"Quand la France était la plus grande puissance du monde" de Raphaël Chauvancy : 15 ans avant la Révolution, la puissance française à son apogée, une vision à contre-courant et une analyse subtile | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Quand la France était la plus grande puissance du monde Raphaël Chauvancy
Quand la France était la plus grande puissance du monde Raphaël Chauvancy
©

Atlanti Culture

"Quand la France était la plus grande puissance du monde" de Raphaël Chauvancy : 15 ans avant la Révolution, la puissance française à son apogée, une vision à contre-courant et une analyse subtile

Raphaël Chauvancy a publié "Quand la France était la plus grande puissance du monde".

Jean-Pierre Tirouflet pour Culture-Tops

Jean-Pierre Tirouflet pour Culture-Tops

Jean-Pierre Tirouflet est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

"Quand la France était la plus grande puissance du monde" de Raphaël Chauvancy

VA Editions, 160 p., 20€

RECOMMANDATION
Excellent


THEME
L’ombre portée par la Révolution a largement discrédité les 15 années du règne de Louis XVI avant 1789. A rebours de cette vision traditionnelle, Raphaël Chauvancy brosse un tableau bien différent de l’Ancien Régime finissant. Ce fut, explique-t-il, l’apogée de la puissance française ; pays le plus peuplé d’Europe, enfin doté d’une marine capable de rivaliser avec la Royal Navy, d’une armée de terre redoutée sur le continent, la France est alors l’arbitre de l’Europe, sous la férule d’un roi intelligent, compétent et mesuré, Louis XVI, et d’un ministre talentueux, Vergennes. Son économie est en passe de combler son retard sur le Royaume Uni, l’état de droit est à peu près respecté ; même la dette contractée pour financer la guerre d’indépendance américaine n’est, toutes proportions gardées,guère plus grande que la dette britannique. Quant à la langue et à la culture françaises, elles rayonnent sur l'Europe contribuant au “soft power“ du royaume.

POINTS FORTS
Un regard neuf et original sur une période bien plus faste qu’on ne l’a dit et dont on ne retient généralement que les aspects négatifs : rappel des Parlements, disgrâce de Turgot, affaire du collier de la reine, incapacité chronique à stabiliser le système fiscalo-financier… La thèse de M. Chauvancy est fondée une réelle maîtrise des sources, données chiffrées et archives de l’époque, non seulement quant à l’équilibre des forces militaires et navales avec l’Angleterre et les États continentaux, mais sur bien d’autres aspects de la vie politique et financière ; ainsi la correspondance de Louis XVI avec Vergennes montre la qualité de la réflexion tant du roi que de son ministre en matière de politique étrangère et d’équilibre des puissances qui tranche avec l’image d’un souverain timoré et benêt.

La subtilité de l’analyse de l’auteur sur les relations internationales, sur la notion de puissance, comme sur les quelques erreurs qui ont mis à bas l’édifice patiemment construit [l’affaire hollandaise], est du meilleur niveau.

Fort de cette lecture, on est conduit à jeter un regard fondamentalement différent sur la Révolution et l’Empire, à la fois pour déplorer que la rupture révolutionnaire ait donné un coup d’arrêt à cette acmé de la puissance française, et pour mieux comprendre les bases du succès napoléonien.

POINTS FAIBLES 
Sur la forme on pourrait regretter le côté un peu didactique de la présentation, mais au total, l’ouvrage est plaisant à lire.

Il est surtout dommage que l’analyse se borne à la période pré-révolutionnaire – Chauvancy date le début de la fin de la mort de Vergennes en 1787 - ; on aimerait que l’auteur applique la même grille de lecture aux facteurs et aux événements clés qui ont conduit à une chute aussi brutale de cette première puissance mondiale à partir de 1789, même s’il cite les raisons «classiques » qui sont généralement retenues pour expliquer la révolution; au fond, mutatis mutandis, c’est comme si la puissance des États-Unis disparaissait dans les cinq prochaines années.

EN DEUX MOTS
Aussi remarquable qu’originale, l’analyse de Raphaël Chauvancy modifie du tout au tout la perception traditionnelle d’une fin crépusculaire de l’Ancien Régime ; cette époque n’était pas seulement celle de la “douceur de vivre”, mais peut-être l’apogée de la puissance française.

UN EXTRAIT
Page 35. « La puissance française s’exprime aussi, indirectement, à travers l’essor du droit des gens et de la puissance morale. (…) On trouve bien des inégalités et des injustices au royaume des lys, mais à regarder le monde comme il va à l’époque, il est certain que l’on est mieux protégé de l’arbitraire en naissant sujet du roi de France que partout ailleurs sur la planète.»

L'AUTEUR
M. Chauvancy fut officier des troupes de marine ; il a servi en Afrique et fut détaché auprès des Royal Marines britanniques. Il est spécialisé dans les problématiques de puissance et de commandement et dirige un module « stratégies de puissance » à l’Ecole de guerre économique.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !