Une Youtubeuse sud-coréenne de 6 ans achète un immeuble à 7 millions d'euros | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Une Youtubeuse sud-coréenne de 6 ans achète un immeuble à 7 millions d'euros
©Capture d'écran Iceland

Polémique

Une Youtubeuse sud-coréenne de 6 ans achète un immeuble à 7 millions d'euros

Les parents de la petite fille sont accusés de la faire travailler à leur profit.

Son nom ne vous dit probablement rien, mais en Corée du Sud, Boram est une véritable star : cette Youtubeuse âgée seulement de 6 ans anime deux chaînes YouTube, l'une dédiée a de l’analyse de jouets, avec 13 millions d’abonnés, et une autre consacrée à sa vie, avec 17,6 millions d’afiocionados. Certaines de ses vidéos dépassent les 100 millions de vues !

Mais malgré (ou à cause) de ce succès fou, Boram est actuellement au centre d'une polémtique, car elle a récemment acquis un immeuble de cinq étages à Gangnam, quartier le plus branché de Séoul. Pour cette propriété, elle - ou du moins la société à son nom gérée par ses parents - a dépensé la bagatelle de 9,5 milliards de wons coréens, soit 7,2 millions d’euros.

Cet achat immobilier a remis en lumière le problème de la surmédiatisation des enfants, et des interrogations qui existent au sujet de cette jeune Youtubeuse. Il y a deux ans, l’ONG Save the Children, alertée par plusieurs témoignages, avait porté plainte contre les parents de Boram. Ils sont accusés de tirer un profit financier en exposant leur enfant et en la mettant dans des situations qui pouvaient provoquer une détresse mentale. A l'époque, ils avaient présenté des excuses et retiré certaines vidéos polémiques, dont une où elle faisait semblant d’être enceinte et de devoir accoucher, ou une autre où elle détruisait sa poupée préférée.

Les parents de Boram ont reçu l'ordre, du tribunal de la famille de Séoul, de suivre un cours de prévention de la maltraitance d’enfants. 

Le Soir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !