"Les fils ne doivent pas mourir" : une bouleversante histoire, superbement écrite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Les fils ne doivent pas mourir" : une bouleversante histoire, superbement écrite
©

Atlanti-culture

"Les fils ne doivent pas mourir" : une bouleversante histoire, superbement écrite

Quand un père essaie de comprendre les raisons du suicide de son fils, qu'il aimait profondément. Une interminable quête de vérité, qui vous prend aux tripes.

 Hélène Kolsky pour culture-tops

Hélène Kolsky pour culture-tops

Hélène Kolsky est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

LIVRE

Les fils ne doivent pas mourir

de Max Derhy

 Ed. Albin Michel

RECOMMANDATION : EXCELLENT

THEME

L’auteur voit sa vie virer au cauchemar lorsque son fils Tom met fin à ses jours. Il avait 27 ans, il était narcoleptique. Dans ce témoignage, l’auteur  rend hommage à son enfant, exprime sa douleur et tente de comprendre ce geste irrémédiable.

POINTS FORTS

Rencontre étrange entre l’histoire tragique de son fils et des mots si justes. Une bouleversante histoire merveilleusement écrite.

Max Derhy, pour ne rien oublier, pour consigner le cours des faits, partager, témoigner, s’est aventuré dans l’écriture et son honnêteté désespérée emplit le livre de fulgurances déchirantes. « J’écris pour que d’autres ne vivent pas cette tragédie. » ;

Il dit l’interminable douleur et son refus absolu de faire son deuil. Il a opté pour le souvenir et la présence de l’absence. Il dit le fil mince de la vie retrouvée en écrivant et sa quête obstinée d’un coupable : l’explication qui manque. « Pourquoi tant d’amour évaporé? Ai-je refusé de voir ou d’entendre la souffrance de mon fils ? » À ce fils trop courageux, il s’adresse : « Tu nous as caché l’enfer que tu habitais. » Il dit comment cet enfant perdu l’éloigne des vivants, fait de lui « un être pour qui tout est devenu insurmontable ». 

Jamais il n’édulcore. Il s’agit d’écrire ce qui est, ce déchirement qui n’a pas de consolation, cette perte qui n’a pas de nom, qui laisse seul avec l’attente et la transformation de soi. Il s’agit de forcer l’esprit à une reconstitution de la tragédie, pour épuiser la vérité et comprendre l’impensable. Le fils est plus présent depuis son absence.

Une vérité traverse le livre de son père : chacun de nous est seul à vivre sa vie, au milieu des autres, entouré des autres, avec les autres, aimé des siens, et nos enfants n’échappent pas à cette solitude. Nous ne les possédons pas. Ils ont leurs secrets, leurs pudeurs, leurs courages dont ils ne parlent pas, et leur difficulté d’être. Par eux nous vivons les plus grandes joies et nos plus vives souffrances.

Des métaphores empreintées au champ  médical : « associer des mots, tels des nucléotides pour fabriquer des phrases” ; “peu à peu tout s’efface et on manque d’oxygène jusqu’un jour on s’habitue à cette nouvelle vie, à respirer un air différent «

POINTS FAIBLES

Quelques phrases que je qualifierai de clichés : « perdre un enfant, c’est perdre un morceau de soi » , “on ne se sépare pas des morts » ...

EN DEUX MOTS

Hors du champ des possibles, un deuil  impossible, duquel nait le cadeau caché: l’écriture, si fine, si ciselée, formidable exutoire de ce gouffre de douleur

UN EXTRAIT

Ou plutôt trois:

- « mon encre fut mes larmes « 

-  « la vraie peine ne parle pas » p128 

- « ainsi va la vie.. Mais non la vie ne va pas ainsi, ce n’est pas vivre que supporter la mort de son enfant, la vie ne peut aller ainsi » p150

L’AUTEUR

Docteur en médecine, fondateur et dirigeant de plusieurs entreprises, Max Derhy se lance dans l’écriture avec ce récit sur la mort de son fils, Tom, auteur-compositeur-interprète, qui s’est suicidé quelques jours avant la sortie de son premier album, ‘Dans sa peau’.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !