"La seule histoire" de Julian Barnes : c'est agréable, un grand auteur en pleine forme ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"La seule histoire" de Julian Barnes : c'est agréable, un grand auteur en pleine forme !
©

Atlanti-Culture

"La seule histoire" de Julian Barnes : c'est agréable, un grand auteur en pleine forme !

Le dernier roman, très mélancolique, de Julian Barnes est exceptionnel d'intelligence, d'élégance, de pudeur et d'ironie. Et vous apprendrez encore quelque chose sur l'amour...

Marie De Benoist pour Culture Tops

Marie De Benoist est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

 

 

Voir la bio »
LIVRE
La seule histoire
de Julian Barnes
Ed.  Mercure de France  
272 p.
RECOMMANDATION 
          EXCELLENT
THEME 
Le narrateur décide de raconter « la seule histoire », cinquante ans après l’avoir vécue. Paul, dix-neuf ans, en vacances chez ses parents dans une petite ville à une vingtaine de  kilomètres au sud de Londres, rencontre au club de tennis Susan, quarante-huit ans, plus du tout proche du mari brutal, avec lequel elle a eu deux filles. Très vite une complicité s’établit entre ces deux partenaires de double mixte, il la reconduit plusieurs fois chez elle. Puis il tombe « raide amoureux » de cette femme mûre, si douce, si pudique, si rayonnante, avec laquelle il rit beaucoup. Ils vivent un amour évident, simple, intense sans se soucier le moins du monde de l’indignation de leurs proches. Convaincus de la force de leur sentiment, ils vont s’installer à Londres. Et là petit à petit tout change. Les fragilités de Susan apparaissent : elle commence à mentir, elle n’arrive pas à rompre avec son passé impossible à effacer et surtout elle se réfugie dans l’alcool, ce qui plonge Paul dans un profond désarroi. Il se sent blessé et trahi, d’autant plus qu’il ne parviendra pas à la sauver.
POINTS FORTS 
• Le titre revient à plusieurs reprises : la première histoire d’amour est la seule, d’après l’auteur, elle détermine toutes les autres qu’elle soit heureuse ou malheureuse.
• La construction du livre : trois parties, trois points de vue. D’abord, la première personne, pour raconter les commencements si prometteurs de leur rencontre, puis il s’adresse à lui-même pour prendre de la distance : que s’est-il passé pour en arriver à une destruction mutuelle ? Et enfin, dans la troisième partie qui éclaire les deux premières, il déroule le film de sa vie, en dressant une sorte de bilan sous la forme d’une conversation avec le lecteur.
• L’objectif répété du narrateur est de dire la vérité sur cet amour ; il refuse de reconstruire le passé, même si la mémoire lui joue des tours : des détails futiles lui reviennent, alors que des aspects essentiels sont oubliés.
• La clé pour comprendre sa démarche est donnée par la première phrase du livre : « Préféreriez-vous aimer davantage et souffrir davantage, ou aimer moins et moins souffrir ? »
• Une analyse toute en finesse de l’amour, dont il cherche indéfiniment la définition et les variations. Comment un bonheur partagé peut-il devenir un désastre, dans lequel se conjuguent pitié, colère et dégoût de soi ?
• Un portrait magnifique des deux protagonistes à travers une sorte d’inversion des rôles : du côté de Paul, l’audace et l’assurance de la jeunesse, et du côté de Susan, la timidité et la naïveté, malgré son âge.
POINTS FAIBLES 
Je n’en vois pas.
EN DEUX MOTS 
 On retrouve avec bonheur la plume élégante de Julian Barnes, qui nous propose ici une réflexion profonde sur la vérité de l’amour, sur la quête du bonheur, sur le temps qui passe. Un roman d’une grande beauté mélancolique au ton très anglais, fait de pudeur, de distance, d’ironie.
UN EXTRAIT
Ou plutôt deux:
- « la vie avec Susan – l’intensité du présent, le frisson de l’avenir inconnu, le rejet de toutes les misérables préoccupations du passé. » p. 106
- « En amour, tout est vrai, tout est faux : et c’est la seule chose sur laquelle on ne puisse dire une absurdité. » Phrase de Chamfort citée deux fois p. 209 et 227.
L’AUTEUR :
Né en 1946, Julian Barnes est un écrivain anglais très célèbre, dont les œuvres sont traduites en quarante langues. Récompensé par le David Cohen Prize pour l’ensemble de son œuvre, il est l’auteur de nombreux romans et essais, dont Le Perroquet de Flaubert (Prix Médicis 1986) et Une fille qui danse (2013).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !