"Women House" : Le lieu plus intéressant que l'expo, très prise de tête | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Women House" : Le lieu plus intéressant que l'expo, très prise de tête
©

Atlanti-culture

"Women House" : Le lieu plus intéressant que l'expo, très prise de tête

Virginie Romefort pour Culture-Tops

Virginie Romefort pour Culture-Tops

Virginie Romefort est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

 

Voir la bio »

EXPOSITION

WOMEN HOUSE

La Monnaie de Paris

INFOS RESERVATIONS

 La Monnaie de Paris

11 Quai de Conti, 75006 Paris.

Réservations : www.monnaiedeparis.fr

Du mardi au dimanche : 11h00 – 19h00, le jeudi jusqu'à 21 h 

Visite guidée jeudi à 19h, samedi et dimanche à 15h

Jusqu'au 28 janvier 

RECOMMANDATION 

            A LA RIGUEUR

 THEME 

L’exposition « Women House » propose la rencontre de deux notions, un genre : le Féminin, et un espace : le Domestique .

Partant du constat que l’architecture et l’espace public ont longtemps été masculins, tandis que l’espace domestique restait celui des femmes,l’exposition interroge le visiteur sur le statut de la femme  au foyer, la limite de son espace domestique dans le monde de l’art, le nomadisme, l’individu face au collectif, l’association formelle entre le corps de la femme et l’architecture de la maison..

La maison est-elle un refuge, une prison ou peut-elle devenir un lieu de création ?

Cette exposition a été initiée en 1972 par une collectif d’artistes californiennes  à la recherche d’un lieu pour réaliser et exposer leurs travaux. Elles avaient  alors investi  une villa en démolition. Plusieurs vidéos témoignent d’ailleurs de cette aventure artistique.

(A noter :Après cette présentation parisienne, Women House s’exposera au National Museum of Women in the Arts à Washington D.C, de mars à mai 2018.)

POINTS FORTS

- La grande diversité des artistes et des œuvres présentées : dessins, vidéos, installations, sculptures magistrales Parmi celles ci, J’ai trouvé  particulièrement impactantes : la Mama Maison de Niki de Saint Phalle qui accueille le visiteur dans la cour d honneur,  la théière en fer forgée de Joan Vasconcelos , comme une maison dans la cour Méridionale, ou encore l’Araignée  monumentale, de Louise Bougois,  installée  comme  une « mère protectrice » dans la magnifique salle du 1er étage.

- Le lieu étonnant et la beauté des bâtiments néoclassiques de l’Hôtel de la Monnaie, chef d œuvre de l’architecte  Jacques Antoine Denis. Ré-ouvert au public en septembre dernier, après 6 ans de travaux, dans le cadre du projet « Métamorphose », qui a repensé l’ensemble des espaces, cette institution propose également un musée sur l’histoire de la monnaie, la fonderie; et propose aussi la visite des ateliers d’artisans d’art qui y travaillent encore aujourd’hui (ateliers, que l’on peut voir en semaine).

Je recommande au visiteur de prendre le temps de déambuler dans les salles, et de visiter l’exposition permanente, riche en découverte sur le travail de cette très ancienne institution .

POINTS FAIBLES

- Le propos de l’exposition, très «conceptuel » et « intellectuel », ne me semble pas facilement abordable par tous.

- Malgré les cartouches d’introduction de chaque salle, les œuvres présentées ne peuvent, à mon sens, générées émotions et compréhension qu’avec des explications qualifiées.

Pour cette raison, je  vous recommande vivement de suivre la visite guidée, qui permet de prendre toute la mesure de la réflexion portée par cette exposition.

 - Le parti prit féministe très revendicatif me semble un peu « daté », tel qu’il présente principalement la femme dans son environnement domestique et contraint des années 50 à 70. La condition de la femme a heureusement pas mal évoluée depuis ! Cela permet cependant de constater le chemin parcouru.

EN DEUX MOTS 

Je n'irai pas par quatre chemin: que cette expo soit surtout l'occasion pour vous, si vous le pouvez, d'aller découvrir ce lieu qui accueillit au 18e siècle les salons philosophiques de Nicolas de Condorcet (mathématicien, économiste, philosophe, qui fut nommé inspecteur de la monnaie en 1775; et dont les cendres sont au Panthéon depuis 1989. Condorcet, qui fut déjà en son temps un défenseur des minorités,

UN EXTRAIT

 Ou plutôt deux:

1 Un dialogue :

"- Heine : tu es d’abord une épouse et un mère .

- Nora : ça je n’y crois plus, je crois que je suis d’abord et avant tout un être humain, au même titre que toi »

(Henrik Ibsen, extrait d’une Une maison de poupée 1979 )

2« Car les femmes sont restées assises à l’intérieur de leurs maisons pendant des millions d’années, si bien qu’à présent les murs même sont imprégnés de leur force créatrice ».Virginia Wolf (extrait d’"Une chambre à soi")

LES ARTISTES 

 Les 39 artistes du XXe et XXI siècle,  représentées là, viennent des quatre continents, de l’historique Claude Cahun jusqu'à une jeune génération : l'artiste mexicaine Pia Camil, l'iranienne Nazgol Ansarinia, la portugaise Joana Vasconcelos, l'allemande Isa Melsheimer ou les françaises Laure Tixier et Elsa Sahal...

Certains noms sont connus: Louise Bourgeois, Niki de Saint Phalle, Martha Rosler, Mona Hatoum, Cindy Sherman, Rachel Whiteread; d'autres sont l'objet de redécouvertes récentes liées à une relecture de l'histoire de l'art, plus paritaire: Birgit Jürgenssen, Ana Vieira, Laetitia Parente, Heidi Bucher.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !