"Ravel, un imaginaire musical" de Karol Beffa, Guillaume Métayer et Aleksi Cavaillez : roman graphique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Ravel, un imaginaire musical" de Karol Beffa, Guillaume Métayer et Aleksi Cavaillez : roman graphique
©

Atlanti Culture

"Ravel, un imaginaire musical" de Karol Beffa, Guillaume Métayer et Aleksi Cavaillez : roman graphique

Bertrand Devevey pour Culture-Tops

Bertrand Devevey pour Culture-Tops

Bertrand Devevey est chroniqueur pour Culture-Tops. 

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). 

Voir la bio »

"Ravel, un imaginaire musical"

De Scénario : Karol Beffa et Guillaume Métayer. Dessins : Aleksi Cavaillez
Editions Seuil Delcourt, Août 2019 200 pages 24,95 €

 

RECOMMANDATION
Bon


THÈME
Dans cette fiction narrative inspirée d'un fait réel, le compositeur Maurice Ravel raconte à son ami compositeur et musicologue Alexis Roland-Manuel, les grands épisodes de sa vie, ses rencontres, ses influences, ses inspirations, ses œuvres majeures. 6 jours, 6 chapitres nous font voyager avec lui, revivre son passé, ses dialogues avec son ami, percevoir sa sensibilité. Un dernier chapitre, littéraire et illustré de dessins pleine page, évoque les dix dernières années de sa vie, pages de synthèse marquées par la perte d'autonomie et les progrès de la maladie dégénérative qui allait l'emporter fin 1937.

 

POINTS FORTS
1. Une belle occasion de découvrir ou redécouvrir la vie de Maurice Ravel, servie par un texte abondant mais simple, qui a la redoutable mission d'évoquer en 200 pages l'essentiel d'une vie de création et de rencontres exceptionnelles. 

2. Un parti pris graphique original, bien qu'un peu déroutant si l'on n'en connaît pas la genèse - explication à découvrir quelques lignes plus bas !

3. De nombreux portraits esquissés d'ami(e)s et de relations croisées, les Gobebski, son maître André Gédalge, ses pairs Enesco, Roger-Ducasse, Nadia Boulanger, Fauré, Wiener  mais aussi Colette, qui lui écrivit le livret de Ma Mère L'Oye, Isadora Duncan, Braque, Cocteau, Picasso, Gide, Romain Rolland et beaucoup d'autres.

4. Une évocation graphique des œuvres les plus connues de Ravel, du Boléro à l'Enfant et les Sortilèges, en passant par la Pavane pour une infante défunte ou Gaspard de la  nuit.

5. Et une annexe des auteurs, tout à fait bienvenue.

 

POINTS FAIBLES
1. Le parti pris graphique donne en première lecture l'impression d'un style enfantin, parfois brouillon, simple dans le trait, compliqué dans la mise en scène. Mais si l'on sait en entamant la lecture du roman - ce qui ne fut pas mon cas - que son dessinateur fut sourd et ne ressentait jusqu'à l'adolescence les sons qu'en vibrations, alors, l'évocation "artistique" et graphique des univers musicaux de Ravel prend plus de sens.

 

EN DEUX MOTS 
Cet ouvrage en noir et blanc propose une expérience intellectuelle et graphique originale. Amateurs de bandes dessinées "classiques", attention, vous risquez d'être un peu perdus par le style d'Aleksi Cavaillez. Pour autant, ce roman se parcourt avec un certain plaisir - celui de voir traduit en traits le fameux "imaginaire musical" de Maurice Ravel. Vous lui trouverez peut être l'esprit de Gustave Doré, une touche cubiste ou encore des décors à la John Tenniel, l'un des fameux illustrateurs d'Alice au pays des merveilles. Vous y retrouverez encore Montfort-l'Amaury, Ciboure et Saint de Luz, lieux de vies, lieux d'inspiration. Il est enfin une invitation à découvrir ou redécouvrir ses œuvres, enrichies du contexte mis en mots par Karol Beffa et Guillaume Metayer.

 

UNE ILLUSTRATION

L'AUTEUR
Aleksi Cavaillez est dessinateur, illustrateur et photographe. Il a collaboré à plusieurs magazines, et est l'auteur de récits de voyage et de livres pour enfants. Sourd, sa sensibilité lui fait dire, pour la réalisation de ce roman graphique : "il fallait faire bouger les lignes, sortir du cadre et jouer avec la force rythmique du noir et blanc, avec ces contrastes qu'on peut trouver sur les touches du piano. Dessiner la musique de Ravel, c'est faire s'exprimer le musicien et le compositeur, montrer ses rêves, ses visions et ses mains".  

Karol Beffa est compositeur, pianiste et musicologue. Il est qualifié "d'improvisateur" et a accompagné de nombreuses lectures faites par des auteurs ou des acteurs. Il a été élu compositeur de l'année en 2013 et 2018 aux Victoires de la Musique classique, Grand Prix de la Musique symphonique de la SACEM en 2017. Il a composé une trentaine d'œuvres ces 15 dernières années… et est encore acteur de théâtre, de cinéma et de télévision !

Guillaume Métayer est chargé de recherche au CNRS, poète et traducteur. Il intervient sur France Culture sur les thèmes de la poésie et de l'histoire.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !