"Comme une pierre qui..." : quand la Comédie-Française se lâche | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le chanteur Bob Dylan.
Le chanteur Bob Dylan.
©

Atlanti-culture

"Comme une pierre qui..." : quand la Comédie-Française se lâche

C'est vraiment un formidable spectacle que la Comédie-Française présente, au Studio-Théâtre, sur la séance d'enregistrement de la chanson de Bob Dylan, "Like a Rolling Stone", en 1965.

L'auteur

Le livre qui a inspiré ce spectacle, "Like a Rolling Stone, Bob Dylan à la croisée des chemins", publié en 2005, a été écrit par un musicologue, grand spécialiste de la culture pop américaine, Greil Marcus.

Thème

Le point de départ du spectacle, imaginé par Marie Rémond et mis en scène par elle-même et Sébastien Pouderoux, c'est l'épilogue du livre de Marcus, consacré à la séance d'enregistrement, réalisée en 1965, de la chanson de Dylan, "Like a Rolling Stone"...

Cette chanson, Dylan l'a composée dans le contexte d'une Amérique troublée par la guerre du Vietnam. Il n'a que 24 ans mais déjà derrière lui des tubes comme "Blowin'in the Wind" et "The Times They Are a-Changing". 1965, c'est une période de doute pour Dylan qui n'arrive plus à écrire de chansons et qui ne se reconnaît absolument pas dans son image réductrice de chanteur contestataire.

Le texte, Dylan l'a d'abord conçu non comme une chanson mais comme un très long poème. Il faudra 24 prises avant d'arriver à la chanson-culte que l'on connaît. Ont participé à cette séance, outre Dylan, cinq musiciens et un producteur, Tom Wilson, qui, l'année précédente, avait produit l'énorme succès de Simon et Garfunkel, "Sound of Silence". Une autre planète...

Points forts

1/ Marie Rémond et Sébastien Pouderoux ont su monter un spectacle tellement fluide qu'on pourrait croire, par moments, qu'il est improvisé. Tout semble couler de source.

2/ Ce spectacle constitue un bon tremplin de réflexion sur les conditions dans lesquelles la création artistique se développe, ce qu'elle doit à la volonté, à l'intelligence, à la créativité et ce qu'elle doit aussi aux circonstances, voire au hasard. Les musiciens rêvent, friment, souffrent, pétent les plombs, mais deux choses transcende tout cela, leur passion et leur talent.

3/ La distribution est excellente. Et Sébastien Pouderoux, dans le rôle de Dylan, est tout simplement époustouflant. Un Dylan qu'il nous montre prostré, replié sur lui-même, silencieux, habité par la quête de la perfection dans l'expression de ce qu'il ressent et veut faire passer. Un Dylan néanmoins attentif aux autres et, surtout, violemment hostile à l'image qu'on lui colle de chanteur à messages, engagé sur les rails solides et trop faciles de la contestation. Un Dylan que le fait de chanter libère de tout ce qu'il peut avoir en lui de profondément noué. Pouderoux donne vraiment à Dylan "une gueule d'atmosphère". Il est prodigieux lorsque, pendant cinq minutes, il déclame à la vitesse d'une mitraillette le texte très dur de Dylan, texte qui défile sur le fond de scène mais qu'il ne voit pas.

Points faibles

S'il faut pinailler, je poserais simplement la question: pourquoi ne pas avoir intitulé le spectacle, "Comme une pierre qui roule...", titre puissamment évocateur, et avoir choisi ce "Comme une pierre qui...", qui ne veut rien dire ?

En deux mots

1/ Manifestement, certains dans la troupe du Français, en particulier parmi les jeunes, se sentent un peu à l'étroit dans le répertoire traditionnel de la Grande Maison même si celle-ci s'est considérablement "ouverte" depuis plusieurs décennies, à la fois quant aux oeuvres présentées et quant à la manière de les traiter; ce qui d'ailleurs, s'est traduit parfois par des couacs retentissants, que je n'aurai pas l'indélicatesse de rappeler aujourd'hui... Cette fois, l'audace a payé et ce spectacle est vraiment une réussite exceptionnelle.

2/ Magie du théâtre dans ses grands moments, et c'est le cas ici, on n'est plus spectateur; petit à petit, on est happé dans la vie représentée sur scène, on éprouve en soi-même les sensations et les sentiments des personnages de la pièce. Il se produit un phénomène de dédoublement dont on sort enrichi et heureux.

Une phrase

Texte de Dylan : "Qu'est-ce que je fais sur cette route? (...) Que puis-je donner ? Que puis-je prendre ?"

Recommandation

En prioritéEn priorité

Informations

"Comme une pierre qui...", d'après le livre de Greil Marcus, "Like a Rolling Stone, Bob Dylan à la croisée des chemins". Sur une idée originale de Marie Rémond. Adaptation et mise en scène: Marie Rémond et Sébastien Pouderoux avec la troupe de la Comédie-Française Gilles David, Stéphane Varupenne, Sébastien Pouderoux, Christophe Montenez et Gabriel Tur, Hugues Duchêne (élève-comédien).

Studio-Théâtre, Galerie du Carroussel du Louvre, 99 rue de Rivoli. Jusqu'au 25 octobre. Réservation : 0144581515 (www.comedie-francaise).

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !