Une rave-party rassemble 1500 personnes dans l’Yonne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Les forces de l'ordre évacuent des fêtards après une rave party illégale à Redon, le 19 juin 2021.
Les forces de l'ordre évacuent des fêtards après une rave party illégale à Redon, le 19 juin 2021.
©LOIC VENANCE / AFP

Festivités sous surveillance

Une rave-party rassemble 1500 personnes dans l’Yonne

Dans le cadre des festivités du nouvel an, près de 1500 personnes se sont rassemblées dans l’Yonne. Les forces de l’ordre sont sur place, mais il n’y pas d’évacuation en cours pour le moment.

Selon une information de France Bleu, les fêtards se sont rassemblés sur l'esplanade d'une usine désaffectée à Saint-Florentin, peu avant minuit ce vendredi 31 décembre. Ils s'étaient tout d'abord donné rendez-vous à Migennes, à moins d'une vingtaine de kilomètres des lieux.

« Un important dispositif de gendarmerie est en place afin de sécuriser les abords du site et les axes de circulation. Un périmètre de sécurité a été installé et des contrôles alcoolémie et stupéfiants sont en cours », a précisé la Préfecture de l’Yonne dans un communiqué ce samedi. 

Assurant que le rassemblement « devait prendre fin » et qu’un « suivi sanitaire » était assuré sur place, la préfecture a ajouté que « par arrêté, le préfet a interdit ce type de rassemblement festif musical non déclaré qu'il condamne fermement ». 

Ce samedi, pas moins de 500 véhicules étaient encore garés aux abords de ce site industriel. « Les véhicules ont été contrôlés donc il y a des adresses, ce qui permettra de remonter pour voir qui a organisé cette rave-party », a réagi François Boucher, maire de Migennes, au micro de BFMTV.

Enfin, la préfecture a conclu que « le préfet est en lien avec le procureur de la République afin qu'une enquête soit ouverte notamment sous la qualification d'organisation illicite d'un rassemblement festif à caractère musical ». 

BFM TV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !