressés pour en savoir plus sur leur rôle et leur action. Et cet intérêt est partagé par tous les profils de population. Face au fort taux d’abstention observé lors du premier tour des élections législatives dimanche 10 juin (43%), l’étude fait donc ressurgir une demande d’information très nette de la part de la population, sur les programmes sûrement, mais aussi sur la fonction du député dans l’exercice législatif. Une communication pédagogique qui pourrait sensibiliser la population sur l’importance cruciale des membres de l’Assemblée nationale, peut-être un peu effacée derrière celle perçue des membres du pouvoir exécutif.

 

Un réel intérêt pour la politique et pour ceux qui la décident

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Une opinion publique plutôt sévère à l’égard des députés, perçus comme distants

Le « statut » de député est reconnu, comme le révèle le score de 60% des Français qui estiment que « c’est un beau métier ». Un avis encore plus partagé par ceux davantage susceptibles de l’exercer, c’est-à-dire les hommes (66% trouvent que c’est un beau métier versus 54% des femmes).

Les catégories sociales plus modestes, les habitants de zones rurales ou encore l’électorat de Nicolas Sarkozy ont pour leur part une admiration un peu plus réservée. Mais au delà de l’intérêt perçu du métier et de la fonction, les députés peuvent se soucier de leur image, qui n’est pas bonne : ils sont tout juste perçus comme compétents (45% des Français le pensent, 44% n’en sont pas convaincus) ; peu attentifs aux principes d’éthique et de déontologie (56% ne leur accordent pas ce crédit) ; pas dignes de confiance pour 54% des Français, qui ne sont pas convaincus non plus qu’ils agissent vraiment dans le sens de l’intérêt général (53% ne sont pas d’accord avec cette idée). Les députés, « représentants du peuple », sont jugés par 55% de leurs électeurs comme peu conscients des préoccupations des Français.

 (Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

 
(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Il en ressort nettement un sentiment de distance, une absence de proximité, qui est pourtant la première qualité attendue d’un député (cf partie 1 de l’étude). 75% des Français interrogés considèrent finalement que les députés sont des gens dont ils ne se sentent pas proches. C’est là sans doute, collectivement et individuellement, l’enjeu principal des parlementaires aujourd’hui face à une population qui attend de l’écoute, de la compréhension des besoins (les leurs), de la part d’une élite politique qui ne doit pas pour autant être perçue comme déconnectée, « dans sa bulle ».

Cette déconnexion ressentie crée de la distance, mais explique aussi la défiance exprimée vis à vis des représentants politiques. Paradoxalement, le nombre de députés (un découpage autour d’une moyenne d’un député pour 100 000 habitants, mais pas vraiment intelligible et compréhensible pour l’électeur) ne garantit pas cette proximité territoriale : 73% des Français estimant en effet que les députés « sont trop nombreux ».

 

Un beau métier, mais des députés trop nombreux et trop lointains

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Ce fossé entre les Français et leurs députés est systématiquement plus important auprès des femmes, très souvent plus réservées que les hommes sur les dimensions d’image testées (elles ne sont pas exemple que 30% à considérer les députés comme dignes de confiance ou respectueux de l’éthique), auprès des plus jeunes générations, des catégories sociales modestes et des habitants des zones rurales (qui ne sont qu’un tiers à estimer que les Députés sont conscients de leurs préoccupations, et 1 sur 6 seulement à ressentir de la proximité avec eux).

Une opinion plutôt bienveillante et respectueuse de l’Assemblée nationale

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

L’Assemblée nationale quant à elle est plutôt mieux perçue que les députés qui y siègent, sans non plus remporter de valeureux scores : 59% des Français estiment que c’est un lieu de débats et d’écoute ; 54% que l’on y travaille et que l’on y trouve de l’expertise.

L’institution n’est donc pas remise en cause pour elle-même. Pour autant, l’image globale n’est guère flatteuse, un Français sur deux a une mauvaise image de l’Assemblée Nationale (sans doute en raison des débats houleux parfois retransmis dans les médias et souvent associés à l’idée de « cour d’école », ou encore aux représentations régulières des bancs clairsemés), et ceci de façon encore plus marquée auprès des catégories de populations déjà évoquées.

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

L’image des députés pris dans leur ensemble est à peu près du même niveau, et, chose plus étonnante, l’image de son propre député est certes meilleure (46% d’opinion positive et 30% d’opinion négative versus 50% pour l’assemblée ou les députés), mais surtout plus floue car 24% des interviewé(e)s ne savent pas s’exprimer sur la question. Ceci est particulier car il est plutôt courant dans les enquêtes d’opinion de mesurer une meilleure image d’un acteur de sa sphère de proximité qu’au niveau de l’agrégat (sa banque versus les banques, son garagiste versus les garagistes, etc.).

D’autre part, le taux de Français ayant plus de difficultés à évaluer leur propre député que les députés dans leur ensemble traduit là aussi le manque de proximité, de connaissance et de liens entre les députés et leurs électeurs. 

Députés et Assemblée Nationale ont une image à défendre : « peut mieux faire »

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Des Français plutôt satisfaits de leur député, mais un peu dans le flou

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

 

_____________________________________

La méthodologie

  • Echantillon de 1 238 personnes, représentatif de la population Française âgée de 18 ans et plus.
  • Méthode des quotas sur les critères de sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, catégorie d’agglomération et région.
  • Les interviews ont eu lieu par questionnaire auto-administré en ligne (CAWI - Computer Assisted Web Interviewing), du 5 au 7 juin 2012.


A propos de…

Mediaprism, filiale du Groupe Mediapost, groupe La Poste, est le 1er groupe de communication intégré au service des marques et des associations. La force de Mediaprism s'articule autour de deux savoir-faire : la maitrise de la connaissance client et le conseil stratégique et créatif. Cette offre globale de communication basée sur la connaissance client est nourrie par une base de plus de 36 millions de consommateurs français dont 20 millions d'internautes, est déclinable en marketing relationnel, opérationnel, interactif, publicité commerciale, relations medias, études, enquêtes d'opinion,... dans des secteurs aussi différents que le Caritatif, le Corporate, la Distribution ou la Banque-Assurance.

En particulier, le pôle Enquêtes et Opinion de Mediaprism gère des enquêtes de toute nature et dans tous les secteurs. Ces enquêtes sont aujourd'hui un élément central de la connaissance clients et d'analyse de l'évolution des Français dans leur vie de consommateurs mais aussi de citoyens, salariés...

Mediaprism (19 millions d'euros de CA en 2011) est présent en France, en Belgique, en Espagne et au Royaume-Uni

Contacts presse : Jean Claude ROUX / 01 53 29 25 02 / [email protected]

NewCorp Conseil est un cabinet de conseil indépendant créé et dirigé par Alain Renaudin qui propose de relier stratégies de communication et stratégies d’opinion, en mettant à contribution les différentes expertises issues de son parcours en tant que Président de l’agence de communication DDB Corporate et Directeur Général adjoint de l’Institut d’Etudes Ifop.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !