"Worms" au cinéma : une satire jubilatoire de la téléréalité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Worms" : un film d’animation de Paolo Conti et Arthur Nunes.
"Worms" : un film d’animation de Paolo Conti et Arthur Nunes.
©

Atlanti-culture

"Worms" au cinéma : une satire jubilatoire de la téléréalité

Non seulement "Worms" est un film d'animation d'avant-garde, mais c'est aussi un film intelligent, subtil et profond.

Gilles Tourman pour Culture-Tops

Gilles Tourman pour Culture-Tops

Gilles Tourman est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

Le réalisateur

Passionné depuis l’enfance par le dessin et les dessins animés, Paolo Conti, né le 27 août 1977 à Sao Paulo, entre à l’Université Mackenzie, à Sao Paulo, en 1994, où il se spécialise en design industriel. Amené à réaliser des bandes annonces et à concevoir des personnages et figurines en stop motion (animation image par image comme Wallace et Gromit), il fonde Animaking Produçoes Cinématograficas, en 2002. Sorti en 2013 au Brésil, "Worms" est son 1er long-métrage et le 1er film entièrement réalisé avec ce procédé au Brésil. Il aura fallu 600 000 photos et quatre années de travail pour le réaliser.

Thème

Ver adolescent, Junior est la tête de turc de ses potes pour son côté bonne éducation et parce que sa mère le surprotège. Son rêve : ressembler à Mr Jumper, la star de la télé réalité. Accidentellement expulsé de Wormville avec Nico, son (seul) ami, et Zap, un cloporte qui sert de balle à toute la bande dans les parties de wormball (roller derby), il échoue dans l’antre de Big Wig, un cloporte décidé à prendre le pouvoir et asservir les lombrics en les hypnotisant via la télé. En affrontant Big Wig et ses sbires pour rentrer chez lui, Junior va rencontrer Linda, aussi jolie que peste, Mr Jumper et se trouver lui-même….

Points forts

- Plus que tout, le fond de l’histoire. On s’attend à une fable écolo dans l’air du temps, on découvre un pamphlet jubilatoire contre la télé-réalité et son intérêt à abêtir les masses pour vendre ses produits dérivés via ses stars de pacotille.

- Un film aussi réussi dans son animation que dans ses décors (à surtout bien regarder dans les détails).

- Une histoire bien troussée et qui tient la route.

- Les clins d’œil cinéphiliques à destination des parents (Métropolis de Fritz Lang (1927), James Bond, Rollerball de Norman Jewison (1975), Mars Attack où Tom Jones tuait les aliens en chantant, Running Mann de Paul Michaël Glaser (1987), Le magicien d’Oz (1939). Et même Mad Max (1979): on peut voir, en effet, inscrit sur le casque jaune d’un des vers, le sigle MFP qui se traduit par "Main Force Patrol", une brigade dont fait partie l'anti-héros joué par Mel Gibson.

Points faibles

Je n'en vois pas.

En deux mots

Techniquement d'avant-garde. Mais aussi, subtil, intelligent et profond. Ici, la transgression consiste ici à aller en surface (en haut) pour sauver les profondeurs (ce qui ne se voit pas) ! Les psy devraient apprécier…

Une phrase…

La mère : mais tu es tout sale ! Junior : je sais que je suis tout sale ! Je suis un ver de terre...

Recommandation

ExcellentExcellent

Informations

"Worms" : un film d’animation de Paolo Conti et Arthur Nunes. Brésil/Canada. Couleur. Avec les voix de Fabienne Carat et Merwan Rim.

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !