"La promesse de l'aube" de Romain Gary : la promesse de l’aube est tenue, celle de Freiss un peu moins... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"La promesse de l'aube" de Romain Gary : la promesse de l’aube est tenue, celle de Freiss un peu moins...
©

Atlanti Culture

"La promesse de l'aube" de Romain Gary : la promesse de l’aube est tenue, celle de Freiss un peu moins...

Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops

Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops

Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

"La promesse de l'aube" 

de Romain Gary 

Mise en scène : Stéphane Freiss 

Avec Stéphane Freiss

 

INFOS & RÉSERVATION
L'Atelier
Place Charles Dullin
75018 Paris
Tél. : 01 46 06 49 24
http://www.theatre-atelier.com
Jusqu’au 15 novembre, du mardi au samedi à 19h et le dimanche à 17h

 

RECOMMANDATION
Bon


THÈME
• La promesse de l’aube est l’un des chefs d’œuvre de Romain Gary, peut-être celui que la postérité retiendra. Dans ce roman sur le sentiment filial déguisé en autobiographie, Gary porte un regard rétrospectif sur sa vie, que chaque étape relie à sa mère. Une mère à l’amour et la foi démesurés pour l’enfant, l’adolescent, le jeune homme, et enfin le soldat qu’il devint. 

• De sa naissance à Vilnius, puis un séjour en Pologne jusqu’à à leur installation à Nice, elle va déployer une énergie incroyable pour que son fils connaisse un destin grandiose.

 

POINTS FORTS
• Stéphane Freiss lit ce texte depuis de nombreuses années. Confortablement installé dans un fauteuil, il prend possession de la scène, puis de la salle pour nous faire rentrer dans l’histoire avec subtilité. Il nous rend complice du couple infernal que forme Gary avec sa mère.

• Le texte, bien entendu, qui a toutes les qualités d’une œuvre littéraire : il nous touche par sa simplicité, nous émerveille par sa qualité, et nous conquiert par sa puissance littéraire. Cette langue subtile se lit avec facilité, comme un conte, une histoire qu’on raconte à des amis.

 

POINTS FAIBLES
• Un acteur c’est une voix, mais aussi un corps. En abandonnant le sien dans un fauteuil, Stéphane Freiss prive le spectateur de la moitié de ce qu’il est venu chercher : une présence en mouvement, un personnage en action …

• C’est assez frustrant non de l’entendre, mais de le voir lire, feuilles en main, alors que tant d’artistes « seuls en scène » se sont donnés la peine d’apprendre leur texte pour mieux se concentrer, non pas sur la lecture, mais sur le jeu et l’incarnation. Stéphane Freiss est un bon acteur, c’est entendu, mais l’exercice n’est pas abouti.

• Stéphane Freiss dit qu’il a choisi la forme de la lecture, car c’est la plus simple et la plus modeste, pour faire entendre l’évidence de la voix de Gary. Mais l’interprétation qu’en a donnée Bruno Abraham-Kremer aux Mathurins en 2013 était autrement plus ambitieuse.

• Le comédien  consacre dix minutes d’un spectacle d’une heure dix pour dire qu’il est désolé de le trahir en amputant son texte et nous donnant son sentiment sur son œuvre et son chien ( !), ce dont nous nous passerions très bien...

 

EN DEUX MOTS 
J’ai lu le livre, c’est le troisième spectacle tiré de l’œuvre auquel j’ai le bonheur d’assister. Je ne me lasse pas d’entendre ce récit que je redécouvre à chaque fois avec un égal bonheur.

 

UN EXTRAIT
« Il n’est pas bon d’être tellement aimé, si jeune, si tôt. Ça vous donne de mauvaises habitudes. On croit que c’est arrivé. On croit que ça existe ailleurs, que ça peut se retrouver. On compte là-dessus. On regarde, on espère, on attend. Avec l’amour maternel, la vie vous fait à l’aube une promesse qu’elle ne tient jamais. On est ensuite obligé de manger froid jusqu’à la fin de ses jours ».

 

L'AUTEUR
Romain Gary fut successivement aviateur, militaire, résistant, diplomate, romancier, scénariste … en quête du grand destin que sa mère avait si intensément désiré pour lui.

Ce destin fut doublé d’un parcours littéraire remarquable et singulier, puisqu’il connut un succès parallèle sous le nom d’Émile Ajar, sous le nom duquel il publia quatre livres et reçut le prix Goncourt. Il demeure le seul écrivain à être distingué deux fois par un prix que l’on ne pouvait théoriquement recevoir qu’une seule fois. Ce n’est qu’après son suicide en 1980 que la mystification fut révélée.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !