"La vie en vrac" : bohème virtuose | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"La vie en vrac" : bohème virtuose
©

Atlanti-culture

"La vie en vrac" : bohème virtuose

Camille Dubernet pour Culture-Tops

Camille Dubernet pour Culture-Tops

Camille Dubernet est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

Voir la bio »

SPECTACLE

La vie en vrac 

de  Yanowski

avec Annick  Cisaruk et David Venitucci

INFORMATIONS

Le Connétable 

55 rue des Archives, 75003 Paris Paris

ATTENTION, réservation obligatoire : Myriam Lothammer  - [email protected] – 06 08 50 26 41

Tous les lundis à 20h30

Jusqu'au 30 avril. 

RECOMMANDATION

EXCELLENT


THEME

Un spectacle aux accents forains ou bohémiens où un accordéoniste virtuose et une chanteuse-comédienne nous emmènent sur les pas de la vie d’une femme qui semble très proche de son interprète.

La trentaine de spectateurs qui a le privilège d’assister à ce cheminement musical suit avec bonheur les artistes et cette femme unique à la fois unique et un peu universelle de l’adolescence à la vieillesse, du passé au futur, des accidents de parcours aux plus grandes joies, de l’Espagne aux terres slaves en passant par les océans. 

POINTS FORTS

             1  Deux interprètes extraordinaires:

                -  Annick Cisaruk est aussi bonne comédienne que chanteuse, avec des regards extrêmement forts et une voix toujours juste aux accents et nuances pleins de vie.

    -  Elle est accompagnée de David Venitucci, un accordéoniste exceptionnel qui nous fait découvrir son instrument comme peu d’entre nous le connaissent. Sous les doigts du musicien, l’accordéon respire, murmure, chante, danse, rit, aime … Il est tour à tour joyeux, inquiet, mélancolique, en deux mots toujours habité par les textes interprétés par Annick Cisaruk. Je l'avoue, j’ai été prise sous son charme du début à la fin alors même que j’étais assez sceptique quant à un spectacle avec un accordéon pour tout instrument !

2    Chaque tableau de ce spectacle qui voit se succéder une quinzaine de chansons est porté par les très beaux textes de Yanowski qui joue si bien avec les mots, les rimes, les notes. On aimera ou pas ce type de textes, parfois très suggestifs, mais il faut leur reconnaître une dimension artistique extraordinaire comme on en voit plus que très rarement.

POINTS FAIBLES

  1  C’est très personnel mais j’ai parfois été gênée par les jeux de regards d’Annick Cisaruk, fixant les spectateurs de ses yeux exorbités au gré des chansons et n’ai pas regretté d’être un peu au fond de la salle.... Mais c’est lié au choix d’un spectacle dans un lieu très intimiste ne pouvant accueillir qu’une trentaine de personnes au maximum et où la scène est au même niveau que le public.

 Malgré les airs et les inspirations musicales variés, j’ai trouvé dommage que beaucoup de chansons suivent toujours le même

canevas avec des moments de douceur suivis de moments très intenses, plus dans la violence ou l’énervement.

2 Attention, le spectacle se passe au sous-sol du Connétable dans un caveau étroit et humide qui pourra gêner certains (attention à la claustrophobie !) malgré un charme bien réel.

EN DEUX MOTS
Un voyage musical dans la force de la vie d’une femme avec ses peines et ses joies porté par deux artistes de talent : une grande chanteuse-comédienne et un accordéoniste virtuose;


UN EXTRAIT
« Je suis toutes ces femmes à la même seconde, La passante qui fuit la sourcière qui gronde, De sentir en ces bras comme passe en riant le fleuve de la vie, Je suis toutes ces femmes et tant d’autres à la ronde. »

L'AUTEUR

Yanowski a grandi au milieu des artistes en tout genre de la bohême parisienne avant d’apprendre le piano à l’âge de 6 ans. Il crée « Le Cirque des Mirages » en 2000 avec Fred Parker. Alors qu’Annick Cisaruk lui demande quelques chansons pour un nouveau spectacle, il lui propose de lui écrire tout un spectacle à partir de quelques entretiens où elle lui parle d’elle, de sa vie, de sa famille.

N'OUBLIONS PAS LES INTERPRETES:

   - Annick Cisaruk est originaire d’Ukraine et de Pologne par son père et du Beaujolais par sa mère. Elle grandit dans un univers où la musique, présente à chaque occasion,  lui permet de chanter dès son plus jeune âge au  rythme du violon, de la mandoline ou de l’accordéon. C’est très jeune qu’elle comprend que le théâtre et le chant sont sa vocation sans que l’un n’exclut l’autre tout au long de sa carrière. Elle a joué dans L’Opéra de quat’sous au  Théâtre du Châtelet, dans Ubu Roi au Palais de Chaillot etc. La vie en vrac est son 5ème CD après 3 CD dédiés successivement à Aragon, Vian et Ferré ; Barbara; et enfin l’âge d’or de Léo Ferré. Pour le 4èmeOù va cet univers ? à l’occasion du centenaire de la naissance de Léo Ferré, elle était déjà accompagné de David Venitucci. 

    - David Venitucci commence l’accordéon à l’âge de 8 ans et se consacre rapidement au jazz et aux musiques improvisées. Au cours de sa carrière, il accompagne des pièces de théâtre ou des artistes et est également membre de différentes formations de jazz. Il reçoit le grand prix Gus Viseur pour son premier enregistrement solo Cascade.

Il collabore avec le contrebassiste Renaud Garcia Fons dont il intègre le quartet La Linea del Sur en 2007 puis le trioLa vie devant soi en 2015. En 2014, il joue et enregistre le spectacle La belle excentrique avec la soprano Patricia Petibon, Olivier Py et la pianiste Susan Manoff. La même année, il crée son propre trio avec le tromboniste Denis Leloup et le batteur Christophe Marguet.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !