"Les trésors de Naples" : l'une des plus grandes collections de joaillerie au monde à voir au Musée Maillol | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
L'un des plus beaux trésors du monde est en exposition à Paris
L'un des plus beaux trésors du monde est en exposition à Paris
©REUTERS/Tony Gentile

Atlanti-culture

"Les trésors de Naples" : l'une des plus grandes collections de joaillerie au monde à voir au Musée Maillol

Une exposition qui témoigne du lien très fort qui unit cette ville à son saint patron : San Gennaro, mort en martyr. En effet, c’est la première fois que ce trésor sort d'Italie alors même qu'il serait comparable aux joyaux de la couronne de France ou d'Angleterre.

Thème 

Le 13 janvier 1527, par contrat devant le notaire, le peuple de Naples choisit San Gennaro (Saint Janvier) pour protéger la ville et ses habitants, des éruptions du Vésuve, et de la peste. En échange, les Napolitains s'engagent à lui construire une nouvelle chapelle au sein de la cathédrale et à lui faire des dons. Depuis, le contrat court toujours et le trésor n'a cessé de s'enrichir.... C'est la première fois que ces joyaux sortent d'Italie, afin de démentir l'image de pauvreté qui éloigne les visiteurs de Naples...

Points forts

Seize éblouissants bustes de saints saisissent le visiteur dès la première salle du musée. En argent massif, splendides, les statues colossales pèsent chacune plus de 200 kilos. Ces chefs d'oeuvre ont été créés par les orfèvres napolitains entre le XVIIè et la fin du XVIIIè siècle. Soyons rassurés, trente-huit autres saints restés dans la chapelle de San Gennaro, protègent toujours la ville de Naples de la lave et de la peste...

Depuis la signature du contrat initial, le trésor n'a cessé de s'enrichir: croix, calices, ostensoirs, chandeliers... Les pauvres comme les riches qui viennent prier le saint patron, lui offrent les gages de leur foi. On raconte que la dernière reine d'Italie enleva le diamant qu'elle avait au doigt pour le rajouter aux 3.326 autres diamants, 168 rubis, 198 émeraudes et deux grenats montés sur la mitre en argent du buste de Gennaro que l'on peut admirer. On peut également s'émerveiller devant un somptueux collier qui lui aussi s'est enrichi sur 250 ans, grâce aux dons de Charles V de Bourbon et de Napoléon Bonaparte entre autres...

San Gennaro est mort décapité, en l'an 305. Le sang du martyr a été recueilli dans deux ampoules. Il se liquéfie trois fois par an, aux mêmes dates depuis des siècles : un phénomène que la science ne peut expliquer. Si les ampoules sont restées sur place, retenez bien la date du 3 mai prochain, le Musée retransmettra en direct le "miracle". La messe napolitaine sera retransmise au musée Maillol.

Points faibles

Les mesures de sécurité sont très importantes! Le visiteur est fouillé à l'entrée et à la sortie (peut-être a-t-il volé une statue de 200 kilos ou la mitre couverte de bijoux, enfermées dans des caissons ultra blindés...)

En deux mots

A voir une fois dans sa vie, à moins de se rendre à Naples!

Recommandation  

En priorité

Musée Maillol
59, rue de Grenelle
Paris 7è
Tlj de 10h30 à 19h, ven. à 21h30
Jusqu'au 20 juillet
Tel: 01 42 22 59 58
museemaillol.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !