"Voyage en ascenseur" : drôle, mais trop convenu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Voyage en ascenseur" : drôle, mais trop convenu
©

Atlanti-culture

"Voyage en ascenseur" : drôle, mais trop convenu

Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops

Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops

Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

THEATRE

Voyage en ascenseur

de Sophie Forte

Mise en scène: Anne Bourgeois

avec Corinne Touzet et Jean-Erns Marie-Louise

INFORMATIONS

Théâtre Rive Gauche

Du mardi au samedi à 21h - le dimanche à 15h

Jusqu’à fin juillet

Durée : 1h35

Réservations : 01 43 22 11 02

RECOMMANDATION

BON

THEME

On a tous eu peur un jour d’être coincé dans un ascenseur une veille de weekend prolongé.  C’est ce qui arrive à Juliette, la femme du PDG, très énervée et rapidement hystérique et à Moctawamba, l’homme de ménage africain, sage et lunaire.

On imagine aisément la rencontre que ces deux-là vont vivre, l’un avec l’autre autant qu’avec eux-mêmes. Ce voyage immobile va leur révéler les ressources insoupçonnées, les beautés, et les vérités inavouées qu’ils gardaient cachées.

POINTS FORTS

1/ Un texte efficace et burlesque. Sophie Forte dont on connaît la drôlerie maintes fois exprimées au café théâtre ou à la télévision, utilise cette situation incongrue pour brosser avec affection les portraits de ces deux êtres antinomiques que l’humour et la tendresse vont rapprocher.

2/ Les deux interprètes, chacun bien dans leur rôles. Corinne Touzet joue avec un entrain communicatif cette femme énergique mais désabusée, angoissée puis apaisée et prend son public par la main pendant tout le spectacle. Jean-Erns Marie-louise est une belle découverte, “sa petite merveille” comme Corinne Touzet le présente. Tour à tour impassible et très en colère, il promène sa silhouette fluide dans cet ascenseur comme s’il était sur son territoire.

3/ Le mot de la fin : aujourd’hui, les comédiens ne parlent plus à la fin d’un spectacle et c’est un peu du lien qui les relie aux spectateurs qui se délite. Corinne Touzet prend le temps d’expliquer en quelques mots son engagement pour cette pièce (saviez-vous qu’elle a une grand-mère antillaise ?) et lui octroie ce petit supplément d’âme qui conquiert son public.

POINTS FAIBLES

La pièce joue sur un double registre : celui de la drôlerie, dans la confrontation de ces deux personnages opposés, réunis dans des circonstances exceptionnelles; et celui de l'humanisme, sur le thème du “vivre ensemble”. Le ressort comique est bien exploité et fonctionne. Malheureusement, la pièce bascule vers un propos plus moraliste, auquel bien sûr on adhère, mais trop sage et lisse pour nous émouvoir véritablement ou nous surprendre.

EN DEUX MOTS

Des personnes ordinaires confrontées à une situation extraordinaire: certes, Sophie Forte joue bien sur sur cette dualité de

la cage d’ascenseur, qui se fait prison puisqu’on ne peut pas échapper à la rencontre de l’autre et de soi-même; puis qui devient un élément permettant de s’élever dans la connaissance, la découverte et la compréhension de l’autre, suscitant d’étonnantes interactions entre les êtres. Mais le tout est trop convenu.

UN EXTRAIT

Ca commence mal :

-  Lui : tant que tu doutes n’affirmes pas, mais si tu affirmes, ne doute plus.

- Elle : voilà, je ne sais pas pourquoi mais je le sens très très mal ce weekend

Et se termine bien :

- Lui : maintenant que je suis habitué à entendre toutes vos bêtises, je vais avoir du mal à m’en passer

L’AUTEUR

Sophie Forte s’est fait connaître par ses sketches et ses one woman shows qu’elle a portés avec verve au café théâtre, à la télévision (Vivement Dimanche, Frou-Frou ou La Classe) et à la radio (Rien à cirer). Parallèlement, elle tourne dans de nombreux films et passe à la réalisation en 2017. Elle écrit également des chansons, aussi bien pour les enfants que pour les adultes (huit albums et des tournées dans toute la France). A partir de 2006, elle écrit aussi des pièces de théâtre, qu’elle n’interprète pas toujours. “Voyage en ascenseur" est déjà sa dixième pièce.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !