"Suburra" de Daniele Cesarano et Barbara Petronio : un voyage à Rome…"décoiffant" (clin d'œil à ceux qui verront la série) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Suburra série télévisée mafia criminalité Vatican Rome Netflix
Suburra série télévisée mafia criminalité Vatican Rome Netflix
©

Atlanti Culture

"Suburra" de Daniele Cesarano et Barbara Petronio : un voyage à Rome…"décoiffant" (clin d'œil à ceux qui verront la série)

La série "Suburra" de Daniele Cesarano et Barbara Petronio est à découvrir sur Netflix notamment.

Claude Carrière

Claude Carrière

Claude Carrière est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

"Suburra" de Daniele Cesarano et Barbara Petronio 

Les 3 saisons sur NETFLIX depuis octobre 2017 (saisons 1 et 2), octobre 2020 (saison 3) Série italienne 24 x 55 ’
Avec Alessandro Borghi, Giacomo Ferrara, Adamo Dionisi, Francesco Acquaroli, Filippo Nigro…

Recommandation

ExcellentExcellent

Thème

C’est le confinement, raison pour vous offrir un périple à Rome ! Suburra est tout indiqué, d’autant qu’il va vous permettre de vous immiscer dans un monde qui ne vous sera jamais proposé par les tours Opérator ! Cet embarquement spécial va vous faire côtoyer un univers complexe fait d’intrigues dont les multiples fils s’entremêlent et tissent une toile autour d’un enjeu, la vente par le Vatican et la Mairie de terrains autour du port d’Ostie. Proie ardemment convoitée pour laquelle les divers gangs criminels de la ville vont s’entredéchirer.

Voyage dans une société peu scrupuleuse dans laquelle le « sens de l’honneur », l’usage de la violence faite en son nom, font partie intégrante de l’alphabet. Malfrats d’Ostie (avec le magnétisant mais inquiétant Aureliano), le Sinté (gang de Roms) d’où va vouloir émerger le non moins inquiétant Spadino, planant au-dessus d’eux, le « Samouraï » craint par tous les puissants de Rome qui veulent s’approprier ce port et ce quelle qu’en soit la manière ! Pour le Samouraï, l’enjeu est de taille puisqu’il veut étendre sa domination économique sur la ville en ouvrant la porte à la Mafia du sud. C’est ce désordre que l’Ordre tout puissant du Vatican va enclencher avec cette mise en vente.

La série nous fait voyager non seulement hors de nos frontières mais aussi dans un réseau d’intrigues, véritables mailles d’un filet se construisant et se déconstruisant tout au long des 3 saisons. Voyage aussi au sein d’univers mafieux, différents qui pour certains ne laissent pas de nous surprendre, mais dont le point commun reste celui de l’Intrigue, de la Corruption et du Crime.

Points forts

Un jeu d’acteurs exceptionnel qui donne toute crédibilité à une galerie de personnages totalement improbables

Les vues de Rome et autour d’Ostie nous permettent de nous évader

2 saisons notamment, la 1 et la 2, sont intenses et nous font découvrir un milieu fascinant, celui des tziganes, de leurs mœurs et de leurs « valeurs ».

Points faibles

La saison 3 se révèle plus décevante ; certes l’action est toujours là, mais privée de la force dégagée dans les 2 saisons précédentes où l’intensité était liée à certains personnages qui ont disparu et à la mise en scène de l’enjeu.

En deux mots ...

Suburra est une référence à la Subure, quartier populeux, l’un des bas-fonds les plus sordides de la Rome antique mais néanmoins l’un des plus célèbres, où se retrouvaient les Romains, indépendamment de leur statut social ; et c’est bien ce qui se passe dans cette série où des personnalités mafieuses, venues d’horizons différents ne vont cesser de se croiser. Même dans ces milieux plus que troubles, certains des personnages peuvent parfois nous émouvoir. C’est le cas de ces têtes brûlées que sont Aureliano et Spadino ; dans les deux cas, petits voyous certes mais qui ont besoin de faire leur place et surtout dans leur propre famille : Aureliano, face à un père mal aimant et brutal, lui ayant toujours reproché la mort de la mère, lors de sa naissance, et Spadino, face à une famille de Sinté, où son orientation sexuelle, honteuse, qui ne se dit pas, va le déconsidérer face au frère ainé et à la mère…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !