"Ave César" : une réussite à double détente | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Ave César" : une réussite à double détente
©Allociné

Atlanti-culture

"Ave César" : une réussite à double détente

"Ave César" est vraiment un film très drôle qui s'adresse au grand public mais aussi aux cinéphiles, à travers toute une séries de références plus recherchées les unes que les autres.

Gilles Tourman pour Culture-Tops

Gilles Tourman pour Culture-Tops

Gilles Tourman est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

Les réalisateurs

Doit-on encore présenter les frères Coen, représentants accomplis d’un cinéma à la fois d’auteur et tout public, à l’humour mordant, grands collectionneurs de nominations, palmes et prix depuis leur réjouissant premier long-métrage Sang pour sang (Blood simple) en 1984 ?Leur collaboration est si étroite et complémentaire qu'on les appelle parfois le réalisateur à deux têtes.  “Chez les Coen on est fidèle et on travaille dans le respect et la rigueur”, confie George Clooney qui en est à sa troisième collaboration avec eux. Abordant tous les styles : comédie, romantisme, western, polar…, on leur doit (liste non exhaustive, bien sûr) : Miller’s CrossingBarton Fink, FargoIntolérable cruautéNo Country for old ManBurn after ReadingA serious manTrue Grit… Menant en parallèle une carrière au théâtre, à l’instar de Woody Allen, ils ont écrit en 2008 un montage de trois pièces en un acte, Almost an Evening, mis en scène off à Broadway par Neil Pepe à l’Atlantic Stage 2 Theater et auBleecker Street Theater avant d’être repris en 2009 sur la prestigieuse scène de l’Atlantic Theater. En 2011, Talking Cure,  – une autre pièce en un acte, fut présentée avec deux autres de Elaine May et Woody Allen, toutes trois réunies sous le titre Relatively Speaking  – à Broadway, avec une mise en scène de John Turturro. Sans oublier Anomalisa dont l’adaptation cinématographique vient de sortir.

Thème

Fixer (accompagnateur) chez Capitole Pictures, un des plus célèbres Studios de cinéma américain, Eddie Mannix est chargé de régler tous les problèmes survenant sur un tournage. En une journée il va ainsi devoir valider auprès des communautés religieuses une présentation du Christ, apaiser le réalisateur vedette Laurence Laurentz qui refuse pour tête d’affiche de son drame psychologique le jeune espoir du western qu’on lui impose, solutionner les divers dérapages des artistes du studio, sauver la réputation et la carrière de DeeAnna Moran la reine du ballet nautique enceinte mais célibataire, élucider les agissements louches du virtuose de claquettes Burt Gurney et même affronter un obscur groupuscule d’activistes politiques qui, en plein tournage de la superproduction biblique Ave César !, va enlever la plus grosse star du Studio, Baird Whitlock. Le tout sous le regard perspicace et fielleux des deux jumelles et chroniqueuses ennemies, Thora et Thessaly Thacker (Tilda Swinton).

Points forts

-  une reconstitution de l’époque des Grands Studios (les Majors), années 40/50, irréprochable tant historiquement que techniquement.

- la découverte d’un métier (le fixer) très peu connu. Notons que le fixer est aujourd’hui le nom donné à l’accompagnateur des journalistes et militaires dans les zones dangereuses, notamment dans les pays en guerre.

- leur amour proclamé pour le cinéma alliant ironie et tendresse.

- les références cinéphiliques complices aux grands films, acteurs et réalisateurs de l’époque ainsi qu’à leurs mœurs.

- la finesse de certaines allusions comme faire du groupe d’auteurs kidnappeurs des communistes, métaphore du  maccarthysme, ou de prendre l’icône gay Channing Tatum pour incarner un matelot danseur de claquettes rappelant furieusement Gene Kelly. Voire le prémontage où manquent deux moments : le générique et l’apparition de Dieu et le discours final de Baird Whitlock (George Clooney) devant la Croix dont on ne sait si la Lumière dont il parle évoque Dieu ou le Cinéma…

- les films “en tournage” qui sont  de véritables moments de cinéma.

Points faibles

Aussi jubilatoires soient-elles, aussi identifiables (et nostalgiques) soient les souvenirs évoqués, toutes ces qualités profiteront avant tout aux cinéphiles. Qu’en pensera un public plus élargi moins au fait de tous ces rappels ?

En deux mots

L’intrigue du film a pour contexte la crise du début des années 1950 à Hollywood née de la concurrence de la télévision, la psychose de la guerre froide et la chasse aux sorcières. Pour faire face à cette chute de fréquentation des salles, les studios ont produit une avalanche de films à gros budget pour faire rêver et leurs dirigeants tout puissants contrôlaient tous les aspects de la vie de leurs artistes. Les acteurs étaient considérés comme des choses autour desquelles des stratégies marketing étaient construites. Le personnage d’Eddie Mannix (un ancien videur) est une fusion des deux fixers de la MGM : le vrai Eddie Mannix et Howard Strickling. De la gestion du scandale d’une star ivre morte sur la voie publique, au mariage de convenance pour cacher l’homosexualité d’une autre, il s’occupait de tout.

Une phrase

"Vas-y, sois une star !" (Mannix à Whitlock)

Recommandation

Excellent Excellent

Cinéma

Ave César – Hail, Caesar ! (2015 - 106’)

Comédie de Joël et Ethan Coen. Avec Josh Brolin, George Clooney, Alden Ehrenreich, Ralph Fiennes, Jonah Hill, Scarlett Johansson, Frances McDormand, Tilda Swinton, Channing Tatum.

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !